Le Nord dans l’âme

Jean-Yves MEREAU, Le Nord dans l’âme, Paris, L’Harmattan, décembre 2015, 231 pages, 22 €.

Ancien journaliste à La Voix du Nord durant vingt-cinq ans – il a été chef-adjoint de la rédaction lilloise – Jean-Yves Méreau, aujourd’hui journaliste indépendant et écrivain est un bon connaisseur du Nord-Pas-de-Calais, une région qu’il aime et dont il veut défendre l’identité dans son livre Le Nord dans l’âme, écrit en pleine campagne des élections régionales de 2015.

Plus qu’une déclaration d’amour à sa région, le livre de Jean-Yves Méreau est un livre de combat, véritable pamphlet pour un régionalisme de gauche contre le centralisme parisien. Jean-Yves Méreau n’hésite pas à évoquer la colonisation des provinces du Nord par Louis XIV : « Le Roi-Soleil a colonisé nos provinces et annexé nos villes et nos campagnes dans une violence que l’on a oubliée et gommée dans les livres de l’histoire officielle » écrit-il page 19. Il ajoute plus loin : « Bouvines pour nous a été une défaite. Oui, Jeanne d’Arc ne nous concerne pas. Elle a bouté les Anglais hors de France, mais de quelle France ? Nous n’étions pas en France à cette époque-là, mais dépendions de la Bourgogne. » (page 179).

Pour l’auteur, il n’y a pas de honte à être régionaliste. Jean-Yves Méreau invite ses lecteurs à revendiquer une autonomie pour les provinces du Nord comme le font les Corses, les Basques et les Bretons et cette autonomie passe d’abord par le langage. Dénonçant l’hégémonie du français parlé à Paris, Jean-Yves Méreau rappelle que le parler picard, connu sous le nom de « chti mi » depuis la Première guerre mondiale et le grand brassage des tranchées n’est pas seulement un patois tel qu’il est caricaturé dans le film « Bienvenue chez les Ch’tis », mais constitue un autre français, une variété de langue d’oïl que l’Etat français colonialiste a voulu éradiquer. Jean-Yves Le Méreau appelle ses lecteurs à retrouver la fierté de leurs racines d’habitants de la Flandre française et de l’Artois, ces « Pays-Bas français » longtemps intégrés à l’Etat bourguignon puis aux Pays-Bas Espagnols avant que les conquêtes de Louis XIV et le pré-carré de Vauban ne tracent une frontière artificielle et « insupportable » entre la Flandre française et la Flandre belge. Il se désole que les blasons des villes du Nord qui racontaient une histoire disparaissent au profit de logos créés par des graphistes et des communicants.

La réforme territoriale de 2014 a désormais porté à 13 le nombre de grandes régions, fusionnant le Nord-Pas-de-Calais avec une région Picardie tournée vers l’Ile-de-France. Jean-Yves Méreau fustige une régionalisation pilotée par Paris qui efface les identités régionales. Pour lui, l’identité régionale passe par l’histoire, par la langue, mais aussi par le nom et plutôt que « Nord-Pas-de-Calais-Picardie », Jean-Yves Méreau plaide pour renommer la nouvelle région en « Pays-Bas Français et Picardie » : « Etre fier de ce que l’on est aide à sortir de la désespérance. […] La confiance en soi est l’antidote de ce pessimisme qui mine la France et qui a, sans doute, une bonne part de ses racines dans ce centralisme qui inhibe toute la France. » (page 184)

La troisième partie de l’ouvrage de Jean-Yves Méreau, écrite durant la campagne des élections régionales de 2015, avance un certain nombre de propositions pour un régionalisme de gauche dont l’auteur pense qu’il fera reculer le nationalisme xénophobe du Front national.

Jean-Yves Méreau propose la mise en place d’une écotaxe régionale qui donnerait à la région les moyens d’engager de grands projets structurants, dans le respect du patrimoine architectural et environnemental de la région. Ce faisant, Jean-Yves Méreau sait que sa proposition ne fera pas consensus, mais : « Ce n’est certainement pas au président de la FNSEA de faire la politique des Régions à la place des Régions. » (page 137).

L’auteur plaide pour un bouleversement administratif de la région avec une fusion des départements du Nord et du Pas-de-Calais dans un département des Pays-Bas Français et une fusion des trois départements picards dans un département Picardie. A l’intérieur de ces nouveaux grands départements, Jean-Yves Méreau suggère des fusions de communes pour faire de Lille, qui fusionnerait avec Roubaix, Tourcoing et Villeneuve d’Ascq, une vraie capitale régionale transfrontalière d’un million d’habitants, dont l’influence serait relayée dans le bassin minier par une grande métropole lensoise. Il se prononce en faveur du trilinguisme (français, picard et flamand) et de l’apprentissage des langues régionales dans les écoles. Il écrit à propos de la chanson Le P’tit Quinquin qu’il cite en annexe qu’« On devrait l’enseigner à l’école et, avec cette chanson, transmettre la mémoire ouvrière, un des éléments identitaires du Nord-Pas-de-Calais, même si on a trop souvent réduit la région à cette seule identité. » (page 211).

Au cœur de l’Europe du Nord-Ouest, les Pays-Bas Français cesseraient d’être une périphérie de la France pour devenir une grande région industrielle, commerçante et accueillante au cœur de l’Europe des régions qu’il appelle de ses vœux.

Ces propositions, Jean-Yves Méreau les adresse d’abord au Parti Socialiste et à EELV dont il déplore le rapprochement avec le Parti de Gauche aux positions souverainistes : « Le Nord-Pas-de-Calais doit devenir […] le laboratoire d’un régionalisme de gauche original, inventif et audacieux comme il a été le laboratoire de la gauche militante et du syndicalisme. » (page 196)

Finalement, les élections régionales ont donné un autre résultat que celui espéré par Jean-Yves Méreau et au second tour, c’est Xavier Bertrand (LR) qui l’a emporté face à Marine Le Pen (FN) à la suite du désistement du candidat socialiste Pierre De Saintignon. Pour autant, même si le scénario avait été inversé, il n’est pas sûr que le candidat de gauche se serait engagé sur la voie de ce régionalisme de gauche pour lequel plaide l’auteur. Totalement absentes de la campagne régionale, les revendications régionalistes ne rencontrent aucun écho dans la population nordiste.

A l’heure où, ailleurs en Europe, les revendications des Flamands, des Ecossais et des Catalans se font entendre, c’est tout le mérite du livre iconoclaste de Jean-Yves Méreau de montrer qu’un régionalisme de gauche est possible. Si les lecteurs ne seront pas nécessairement d’accord avec les propositions de bouleversements administratifs que formule l’auteur, son plaidoyer pour que les habitants du Nord retrouvent la fierté de leur histoire et de leur parler sonne juste. On espère qu’il sera entendu par les responsables politiques de la nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 436 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016

 

Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres, Au cœur de l’OS 680 1941-1942

Maurice ROUZIER, Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres, Au cœur de l’OS 680 1941-1942, Geste éditions, septembre 2012, 318 pages.

Professeur de lettres-histoire puis d’histoire-géographie à Niort et collaborateur du Maitron et du Dictionnaire des fusillés, Maurice Rouzier, militant communiste qui a exercé des responsabilités à la section de Niort du PCF et à la fédération des Deux-Sèvres, a publié chez Geste éditions un beau livre sur les jeunes résistants du Nord des Deux-Sèvres membres de l’OS 680.

Qui étaient les huit jeunes résistants fusillés à Biard, près de Poitiers, le 3 décembre 1942 pour propagande communiste, sabotage et tentative d’attentat à la bombe ? Avant de répondre à cette question, Maurice Rouzier revient sur la ville de Thouars avant 1940, son quartier des cheminots et son maire communiste, Albert Boisseau, élu par surprise à la tête d’une majorité de front populaire dominée par la SFIO à la suite du refus de la tête de liste socialiste d’exercer les fonctions de maire. Les conseillers municipaux socialistes préfèrent Albert Boisseau à Henri Barthélémy, le principal dirigeant du Parti communiste dans la région de Thouars. Le premier condamnera le pacte germano-soviétique, ce que le second se refusera à faire.

Peu de temps après la déclaration de guerre, l’entreprise Rusz, spécialisée dans les pièces d’avion et notamment les trains d’atterrissage, quitte Asnières en banlieue parisienne pour s’installer à Thouars en prévision des bombardements. C’est dans cette entreprise que des jeunes travailleurs souvent membres des Jeunesses communistes créent un groupe de l’Organisation Spéciale (OS), la première organisation de résistance du Parti communiste. D’après les témoignages recueillis par Maurice Rouzier, l’OS est née en octobre 1940 dans la manufacture d’armes de Châtellerault avant d’essaimer à Thouars sous l’impulsion de Maxime Bacquet, un ouvrier né en 1920, fils d’un conseiller municipal communiste d’Arcueil en banlieue parisienne, installé à Thouars et embauché à l’usine Rusz en décembre 1940. Les membres de l’OS distribuent des petits papillons et des tracts dans les casiers à l’usine. Comme tous les réseaux de résistance, l’organisation est cloisonnée ; ses membres ne se connaissent pas les uns les autres. La première action notable de l’OS est le fait de trois jeunes militants qui remplacent le drapeau nazi au sommet du mât de la place Lavault par un drapeau tricolore le 27 mars 1941. L’enquête ne donna rien, mais en représailles, Henri Barthélémy est interné à Niort comme otage. Après les premiers attentats communistes au métro Barbès, à Nantes et à Bordeaux, Henri Barthélémy fait partie des 27 fusillés de Châteaubriant, le 22 octobre 1941.

A Thouars, l’Organisation Spéciale se renforce, édite des tracts tirés sur une ronéo, ramasse des armes et récupère la poudre des cartouches pour fabriquer une bombe artisanale pendant qu’à l’usine Rusz, les ouvriers de l’OS ralentissent la cadence et sabotent les pièces. En fait, on assiste aux prémices de la transformation de l’Organisation Spéciale en groupe de FTP (Francs-Tireurs et Partisans). Le 20 avril 1942, un groupe de l’OS dépose une bombe dans les locaux d’un atelier de réparations de locomotives. La bombe n’explose pas.

Rapidement, la police, sous la direction du commissaire Poupaert – et avec l’aide du directeur de l’usine Rusz – parvient à identifier les militants communistes présents dans l’usine. Maxime Bacquet parvient à s’enfuir avant la vague d’arrestations de mai et juin 1942 qui décapitent l’Organisation Spéciale. Son remplaçant, Joseph Berthou, nouveau responsable interrégional de l’OS est arrêté, suivi d’une quinzaine de militants de l’OS et de membres de leurs familles.

L’affaire de l’OS de Thouars est jugée devant la section spéciale du tribunal de Bressuire les 18 et 21 juillet 1942. Maurice Rouzier explique au chapitre 5 la genèse de ces juridictions d’exception mises en place par le régime de Vichy. Trois militants, Jean Brunet, René Drapeau et Edouard Chénier sont condamnés à plusieurs années de travaux forcés, sept autres à des peines de prison et le plus jeune, André Forestier, est acquitté.

Le verdict ne convient pas aux Allemands qui décident de rejuger les membres de l’OS devant le tribunal militaire de la Feldkommandantur de Poitiers du 18 au 24 novembre 1942. Cette fois, onze résistants sont condamnés à mort. Les huit hommes sont fusillés à Biard, le 3 décembre 1942, les trois femmes, déportées en Allemagne. Huit autres résistants qui avaient échappé à la condamnation à mort sont déportés avec elles en décembre 1942.

Maurice Rouzier explique au chapitre 7 que la décapitation de l’OS de Thouars ne marque pas la fin de la résistance dans les Deux-Sèvres. La résistance communiste se réorganise, des groupes de FTP se structurent comme le groupe du Mellois ou celui du marais poitevin que l’historien Michel Chaumet décrit dans la postface.

Maxime Bacquet, passé par Bordeaux et chargé de réorganiser un groupe FTP dans la région de Saumur est arrêté et fusillé le 13 décembre 1943. Simone Thomas, l’agent de liaison de Joseph Berthou, qui avait été arrêtée à Thouars avec le reste du groupe mais avait miraculeusement pu s’échapper du commissariat de police passe dans la clandestinité et gagne la région parisienne. On la retrouve agent de liaison et convoyeuse de fonds à Amiens et Dijon, chargée de faire le lien entre réseaux gaullistes et communistes.

A la libération vient le temps du deuil dans une ville qui honore ses martyrs. Revenus de la déportation, les survivants du groupe s’attacheront dans les années qui suivent à raconter et à transmettre la mémoire de l’OS 680. C’est de la rencontre entre ces survivants et Maurice Rouzier qu’est né le livre Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres.

Maurice Rouzier souhaitait mettre en lumière une organisation de résistance mal connue. L’Organisation Spéciale, un des premiers mouvements de résistance qui passe progressivement de la distribution de tracts au sabotage et à la lutte armée, préfigure ce que seront les mouvements de résistance plus tardifs. S’appuyant sur de nombreux témoignages et illustré de photos des principales figures de l’OS 680, le livre de Maurice Rouzier a le mérite de reconstituer avec minutie la naissance, l’histoire et les conditions de la disparition de l’OS 680. A plusieurs reprises, l’auteur explique que ses recherches lui ont permis d’apprendre aux témoins qu’il rencontrait des éléments de l’histoire du groupe qu’ils ignoraient eux-mêmes. Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres n’est pas qu’un livre d’histoire, c’est un bel hommage qui est rendu aux résistants de l’OS 680 qui sont morts et à ceux qui ont survécu pour témoigner.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 436 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016

1 177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée

Eric H. CLINE, 1 177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, Editions La Découverte, mars 2015, 261 pages.

Professeur d’histoire et d’anthropologie, directeur du Capitol Archeological Institute de l’université George Washington, spécialiste de l’archéologie biblique, Eric H. Cline a participé à de nombreuses fouilles en Grèce, en Crète, à Chypre, en Egypte, en Israël et au Liban.

Son dernier ouvrage, paru l’an dernier aux éditions La Découverte, a reçu un bon accueil et des critiques très positives. Il faut dire que 1 177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, entre en résonnance avec des préoccupations très contemporaines et ce n’est sans doute pas un hasard si Eric H. Cline, au risque de l’anachronisme, évoque la « globalisation » de l’âge du bronze récent (XVe – XIIe siècles avant J.-C.). Eric H. Cline décrit un monde proche-oriental interconnecté, qui aurait inventé le commerce international, et dont la disparition serait liée à une période de réchauffement climatique, de guerres et de migrations internationales.

Dans cet ouvrage qui se lit comme une tragédie découpée en quatre actes et une conclusion, Eric H. Cline utilise les codes du roman policier, cite Sherlock Holmes et multiplie les comparaisons avec le monde d’aujourd’hui : « Il semble que la politique, le commerce et la diplomatie, tels qu’ils étaient pratiqués il y a trois mille cinq cents ans, en particulier au XIVe siècle avant J.-C., n’aient pas été si différents de ceux qui ont cours dans notre économie mondialisée aujourd’hui, avec ses embargos économiques, ses relations diplomatiques, les jeux de pouvoir et les cadeaux échangés au plus haut niveau. » (page 90).

De l’Egypte de Thoutmosis III (1479-1450 avant J.-C.) aux palais de la Grèce mycénienne en passant par le royaume du Mittani, Chypre, le royaume d’Ougarit et le royaume hittite, l’auteur nous décrit tout un univers de relations internationales, d’échanges commerciaux, de mariages royaux mis à jour lors des fouilles archéologiques, à l’exemple de la découverte du navire d’Ulu Burun, qui a coulé au large de la côte sud de l’Anatolie avec sa cargaison d’amphores remplies d’orge, de résine, d’épices, de vin et d’étain.

Certaines des hypothèses d’Eric H. Cline paraissent séduisantes. Ainsi, la découverte d’une épée mycénienne datant du XVe siècle avant J.-C. portant des inscriptions en akkadien trouvée à Hattusa, capitale du royaume hittite, plaide en faveur d’une intervention de guerriers grecs sur la côte de l’actuelle Turquie en soutien à la rébellion assuwa écrasée par les Hittites. Cet épisode pourrait être à l’origine du récit homérique sur la guerre de Troie.

Le XIIe siècle avant J.-C. marque la fin d’une époque. Dans tout l’espace proche-oriental, on assiste à l’effondrement des grandes puissances qui dominaient la région : les fouilles archéologiques témoignent des destructions des palais mycéniens, des cités-Etats cananéennes, de l’empire hittite et de ses royaumes vassaux comme le royaume d’Ougarit, à propos duquel Eric H. Cline cite une lettre poignante du dernier roi d’Ougarit, Ammourapi, au roi d’Alashiya (l’île de Chypre) : « Mon père, à présent les navires ennemis sont venus. Ils ont incendié mes villes et fait beaucoup de mal dans le pays. Mon père ne sait-il pas que toutes [mes ?] troupes […] sont en Hatti et que tous mes bateaux sont en Lycie ? Ils ne m’ont pas encore rallié et le pays est ainsi abandonné à lui-même. Mon père doit le savoir. À présent, ce sont sept bateaux ennemis qui sont arrivés contre moi et ils nous ont fait du mal. Maintenant, s’il y a d’autres bateaux ennemis, informe-m’en [de quelque] manière, que je le sache. » (page 129)

Trouvée dans les ruines d’Ougarit, la lettre d’Ammourapi au roi de Chypre n’aurait jamais été envoyée… à moins qu’il s’agisse d’une copie d’une lettre envoyée trente ans plus tôt et se rapportant à une autre invasion. Dans bien des cas reconnaît Eric H. Cline, les datations sont sujettes à caution et les interprétations des archéologues divergent.

Il reste, pour Eric H. Cline, que le XIIe siècle avant J.C. marque la fin d’une époque. Se risquant à une comparaison avec la chute de l’empire romain d’Occident en 476, l’auteur propose de retenir la date de 1 177 avant J.-C. et la victoire de Ramsès III face à une coalition de « Peuples de la mer » dans la huitième année de son règne comme date de l’effondrement du monde proche-oriental interconnecté qu’il décrit dans son ouvrage.

Comme pour la chute de l’empire romain d’Occident, les facteurs de l’effondrement seraient multiples. Eric H. Cline évoque une « parfaite tempête de catastrophes » (chapitre 4) : un réchauffement climatique aurait entraîné des périodes de sécheresse et de famine en Grèce, en Asie mineure et en Anatolie provoquant la rupture des relations commerciales basées sur l’échange de denrées agricoles, entraînant des troubles politiques et des révoltes mais aussi l’effondrement des cités-Etats de la Grèce mycénienne et du royaume hittite et des mouvements de populations fuyant la sécheresse et pillant au passage les riches cité-Etats qu’elles rencontraient. Les « Peuples de la mer » ne seraient donc pas des populations venues de Sardaigne, de Sicile ou des Balkans déferlant sur le Proche-Orient à la suite d’une éruption volcanique ou d’un tremblement de terre, mais des populations venant du monde grec et égéen cherchant à s’établir dans des régions plus fertiles.

La thèse d’Eric H. Cline a le mérite de la cohérence et permet d’expliquer les différentes destructions ayant affecté les cités du Proche-Orient ancien à la fin de l’âge du bronze.

Séduisant et agréable à lire, avec de belles reproductions de documents et son index des noms cités, l’ouvrage d’Eric H. Cline laissera cependant le lecteur sceptique face à l’emploi d’un vocabulaire volontairement anachronique dans le but d’établir une comparaison osée entre notre monde et celui du douzième siècle avant J.-C. ; il paraît difficile de soutenir comme le fait l’auteur que l’âge du bronze ait pu être « une période qui a bénéficié d’une économie globalisée florissante » (page 202). De la même manière, le titre « le jour où la civilisation s’est effondrée » entre en contradiction avec la démonstration qui est faite à l’intérieur de l’ouvrage d’un processus complexe qui s’est étalé sur plusieurs décennies. L’auteur souligne d’ailleurs dans sa conclusion que « de nouveaux peuples et/ou de nouvelles cités-Etats comme les Israélites, les Araméens et les Phéniciens en Méditerranée orientale et, plus tard, les Athéniens et les Spartiates en Grèce ont réussi à s’établir. Nous leur devons de nouveaux développements et de nouvelles idées comme l’alphabet, le monothéisme et, finalement, la démocratie. » (page 203)

Passionnant, l’ouvrage d’Eric H. Cline nous fait redécouvrir tout un monde oublié et mal connu. Dommage qu’il soit inutilement dramatique et verse trop souvent dans l’anachronisme.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 436 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016

Master 2 : la dernière ligne droite

Quand j’ai quitté la boutique Top Office du centre commercial Cora Lens 2 ce mercredi 30 mars, j’avais le sentiment d’une aventure en train de s’achever.

Mon mémoire de master 2 est bouclé. Mon directeur de recherche m’a autorisé à l’imprimer et à lui envoyer. La date de soutenance est fixée. Je suis resté une petite heure à l’imprimerie, le temps que les pages sortent de l’imprimante laser du magasin. J’ai rajouté les pages en couleur, tirées à part. La vendeuse a relié les six exemplaires du mémoire.

Le lendemain, je suis allé à la Poste et j’ai envoyé à mon directeur de recherche les deux exemplaires pour le jury et celui pour l’UFR d’histoire.

Voilà, c’est une aventure qui se termine…

La soutenance arrivera vite. Après ça, il sera temps de penser à l’après Master 2…

Au Camarade Maire Joseph Hentgès, Ouvrier Communiste Résistant

Couverture livre Joseph HentgesPierre OUTTERYCK, Au Camarade Maire Joseph Hentgès, Ouvrier Communiste Résistant, Lille, Editions du Geai Bleu, avril 2012, 55 pages.

Paru en avril 2012 aux éditions du Geai Bleu, le petit livre que consacre l’historien nordiste Pierre Outteryck, professeur agrégé d’histoire spécialiste du mouvement ouvrier, auteur d’une belle biographie de Martha Desrumaux parue en 2009 chez le même éditeur, à l’ancien maire d’Hellemmes Joseph Hentgès fait partie de la collection Parcours d’Histoires, dont le catalogue devrait s’étoffer avec des livres annoncés sur Benoît Frachon, Renaud Jean et Marcel Cachin.
Figure régionale du Parti Communiste nordiste durant l’Entre-Deux-Guerres, Joseph Hentgès méritait amplement qu’un ouvrage lui soit consacré.
Avec le sens du récit qui est le sien, Pierre Outteryck fait revivre au lecteur la vie d’un enfant d’ouvrier devenu ouvrier, syndicaliste, maire puis responsable départemental du jeune parti communiste avant de mourir fusillé par les Allemands en 1942.

Dans un premier temps, Pierre Outteryck revient sur l’enfance et les années de formation d’Hentgès, jusqu’en 1910. Né en 1875 à Wasquehal d’un père allemand installé en France, le jeune Joseph a perdu sa mère à l’âge de 10 ans. Elève appliqué, il quitte l’école à 12 ans et commence à travailler comme rattacheur à la cotonnière Holden, à Croix. A 18 ans, il s’engage dans l’armée pour 4 ans. De 1895 à 1897, il fait partie des troupes qui occupent le Tonkin et l’Annam. Démobilisé, Hentgès rentre à Cambrai puis s’installe à Paris où il est embauché à la Compagnie de chemins de fer du Nord comme peintre des voitures passagers aux ateliers de La Chapelle, près de la gare du Nord. A Cambrai où il revient régulièrement, il fait la connaissance d’Henriette Decarpigny, une couturière ; ils se marient en 1899. Le couple aura huit enfants.
En 1899, Hentgès adhère à Fédération des Travailleurs du chemin de fer, qui n’est pas encore affiliée à la CGT. De retour dans le Nord en 1904, il travaille désormais aux ateliers des chemins de fer à Hellemmes et il y fonde une section syndicale CGT.
L’année 1910 sera une année charnière dans la vie de Joseph Hentgès. Hentgès est un des leaders nordistes de la « grève de la thune » qui éclate le 11 octobre 1910 avec le mot d’ordre d’une thune – la pièce de 5 francs – par jour. Le gouvernement d’Aristide Briand réprime le mouvement, réquisitionne les cheminots, mobilise les gendarmes. Plusieurs centaines de cheminots sont révoqués dont Joseph Hentgès.

La deuxième partie de la biographie d’Hentgès, qui va de 1911 à 1920 s’intéresse aux premières années de mandat de l’élu socialiste et à l’occupation. Après sa révocation, Joseph Hentgès a ouvert un bistrot, rue Ferdinand-Matthias, en face des ateliers. Il mène la liste socialiste aux élections municipales de 1912 et est élu maire d’Hellemmes a à peine 36 ans. La petite ville de la banlieue lilloise compte à l’époque un peu plus de 12 000 habitants.
Le premier acte du nouveau maire d’Hellemmes est de faire voter deux motions contre la révocation des cheminots grévistes et contre la vie chère. En 1913, Hentgès est élu conseiller général du canton de Lille Est.
Lorsque la guerre éclate en 1914, Joseph Hentgès qui n’est pas mobilisé – il a alors 39 ans – reste à son poste. Après de violents combats, Hellemmes est occupée par les Allemands qui mettent au travail forcé les populations civiles. Joseph Hentgès, désigné otage, est plusieurs fois incarcéré : 13 jours en 1915 à la Citadelle de Lille, 5 jours en 1916 à la prison de Loos-Lez-Lille, puis en 1917 pour avoir protesté contre la réquisition de jeunes Hellemmois pour creuser des tranchées près du front. Après cette nouvelle incarcération, Hentgès est destitué par les autorités allemandes et remplacé par son premier adjoint.
Marqué par l’expérience de la guerre, Joseph Hentgès fait partie, avec Clotaire Delourme et Florimond Bonte de la poignée de militants qui organisent les comités d’adhésion à la IIIème Internationale dans le Nord. Il lance le journal Le Prolétaire qui deviendra bientôt L’Enchaîné. Présent au Congrès de Tours en décembre 1920, Hentgès vote l’adhésion à la IIIème Internationale et la création du Parti communiste.

La troisième partie du livre de Pierre Outteryck, qui va de 1921 à 1938 voit Joseph Hentgès devenir un des principaux responsables du jeune parti communiste du Nord. Réélu maire d’Hellemmes en 1919, Hentgès s’occupe de la reconstruction avec la création d’un office de reconstitution et l’achat du château Fanyau afin d’offrir à la population ouvrière un hôtel de ville digne de ce nom, mais Hentgès perd le bras de fer avec la compagnie des chemins de fer du Nord pour obtenir l’installation d’un nouveau dépôt.
En 1925, Hentgès est battu aux élections municipales par le socialiste Désiré Therby. Il perd également son poste de conseiller général et, malgré plusieurs candidatures, ne les regagnera pas. Il se consacre alors à l’animation de la Fédération communiste du Nord et du journal L’Enchaîné. Trésorier de la Fédération du Nord de 1921 à 1923, il est secrétaire de la Fédération de 1923 à 1929. Son action de responsable communiste est marquée par la mobilisation contre la guerre du Rif en 1924-1925, avec Martha Desrumaux. Le 2 octobre 1925, Hentgès organise dans le Nord la grève contre la guerre du Rif. Il se rend à Moscou en 1922 et en 1927. Cependant, en 1929, il est mis à l’écart de la direction de la Fédération du Nord par la nouvelle direction Barbé-Celor et démis de ses fonctions de directeur de L’Enchaîné.
Menacé d’arrestation, il doit se réfugier en Belgique en 1929. Il est de retour en France en 1930 où il assiste le nouveau maire communiste de Seclin, Paul Durot. Hentgès, qui a retrouvé des responsabilités fédérales à la suite de l’arrivée de Maurice Thorez à la tête du PCF est un des organisateurs de la marche des chômeurs du Nord, en 1934.

Battu une nouvelle fois aux élections législatives de 1936 à Hellemmes, Hentgès observe avec satisfaction l’arrivée au pouvoir du Front populaire et se mobilise pour soutenir les grévistes en mai-juin 1936. On le retrouve également aux côtés de Martha Desrumaux dans l’organisation de l’aide aux Républicains espagnols : accueil d’enfants espagnols, recrutement de volontaires pour les Brigades Internationales…

La dernière partie de l’ouvrage de Pierre Outteryck couvre la période 1939-1942. Antifasciste, Hentgès participe à plusieurs réunions publiques en 1938-1939 à la suite des accords de Munich. Il appelle la France à se rapprocher de l’URSS pour contrecarrer les projets d’Hitler.
En septembre 1939, suite à la signature du pacte germano-soviétique, le Parti communiste et ses journaux sont interdits, le siège lillois de la Fédération du Nord du PCF est perquisitionné et mis sous scellés. Joseph Hentgès, depuis son commerce d’Hellemmes, reste en contact avec les autres dirigeants communistes du Nord et tente de réorganiser clandestinement le Parti communiste. En juin 1940, il participe à une première réunion à Comines avec Martha Desrumaux. Hentgès sera un des rédacteurs de L’Enchaîné clandestin.
En mai-juin 1941, c’est la grève des mineurs du bassin minier, partie du puits du Dahomey à Montigny-en-Gohelle. Pendant une semaine, 100 000 mineurs refusent de travailler.
Informé que son nom figure sur une liste de 72 otages remise aux Allemands par la préfecture du Nord, Hentgès refuse de prendre la fuite. Pierre Outteryck cite les souvenirs de Jean-Marie Fossier : « J’ai conservé le souvenir d’un Joseph gardant son calme, disant que jamais la police n’oserait arrêter un homme de son âge, d’une personnalité qui bénéficiait, il est vrai de la sympathie de toute la population d’Hellemmes ».
En fait, sur son dossier, au siège de l’OFK 670, il n’y a qu’une phrase, mais le général Niehoff ne se trompe pas : « Dangereux à cause de sa grande influence ».
Arrêté le lendemain par des policiers français accompagnés d’agents de la Gestapo, Hentgès est emmené à la caserne Négrier à Lille, puis enfermé à la prison de Loos-Lez-Lille. Le 24 février 1942, il est transféré à la citadelle de Huy en Belgique. Il est fusillé le 14 avril 1942 au fort du Vert Galant à Wambrechies avec 34 autres otages, à l’âge de 67 ans.

Le document le plus émouvant qui figure dans le livre de Pierre Outteryck est la dernière lettre de prison de Joseph Hentgès à son fils aîné, datée du 29 décembre 1941. Hentgès y écrit que « Jamais je n’ai douté de l’issue finale de la bataille gigantesque en cours, jamais je n’ai été plus confiant en l’avenir qu’en ce moment ».

Syndicaliste, élu local, responsable régional de premier plan du Parti communiste et résistant, Joseph Hentgès est une figure essentielle du mouvement ouvrier nordiste de la première moitié du XXème siècle. C’est tout le mérite du petit ouvrage de Pierre Outteryck de nous le rappeler.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 433 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016.

1812. La campagne tragique de Napoléon en Russie

1812 la campagne tragique de NapoleonAdam ZAMOYSKI, 1812 La campagne tragique de Napoléon en Russie, Editions Piranha, septembre 2014,  654 pages.

Historien britannique né à New-York de parents Polonais ayant fui leur pays en 1939, Adam Zamoyski signe avec son ouvrage 1812 La campagne tragique de Napoléon en Russie, qui vient de paraître aux éditions Piranha – un nouvel éditeur qui publie ici son premier ouvrage historique – un livre remarquable, qui fera référence sur cet épisode tragique de l’histoire européenne qu’a constitué la campagne de Russie.

Adam Zamoyski parle français, italien, russe et polonais. Pour raconter la campagne de Russie, il s’est appuyé sur une documentation abondante, épluchant les journaux intimes des soldats et les mémoires écrits par les acteurs de cette histoire dont on trouvera les références dans l’imposante bibliographie.

Les premiers chapitres du livre d’Adam Zamoyski intitulés « César » et « Alexandre » présentent tour à tour Napoléon et le tsar Alexandre Ier à la veille de la reprise des hostilités entre la France et la Russie. Cinq ans après la signature du traité de Tilsit en 1807, les deux empereurs sont contraints, pour des raisons différentes, de se lancer dans une nouvelle guerre.
Côté russe, la création du Grand-Duché de Varsovie ne passe pas et on y voit l’embryon d’un futur royaume de Pologne qui s’étendrait sur les terres polonaises annexées par la Russie au XVIIIe siècle. Adam Zamoyski rappelle aussi qu’Alexandre Ier est un tsar contesté par une partie de la noblesse qui le juge trop libéral, hanté à l’idée d’apparaître comme le complice des assassins de son père et qui vit dans la crainte d’un régicide. Cinq ans après Tilsit, la Russie est en ébullition et reproche à Alexandre Ier sa frilosité à l’égard de Napoléon. Alexandre n’est plus le jeune homme malléable du traité de Tilsit et se rêve en libérateur de l’Europe.
Côté français, alors que l’armée rencontre des difficultés en Espagne et que les nationalistes allemands rêvent de revanche, Napoléon, au sommet de sa puissance et qui vient de donner naissance à un fils ne peut pas laisser les Russes concentrer des troupes face à la frontière polonaise. Faute d’être parvenu à un accord, il est décidé à se lancer dans une nouvelle guerre pour soumettre la Russie et garantir la pérennité de son système continental.

C’est le 23 juin 1812 que Napoléon franchit le Niémen (chapitre 7, le « Rubicon ») avec des effectifs qu’Adam Zamoyski évalue à 235 000 combattants réels (sur 450 000 combattants théoriques) suivis de plus de 50 000 civils. L’auteur explique ici qu’une armée en campagne voit constamment fondre ses effectifs : des soldats sont laissés en arrière dans un dépôt, on confie à un peloton le soin de garder une ville ou de surveiller une zone, un autre groupe est envoyé chercher du ravitaillement, des blessés sont laissés un peu plus loin avec une escorte, il faut laisser en arrière des soldats pour réparer une charrette dont la roue s’est brisée… sans compter les traînards qui ne parviennent pas à faire les 25 km de marche quotidiens au même rythme que le reste de l’armée, si bien que, malgré les renforts qui lui parviennent, la Grande Armée ne pourra jamais aligner l’ensemble de ses effectifs durant cette campagne de Russie.
Les Russes, commandés par Barclay de Tolly refusent cependant le combat et battent en retraite, au grand dam du tsar à qui plusieurs généraux comme Bagration ou Bennigsen réclament le remplacement de Barclay par un chef plus énergique. Un moment tenté de prendre le commandement de l’armée, Alexandre Ier y renonce et laisse Barclay de Tolly effectuer une retraite qui évitait à l’armée russe l’anéantissement.

Dès les premiers jours de la campagne, l’armée française souffre du manque de ravitaillement et des conditions climatiques. Les batailles de Vitebsk et de Smolensk ne sont pas décisives et les troupes russes parviennent à chaque fois à se replier. Alors qu’à Moscou, le gouverneur Rostopchine exalte les sentiments nationalistes des habitants de la capitale, le tsar décide de remplacer Barclay de Tolly par le très populaire Koutouzov (chapitre 12). Adam Zamoyski brosse un portrait sans complaisance du vieux général, âgé de 65 ans et décrit comme un homme incompétent et paresseux par les généraux qui l’ont côtoyé.

Koutouzov choisit de défendre Moscou et de livrer bataille à Borodino le 7 septembre 1812. L’auteur raconte le déroulement de cette bataille particulièrement meurtrière, qui fait plus de 70 000 victimes : « Ce fut le pire massacre répertorié dans l’histoire, qui ne serait surpassé que par le premier jour de la bataille de la Somme, en 1916 ».

A l’issue de la bataille, la route de Moscou est ouverte pour l’armée française, mais l’armée russe n’est pas détruite et s’est repliée au sud-est de Moscou, évacuée par sa population et incendiée sur l’ordre de Rostopchine. La prise de Moscou est un « vain triomphe » (chapitre 14) pour Napoléon qui espérait obtenir un accord avec le tsar Alexandre et se retrouve éloigné de ses bases, avec une armée épuisée et des problèmes de ravitaillement, dans une ville abandonnée par l’administration russe. Un moment tenté de poursuivre sa campagne en se dirigeant vers Saint-Pétersbourg, Napoléon prend la seule décision raisonnable qui s’impose et décide de se replier vers Vilna et la Pologne pour passer l’hiver et reconstituer son armée, mais Napoléon perd du temps et la retraite ne débute que le 18 octobre. C’est tardivement que Napoléon donne l’ordre d’évacuer les blessés, c’est tardivement que Napoléon donne l’ordre de ne plus envoyer les renforts vers les premières lignes, mais vers les dépôts d’Allemagne et du Grand-Duché de Varsovie.

Pour Adam Zamoyski, si Napoléon avait entamé sa retraite deux semaines plus tôt, s’il avait fait correctement ferrer les chevaux en prévision des routes verglacées, s’il avait fait évacuer les cavaliers sans monture vers les dépôts de remonte d’Allemagne, Napoléon aurait pu sauver une grande partie de son armée et aurait disposé en 1813 de cette cavalerie qui lui a fait défaut durant toute la campagne d’Allemagne.

La retraite de l’armée française, poursuivie par l’armée russe et harcelée par les cosaques, occupe les chapitres 17 à 22. Epuisés, frigorifiés, dépourvus de ravitaillement dans les campagnes désolées qu’ils traversent, les soldats de l’armée napoléonienne endurent un calvaire qui décime la plupart des unités. Les nombreux récits rapportés par Adam Zamoyski font froid dans le dos : soldats obligés de se découper des lamelles de peau sur leurs propres cuisses pour ne pas mourir de faim, chevaux dévorés sur place, soldats morts congelés dans la nuit et même des cas de cannibalisme… De Moscou à Vilna en passant par Smolensk et la Bérézina, la retraite de l’armée française est un long calvaire.
Au total, la campagne de Russie a fait plus de 400 000 victimes chez les Français et leurs alliés, dont moins d’un quart au combat. Les proportions sont équivalentes chez les Russes. Si on ajoute les victimes civiles, on arrive au chiffre de près d’un million de morts pour l’ensemble de la campagne de Russie.

La défaite de Napoléon entraîne le basculement de la Prusse dans le camp russe, puis, devant le refus de Napoléon de négocier, le basculement de la Suède et de l’Autriche. Les forces russes ne s’arrêteront pas avant d’avoir atteint Paris où le tsar Alexandre, acclamé par la foule, se posera en libérateur de l’Europe.

Pour les vétérans de l’armée russe qui ont chassé l’envahisseur étranger et libéré leur pays, la désillusion est grande après la guerre face au raidissement du tsar. Elle est à la hauteur de la déception des patriotes allemands qui appelaient de leurs vœux la libération de l’Europe et qui voient leurs rêves d’unité nationale se briser contre la Sainte-Alliance mise en place par Alexandre.
En France, la campagne de Russie survit dans la mémoire des vétérans, le passage de la Bérézina symbolisant à lui seul dans la mémoire collective la fin tragique de l’épopée napoléonienne.

Bien écrit et passionnant à lire, riche de très nombreux témoignages et agrémenté de nombreuses cartes dont on appréciera la clarté indispensable dans un livre d’histoire militaire, l’ouvrage d’Adam Zamoyski constitue indiscutablement un ouvrage de référence sur la campagne de Russie.

David NOËL   

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 431 d’Historiens & Géographes,
juillet-août 2015.

Un autocollant sur une plaque

Plaque Joseph Fontaine 2Un autocollant sur une plaque… Ma première rencontre avec Joseph Fontaine, ce militant communiste assassiné par les Camelots du Roi au cours d’une contre-manifestation antifasciste organisée à Hénin-Liétard le 11 avril 1934, date du mois de novembre 2003. Tout est parti d’un autocollant sur une plaque.

A l’époque, en me rendant acheter mon journal à la maison de la presse, je me suis arrêté, n’en croyant pas mes yeux : il y avait un autocollant Front national collé sur la plaque de marbre commémorant l’assassinat de Joseph Fontaine apposée le long du mur de la pâtisserie qu’on appelait alors « Au gâteau des rois » et qui s’appelle aujourd’hui « Mehdi Fournil ».

Cet autocollant, recouvrant le marteau et la faucille du Parti communiste, comme un défi, m’a profondément choqué. En cette fin d’année 2003, j’avais 23 ans. L’année précédente, j’avais consacré mon mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine au « mouvement ouvrier dans l’arrondissement de Douai pendant l’entre-deux-guerres« . Jean Vavasseur-Desperriers, professeur d’histoire contemporaine spécialiste de la droite durant l’entre-deux-guerres, avait accepté d’être mon directeur de recherche.

J’avais évoqué très brièvement dans mon mémoire de maîtrise l’affaire Joseph Fontaine : Léon Escoffier, le grand maire SFIO de Douai durant l’entre-deux-guerres, avocat, ligueur et franc-maçon était alors l’avocat de la ville d’Hénin-Liétard et avait plaidé lors du procès aux assises de Saint-Omer. Les renseignements que j’avais trouvés dans Douai Républicain, consulté à la bibliothèque municipale de Douai, étaient succincts et dans mon mémoire de maîtrise, je commets d’ailleurs une erreur en attribuant aux Croix de Feu plutôt qu’aux Camelots du Roi la mort de Joseph Fontaine.

En novembre 2003 donc, je préparais le Capes d’histoire-géographie à l’université de Lille III. L’année précédente, je m’étais impliqué dans les grandes manifestations contre la présence de Jean-Marie Le Pen au second tout de l’élection présidentielle. Militant de l’UNEF, élu au conseil de l’UFR d’histoire, altermondialiste inscrit à ATTAC, j’étais alors un militant étudiant antifasciste et j’avais adhéré à la Ligue des Droits de l’Homme, rencontrée lors d’un débat à la fac organisé par l’UNEF.

Cet autocollant sur une plaque, comme une insulte au Parti communiste, comme un défi à l’ensemble de la gauche, m’a choqué. Personne ne semblait l’avoir remarqué ni s’en émouvoir. Antilibéral, je n’étais pas encore communiste à l’époque.  J’aurais pu adhérer à la LCR plutôt qu’au PCF, mais mon mémoire de maîtrise m’avait fait connaître et aimer les communistes.

J’ai fait ce que je savais faire, ce que j’avais appris à faire à l’UNEF. J’ai écrit un tract avec un appel à rassemblement et collecté des signatures d’organisations. J’ai appelé la presse et un journaliste de Nord-Eclair est venu m’interviewer.

Le Parti communiste local a réagi. Marie-Serge Opigez, conseillère municipale et secrétaire de la section d’Hénin-Beaumont ainsi que Jean-Claude Danglot, conseiller régional et secrétaire de la fédération se sont rendus au rassemblement que j’avais organisé avec quelques camarades. C’était la première fois que je rencontrais les militants communistes locaux. Suspicieux, ils croyaient que j’étais « manipulé » par le maire d’Hénin-Beaumont.

Le Front national, par la bouche de Steeve Briois, alors conseiller municipal d’opposition et conseiller régional, a réagi dans la presse en disant ne pas avoir collé d’autocollant sur la plaque de Joseph Fontaine et en supposant que j’étais « manipulé » par le maire d’Hénin-Beaumont, leur bête noire.

Naturellement, le maire d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville s’est rendu au rassemblement que j’avais organisé, accompagné d’élus municipaux de sa majorité. La plaque avait été nettoyée et l’autocollant enlevé. La municipalité et le Parti communiste ont chacun déposé une gerbe de fleurs. Par la suite, Gérard Dalongeville a demandé à me rencontrer et je lui ai proposé de mettre en place une série de conférences-débats animées par des associations comme ATTAC ou la LDH pour faire de l’éducation populaire et lutter contre les idées d’extrême droite.

Un an après cette affaire d’autocollant, en décembre 2004, je rejoignais le Parti communiste.

Devenu secrétaire de la section d’Hénin-Beaumont du PCF, je n’ai jamais oublié de rendre hommage à Joseph Fontaine chaque année au mois d’avril.

Au printemps 2014, pour le 80ème anniversaire de l’assassinat de Joseph Fontaine et alors qu’Hénin-Beaumont venait d’être conquise par le Front national, j’ai voulu prononcer un discours différent des autres années. J’ai fait quelques recherches et écrit un article d’une quinzaine de pages sur l’assassinat de Joseph Fontaine et le « moment antifasciste » de 1934-1936.

Je venais d’écrire un article. J’avais de la matière. Je n’avais jamais fait de DEA. Pourquoi ne pas me lancer dans un master 2 ?

C’est comme ça que mon mémoire de master 2 est parti d’un autocollant sur une plaque…

Les années 30 sont de retour

Couverture les annees 30 sont de retourRenaud DELY, Claude ASKOLOVITCH, Pascal BLANCHARD et Yvan GASTAUT, Les années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, Editions Flammarion, octobre 2014, 346 pages.

Le spectre des années 30 n’en finit plus de hanter l’Europe et le discours des responsables politiques. De la crise des subprimes de 2008 comparée à la crise de 1929 aux élections européennes de 2014, marquées par une poussée de formations national-populistes analysée comme une résurgence du fascisme, la comparaison du monde d’aujourd’hui avec celui des années 30 est devenu un lieu commun journalistique.

C’est pour analyser la pertinence de ce lieu commun que deux journalistes et deux historiens viennent de publier Les années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, sorti aux éditions Flammarion en octobre 2014.
Journaliste à I-Télé pour Claude Askolovitch et au Nouvel Observateur pour Renaud Dély après être passé par Libération, Le Parisien, Marianne et France Inter, les deux journalistes sont des figures médiatiques bien connues des lecteurs. Pascal Blanchard, lui, est chercheur au laboratoire Communication et politique du CNRS, spécialiste de la colonisation et de l’immigration tandis qu’Yvan Gastaut, historien et chercheur au laboratoire URMIS (migrations et société) enseigne à l’université de Nice.

L’ouvrage est divisé en quatre parties intitulées : « les crises », « les peurs », « les fractures » et « les idéologies ». Il est accompagné d’une chronologie qui retrace les principaux événements de 1928 à 1944 et de 1998 à 2014.

La première partie aborde les crises économiques, politiques et internationales des années 30 et d’aujourd’hui. Les auteurs racontent le déroulement et les mécanismes de la crise de 1929 et les réponses déflationnistes apportées par des gouvernements soucieux, hier comme aujourd’hui, de retour à l’équilibre budgétaire. La politique de « l’euro fort » fait écho à celle du « franc fort » : « A observer les décisions prises par les gouvernants européens depuis 2008, les leçons de la catastrophe économique des années 30 n’ont pas été retenues ».
Comme dans les années 30, la crise économique s’accompagne d’une crise politique et là, les auteurs reviennent sur les résultats des élections européennes de juin 2014 qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe politique. Si le Front national, l’UKIP et Aube Dorée ne sont pas le NSDAP, le parti fasciste et les Croix de Feu, une dynamique national-populiste portée par une nouvelle génération de leaders fait écho à la dynamique fasciste des années 30 : « un spectre hante l’Europe. Les alliances électorales sont possibles […] ; la prise de pouvoir aussi […] ; les politiques publiques sont sous influence ».
Les droites occupent la rue et les initiateurs du « Jour de Colère », Civitas et le Printemps Français apparaissent comme des lointains successeurs des initiateurs de la manifestation du 6 février 1934 de même que le Tea Party et la « Manif pour tous » font écho à l’Action française.
Dans ce contexte, la crise Ukrainienne et l’annexion de la Crimée résonne, selon les auteurs, comme un nouveau Munich, même si les auteurs prennent garde de comparer Vladimir Poutine à Hitler.
La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux peurs qui ont agitent nos sociétés des années 30 et d’aujourd’hui. Les auteurs comparent ainsi le « péril rouge » des années 30 et la peur des musulmans post révolution iranienne et post 11 septembre. Communistes hier et musulmans aujourd’hui sont érigés en « ennemis intérieurs » qu’il faudrait combattre.
Analysant au chapitre 7 les discours sur l’immigration, les auteurs font le parallèle entre le rejet des « métèques » hier et la peur des immigrés roms ou maghrébins aujourd’hui. Le chapitre 8 est consacré aux mutations de l’antisémitisme. De Louis-Ferdinand Céline et Xavier Vallat à Alain Soral et Dieudonné, on assiste à une « impressionante sensation de redite » sur fond d’importation du conflit israélo-palestinien dans les banlieues qui amène la communauté juive, attachée à la défense d’Israël, à se rapprocher de la droite, voire de l’extrême droite : « une part des discours antisémites d’avant-guerre, qui accusait un groupe de trois cent mille personnes d’accaparer un pays tout entier, se trouve désormais utilisé contre les arabo-musulmans artisans d’un « Grand Remplacement » qui chasserait les Français hors de leur pays ».
Face au racisme et à l’antisémitisme, des intellectuels, des artistes, des associations se lèvent, du CVIA (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes) à SOS Racisme, mais le camp des « antis » se fissure sur la question de la laïcité « comme jadis entre pacifisme et résistance militaire au fascisme ». « Le Front popu, pour les intellectuels, était né du 6 février. Il avait aussi grandi dans les marches de la faim organisées par les municipalités communistes, et par le rejet de la déflation de Pierre Laval, vécu alors comme un affameur. A se souvenir de l’antifascisme et de lui seul, comme paradigme de l’histoire, on oublie que la trame de l’histoire était sociale, et le premier mot du triptyque du Front populaire, « Le pain, la paix, la liberté », comptait au moins autant que les autres ».
La question des banlieues est au cœur du chapitre 10, dans lequel les auteurs s’interrogent sur les continuités entre les politiques de contrôle des territoires coloniaux des années 30 et les politiques urbaines mises en œuvre dans les banlieues, sur fond de méfiance envers ces classes dangereuses issues de l’immigration post-coloniale.

En crise et en proie à des peurs irrationnelles, notre société, comme celle des années 30, serait traversée de fractures : de l’affaire Stavisky à l’affaire Bygmalion, la méfiance envers les responsables politiques se généralise ; les politiciens seraient « tous pourris ». La digue entre droite modérée et extrême droite se fissure. A l’instar de Louis Marin, le président de la Fédération Républicaine rejoignant le Front de la Liberté avec le PPF de Jacques Doriot dans les années 30, une partie de l’UMP est tentée par la ligne de Patrick Buisson et par un rapprochement avec le Front national. A gauche, le pacte de responsabilité hollandais est un renoncement que les auteurs mettent en parallèle avec la pause blumiste. Les attaques de la « presse haineuse » Valeurs Actuelles contre Christine Taubira rappellent celles de Gringoire et de l’Action Française contre Roger Salengro dans les années 30.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux idéologies. Les auteurs y étudient le poids du passé. Pour les hommes de la génération de Léon Blum, marqués par l’affaire Dreyfus, l’antisémitisme des ligues nationalistes des années 30 est la répétition de l’Affaire. C’est la guerre d’Algérie et la question coloniale qui sont au cœur des questions mémorielles contemporaines : débats sur la place de la colonisation et de l’esclavage dans les programmes scolaires, rejet de la « repentance » par une partie de la droite et par le Front national. Ces débats agitent des sociétés marquées par le spectre de la décadence, des non-conformistes des années 30 aux déclinistes comme l’économiste Nicolas Baverez.
Dans nos sociétés en crise, les moments d’union nationale apparaissent comme une illusion éphémère, qu’il s’agisse de l’exposition coloniale de 1931, qui annonce les futures guerres de décolonisation, ou de la victoire des Bleus lors de la coupe du monde de 1998, qui se fracasse sur les sifflets du match France-Algérie de 2001 et la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002. C’est sur le sport comme idéologie et démonstration de puissance, des Jeux olympiques de Berlin de 1936 à ceux de Sotchi de 2014, que s’achève Les années 30 sont de retour avant que les auteurs ne concluent sur l’importance cruciale de la mémoire, « pense-bête pour la démocratie contre l’oubli, toujours dévastateur ».

L’ouvrage de Renaud DELY, Claude ASKOLOVITCH, Pascal BLANCHARD et Yvan GASTAUT constitue un exercice de style qu’on jugera parfois un peu acrobatique notamment sur les questions internationales, finalement assez peu présentes. Le propos est plus convaincant sur les questions de politique intérieure. Cet essai d’histoire comparative et d’actualité présente un intérêt historique somme toute limité ; il constitue plutôt un ouvrage de vulgarisation historique pour armer les militants saisis par le doute en leur donnant une grille de lecture et une profondeur d’analyse qui manque parfois dans le débat public.

David NOËL

Je vous écris de France

Je vous ecris de FranceAurélie LUNEAU, Je vous écris de France, Editions L’iconoclaste, mai 2014, 285 pages.

Docteur en histoire et productrice à France Culture, Aurélie Luneau, qui avait déjà publié en 2005 « Radio Londres, les voix de la liberté » s’est intéressée cette fois au courrier adressé par les Français à la BBC entre 1940 et 1944. Le résultat s’appelle « Je vous écris de France » et vient de paraître aux éditions L’iconoclaste en partenariat avec France Culture, France Info et la fondation d’entreprise La Poste.

Le bel ouvrage d’Aurélie Luneau, préfacé par Jean-Louis Crémieux-Brilhac, à l’époque chef du service de radiodiffusion de la France libre, rassemble des dizaines d’extraits de lettres parvenues par différents moyens à la BBC. Certaines de ces lettres – une cinquantaine – figurent dans l’ouvrage en photographie et même, pour quelques-unes, sont insérées en fac-similé. Il y a quelque chose d’émouvant à découvrir ces lettres manuscrites, le plus souvent anonymes, parfois accompagnées de dessins, rédigées par des Français et des Françaises qui prenaient de vrais risques pour écrire à leurs « amis de Londres ».

Aurélie Luneau a découpé son recueil en 4 chapitres : « L’effondrement », « La France asservie », « Le tournant de la guerre » et « L’attente ». Les premières lettres écrites au lendemain de l’appel du 18 juin arrivent en Angleterre au mois de septembre 1940 au rythme d’une centaine de lettres par mois. Le flot de lettres se tarit après l’invasion de la zone libre en novembre 1942 pour disparaître complètement à partir de la fin de l’année 1943.

Ces lettres adressées à Radio Londres partent de la zone libre et transitent par la Suisse, le Portugal ou encore l’ambassade des Etats-Unis à Lyon. Elles mettent en général deux mois pour arriver à destination. On confie ses lettres à un ami qui part à l’étranger ou on les poste en comptant sur la bienveillance d’un censeur qui les laissera passer. Les correspondants anonymes se choisissent parfois des pseudonymes révélateurs tels que « Croix de Lorraine », « Libération d’abord » ou « Guillaume Tell ».

A partir de janvier 1941, tous les vendredis, l’émission « Les Français parlent aux Français » est consacrée à la lecture des lettres de France. L’émission est attendue avec impatience par les auditeurs qui demandent quand ils écrivent qu’on accuse réception de leur lettre ou qu’on leur donne des nouvelles d’un frère, d’un fils ou d’un ami engagé au sein des Français libres.

Ces lettres des auditeurs de la BBC témoignent de l’impact des émissions de Radio Londres sur l’opinion publique française. Si les premières lettres, rédigées en 1940, défendent parfois l’action de Pétain ou critiquent les Anglais accusés de ne pas s’être assez battus durant la campagne de France, on sent très vite dans les lettres reçues à la BBC le basculement de l’opinion qui tient Pétain, Laval, Darlan et les groupements collaborationnistes comme le PPF dans la même exécration.
Il faut évidemment nuancer le portrait de l’opinion publique française sous l’occupation qui ressort de « Je vous écris de France ». D’abord parce qu’à l’époque, seuls 6,5 millions de foyers sont équipés d’un poste de TSF. Si on écoute les émissions de radio en famille, il n’est pas facile, sous l’occupation, de capter la BBC : le brouillage allemand gêne la réception ; les postes sont confisqués, en particulier dans les départements littoraux où les Allemands attendent le débarquement.
Pour autant, ces lettres adressées à la BBC sont d’un intérêt historique indéniable. Elles disent toutes le « non-consentement » à l’occupation de la patrie. Elles fourmillent d’anecdotes sur les difficultés de la vie quotidienne, les files d’attente interminables mais elles contiennent aussi des renseignements sur la disposition des troupes allemandes et les établissements industriels à bombarder. A ce titre, elles étaient d’abord analysées par les services anglais avant d’être transmises à l’équipe de Radio Londres.

Ces lettres permettent de mesurer l’écho des campagnes lancées par Radio Londres, comme celle du V de la victoire, dessiné sur tous les murs comme le confirment plusieurs lettres. Beaucoup d’auditeurs parlent avec mépris de la presse aux ordres de l’occupant. Un auditeur du Pas-de-Calais évoque le triomphe des manifestations du 11 mai 1941 pour la fête de Jeanne d’Arc à Lens, Hénin-Liétard, Oignies et Lille. Un auditeur nantais raconte qu’on siffle Hitler et Mussolini lors de la diffusion des actualités au cinéma. A la séance suivante où des gardes ont été postés et les sifflets interdits, tout le public se met à tousser et éternuer. Plus loin, un autre auditeur nantais revient sur le 14 juillet 1941 : « Les fleurs n’étaient pas défendues. Donc au balcon, nous vîmes fleurir des guirlandes et des bouquets tricolores ». Un autre auditeur, habitant de Pontarlier évoque « tout un peuple portant en guise d’insigne un bouquet de muguet » et défilant devant la mairie le 1er mai 1942.

On ne comprend pas le maintien de Darlan en Algérie, on dresse des listes de collaborateurs notoires et tandis que la guerre se prolonge, l’impatience grandit et les messages des auditeurs se font plus pressants : « Hâtez-vous, hâtez-vous, nous ne tenons plus. Venez au plus vite sinon vous risquez de débarquer dans un pays où il n’y aura plus que des fous, des morts, des agonisants » écrit un auditeur dans une lettre non signée datée d’avril 1943.

Pendant quatre ans, les lettres adressées à la BBC, jetées comme autant de bouteilles à la mer, ont été la manifestation concrète du lien qui s’était tissé entre les voix de la France libre et les habitants de la France occupée. C’est tout l’intérêt du beau livre d’Aurélie Luneau que de nous donner à voir ce lien en faisant ressortir ces lettres de l’oubli.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le supplément électronique du numéro 430 d’Historiens & Géographes, Mai-juin 2015.

Gorbatchev

Bio GorbatchevBernard LECOMTE, Gorbatchev, Editions Perrin, mars 2014, 462 pages.

Ancien chef du service étranger de la Croix puis grand reporter à l’Express où il a couvert la fin du communisme en Europe, le journaliste Bernard Lecomte, spécialiste de la papauté et auteur de biographies de Jean-Paul II (Gallimard, 2003) et Benoît XVI (Perrin, 2011), nous livre une biographie de Mikhaïl Gorbatchev qui vient de paraître aux éditions Perrin, alors qu’on célèbrera en 2015 le trentième anniversaire de l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev.

1985-1991 : Mikhaïl Gorbatchev a occupé le pouvoir suprême de la deuxième puissance du monde relativement peu de temps, mais son action a bouleversé le monde. Gorbatchev a mis fin à la guerre froide, mais, sans le vouloir, a provoqué la désintégration de l’URSS et fermé une parenthèse ouverte soixante-dix ans plus tôt, en 1917.
L’ancien prix Nobel de la paix, aujourd’hui âgé de 83 ans, est, paradoxalement, une des personnalités les plus détestées de Russie. Cinq ans après sa démission, Gorbatchev, candidat à l’élection présidentielle de 1996, obtenait un score dérisoire de 0,5 % des voix. Comment expliquer un tel décalage ?

Pour y répondre, Bernard Lecomte revient d’abord sur les années d’enfance et de formation du futur dirigeant de l’URSS. Né en 1931 dans la région de Stavropol, au nord du Caucase, Gorbatchev est encore tout jeune quand ses deux grands-pères sont arrêtés puis relâchés au moment de la collectivisation des terres. Son village est occupé quelques mois en 1942. Après la guerre, le jeune « Micha » reprend sa scolarité au collège et aide son père à conduire la moissonneuse-batteuse. Gorbatchev est un bon élève qui s’intéresse à tout et un travailleur courageux. A 18 ans, après une récolte exceptionnelle, il est décoré de l’ordre du Drapeau rouge du Travail. Il part pour Moscou où il s’inscrit à l’université pour suivre des études de droit. C’est là qu’il fait ses premiers pas en politique, rejoignant la section locale du Komsomol (les Jeunesses communistes) en 1950 et le Parti communiste en 1952. C’est surtout là qu’il rencontre celle qui deviendra la femme de sa vie, Raïssa Maximovna, qu’il épouse en 1953.

Gorbatchev et Raïssa sont de retour à Stavropol en 1955. Tandis que Raïssa enseigne, donne des conférences et se lance dans la rédaction d’une thèse de sociologie, Gorbatchev devient permanent du Komsomol de Stavropol dont il devient le premier secrétaire en 1961. De 1961 à 1970, Gorbatchev gravit les échelons dans l’appareil communiste régional, jusqu’à sa nomination comme premier secrétaire du PC pour la région de Stavropol, en 1970, grâce à la protection de Fédor Koulakov et de Iouri Andropov, le puissant chef du KGB. Entre-temps, Gorbatchev s’était inscrit à l’Institut d’agronomie de Stavropol dont il a suivi pendant trois ans les cours par correspondance. L’année suivante, en 1970, Gorbatchev, qui n’a pas encore 40 ans, rencontre Brejnev, curieux de mieux connaître ce jeune chef régional du PCUS spécialiste des questions agricoles. Brejnev le promeut au Comité Central du PCUS. Pour Mikhaïl Gorbatchev, c’est une consécration.

A la tête de la région de Stavropol, Gorbatchev se montre un gouverneur de province dynamique, obstiné et pragmatique. Il fait construire un canal d’irrigation, les rendements agricoles augmentent. Tandis qu’il découvre les privilèges de la nomenklatura et les déplacements en délégation officielle à l’étranger, Gorbatchev, toujours loyal à Brejnev, prend la mesure des dérives du système bureaucratique, de la corruption endémique, de l’absence de statistiques fiables.
En 1978, Gorbatchev est nommé secrétaire du Comité Central en charge des questions agricoles. Il assiste aux luttes d’influence qui opposent les héritiers putatifs de Brejnev, qui meurt en 1982. Iouri Andropov prend les rênes de l’URSS et entame des réformes, mais sa mort prématurée en 1984 les laisse inachevées. Le successeur d’Andropov, Konstantin Tchernenko est un apparatchik médiocre et déjà malade, presque grabataire quand il accède au pouvoir. A sa mort en mars 1985, le choix de Gorbatchev, « secrétaire général bis » s’impose naturellement.

Le nouveau secrétaire général du PCUS veut faire oublier Brejnev. Il renouvelle les cadres, il se rend dans les usines où il aime le contact direct avec la population. Il lance la perestroïka (restructuration). Le 26 avril 1986, c’est la catastrophe de Tchernobyl. Gorbatchev en fait un argument pour le changement et la transparence (glasnost).

Pour faire face aux résistances prévisibles de l’appareil du parti, Gorbatchev encourage les intellectuels, les artistes et les écrivains à tout dire sans tabous. Lui-même montre l’exemple en qualifiant la répression stalinienne de « faute immense et impardonnable ». C’est la fin de la censure. En décembre 1986, il fait libérer le plus prestigieux des dissidents, l’académicien Sakharov. Des centaines de prisonniers politiques sont libérés, mais il faudra attendre 1989 pour que l’Archipel du goulag, de Soljenitsyne, soit enfin publié en URSS.

Un des premiers combats de Gorbatchev sera la lutte contre l’alcoolisme, véritable fléau en URSS, mais après deux ans de campagne antialcoolique, le bilan est plus que mitigé. Les distilleries clandestines se sont multipliées autant que les cas d’intoxication et Gorbatchev, le « secrétaire minéral », a dilapidé une grande partie de son capital sympathie.

Au Kremlin et à l’étranger, Gorbatchev est accompagné de Raïssa, véritable « first lady » à l’américaine, qui ringardise Nancy Reagan et jouit d’une réelle popularité… hors d’URSS où la presse et l’opinion publique n’acceptent pas qu’une femme joue les premiers rôles et où on la juge « trop occidentale ».

Les premières lézardes apparaissent en 1987. Alors que le numéro 2 du PCUS, Egor Ligatchev fédère les opposants à la perestroïka qui déstabilise l’appareil du parti et ses fonctionnaires, le patron du PC de Moscou, Boris Eltsine, est démis de ses fonctions en raison de son impatience et de ses positions « ultraperestroïkistes ». Véritable joueur d’échecs, Gorbatchev se lance dans une « fuite en avant » à l’occasion de la Conférence nationale du PCUS qui se tient en 1988. Son objectif est de rétablir la primauté de l’Etat sur le Parti réticent face aux réformes économiques et d’instaurer un régime présidentiel. Pour la première fois, les citoyens soviétiques éliront le Congrès des députés du peuple, qui élira le premier président de l’URSS et la pluralité des opinions sera admise.

Pour réussir ses réformes à l’intérieur, Gorbatchev doit mettre fin à la course aux armements et sortir du bourbier afghan. En novembre 1988, devant l’assemblée générale de l’ONU, Mikhaïl Gorbatchev fait sensation en affirmant la « liberté de choix » de chaque nation. En cette année 1988, les nationalités s’éveillent en URSS, notamment dans les pays baltes et dans le Caucase où des affrontements opposent Arméniens et Azéris.

Au printemps 1989, c’est l’élection du congrès des députés du peuple. Conservateurs et libéraux s’opposent de plus en plus vivement. Gorbatchev est cependant élu président du Soviet suprême. Pour Bernard Lecomte, « en minimisant le pouvoir du parti, Gorbatchev a tari la source de sa propre légitimité. C’est au moment où il détient tous les pouvoirs que ceux-ci se dérobent ».

La chute du mur de Berlin en novembre 1989 surprend Gorbatchev. Le secrétaire général du PCUS méprisait certes Erich Honecker, mais il n’avait pas imaginé que l’affirmation de la « liberté de choix » des pays frères et la fin de la menace militaire soviétique aurait pu marginaliser les équipes perestroïkistes et réformatrices et mener au pouvoir de vrais opposants nationalistes et libéraux. C’est pourtant ce qui se passe dans toute l’Europe de l’Est. Gorbatchev est tout aussi impuissant face à la volonté d’Helmut Kohl de réunifier l’Allemagne.

Alors que la crise économique s’aggrave et que les pays baltes réclament l’indépendance, Gorbatchev se bat désormais pour un nouveau traité d’union entre les républiques de l’URSS. A la tête d’un PCUS qui se transformerait en parti social-démocrate et conserverait son hégémonie face aux autres partis qui seraient légalisés, Gorbatchev se rêve en président fédéral aux pouvoirs renforcés mais il doit désormais compter avec Boris Eltsine, qui vient d’être élu président de la Russie et a quitté le PCUS. Tout au long de l’année 1990, c’est la « guerre des lois » entre les deux présidents qui édictent des lois contradictoires.

Le 15 octobre 1990, Gorbatchev reçoit le prix Nobel de la Paix dans l’indifférence générale de la population soviétique qui fait la queue dans les magasins. Dans ce contexte, le putsch d’août 1991 mené par les conservateurs du politburo est un « putsch minable » qui ne fait qu’hâter la dislocation de l’URSS. Soutenu par la population russe, Boris Eltsine apparaît comme le sauveur d’un Gorbatchev qui n’a pas su rompre avec les conservateurs du Parti communiste. Le PCUS est suspendu. Président d’une Union soviétique de plus en plus virtuelle, Gorbatchev est un président en sursis dont les tentatives de préserver un caractère fédéral à l’URSS ne peuvent qu’échouer. En décembre 1991, la signature de la Communauté des Etats Indépendants sonne le glas de l’URSS. Le 25 décembre, Gorbatchev annonce sa démission.

Le désormais ex-président, devenu social-démocrate et écologiste, ne prend pas sa retraite politique pour autant. Sillonnant le monde pour donner des conférences, il multiplie les critiques contre Eltsine et se présente aux élections présidentielles de 1996 contre l’avis de Raïssa – qui décèdera en 1999 – et de tout son entourage. Son score de 0,5 % constitue une humiliation révélatrice de l’impopularité de Gorbatchev dans son pays.

Gorbatchev a-t-il été un grand homme politique ? En conclusion de sa biographie, Bernard Lecomte répond par l’affirmative : d’abord parce qu’il a encouragé par ses réformes le réveil des peuples d’Europe de l’Est et ensuite parce qu’il a mis fin à la guerre froide en choisissant délibérément de ne pas envoyer les chars soviétiques écraser ce mouvement. Pour Bernard Lecomte, c’est cette décision qui fait de Gorbatchev un « géant du XXe siècle ».

Plus de vingt ans après la chute de l’URSS, la biographie de Bernard Lecomte permettra en tout cas de mieux connaître le dernier dirigeant de l’URSS et de comprendre ce que furent ses choix politiques qui ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui.

David NOËL 

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 430 d’Historiens & Géographes,
mai-juin 2015.

1914, la grande illusion

1914 la grande illusionJean-Yves LE NAOUR, 1914 La grande illusion, Editions Perrin, octobre 2012, 404 pages.

Parmi les nombreux ouvrages qui paraissent à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, 1914 La grande illusion de Jean-Yves Le Naour, professeur en classes préparatoires et docteur en histoire spécialiste de la guerre 1914-1918, s’impose comme une des meilleures synthèses sur l’année 14. Ce livre qui est paru chez Perrin en octobre 2012 devrait séduire étudiants, enseignants et tous les amateurs d’histoire qui s’intéressent à la Première Guerre mondiale.

Comme il se doit, 1914 La grande illusion débute avec une introduction narrant la « chronique d’une mort annoncée », celle de François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo et s’achève par une conclusion sur cette année 1914, la plus meurtrière de toute la guerre : « déjà tant de morts » conclut l’auteur, rappelant que plus de 300 000 Français et 260 000 Allemands ont perdu la vie entre août et décembre 1914.

Découpé en douze chapitres, 1914 La grande illusion porte bien son titre tant les illusions ont été nombreuses, en cette année où démarre le premier conflit mondial. Les trois premiers chapitres, intitulés « Peur sur l’Europe », « Maintenant ou jamais » et « Dix jours qui ébranlèrent le monde » – un clin d’œil au témoignage du journaliste américain John Reed sur la Révolution d’Octobre – reviennent en détail sur la crise diplomatique de l’été 1914 qui aboutit finalement à la guerre. Jean-Yves Le Naour nous restitue avec clarté l’atmosphère de paranoïa qui règne dans les chancelleries européennes où tout le monde a peur : l’Autriche a peur des Slaves qui menacent l’unité de son empire, l’Allemagne a peur de la menace russe, mais aussi du désir de revanche fantasmé des Français tandis que l’Angleterre a peur de la montée en puissance de l’Allemagne, notamment sur mer. Bref, tout le monde a peur et tout le monde s’illusionne sur les intentions des voisins.
Dans ce contexte, l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne – et dans une moindre mesure la Russie – portent une lourde responsabilité dans le déclenchement de la guerre. En soutenant jusqu’au bout l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne s’est retrouvée « coincée par son propre bluff ». Au moment où elle commence à se rendre compte que la Russie ira également jusqu’au bout et que l’Angleterre ne restera pas neutre, il est déjà trop tard, d’autant plus que les militaires poussent Guillaume II à la guerre préventive avant que la Russie ne devienne une grande puissance industrielle.

Le chapitre 4, « Guerre à la guerre » évoque l’échec des pacifistes et notamment des socialistes et des syndicalistes à empêcher la guerre. La meilleure illustration de cet échec est le fait que le carnet B ne sera finalement pas utilisé pour arrêter les syndicalistes révolutionnaires qui y étaient fichés. Dans les journées cruciales de cette fin de juillet 1914, la CGT « amarre ses vaisseaux à ceux de la SFIO et épouse sa position légaliste de pression sur le gouvernement ». Aucun syndicaliste français n’est prêt à prendre la responsabilité de saboter l’effort de guerre de son pays et de le laisser à la merci de l’ennemi au cas où les prolétaires Allemands ne joueraient pas le jeu de la grève générale et il en va de même de l’autre côté du Rhin. Or, c’est la faiblesse du système jaurésien écrit Le Naour « Que vaut une menace que l’on est incapable de mettre en pratique ? ». La rapidité de la crise diplomatique et l’assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914 empêchent l’Internationale socialiste de se réunir à temps. La SFIO comme la CGT se rallient à la défense nationale tandis que toute la presse, y-compris ceux qui la veille appelaient au meurtre de Jaurès saluent le tribun socialiste : « il fallait se dépêcher d’engloutir Jaurès sous les fleurs et de tirer son cadavre dans la tranchée de l’unité nationale ».

Les chapitres 5 et 6, « Personne ne pensait à la guerre » et « La chasse aux Allemands » s’intéressent à l’entrée en guerre. Jean-Yves Le Naour raconte l’inflation et « la valse des étiquettes », mais aussi les mariages précipités du mois d’août 1914 et les prophéties des voyantes et des charlatans. Il évoque aussi la vague d’espionnite qui submerge la France où rumeurs et fausses nouvelles se répandent comme une traînée de poudre : on raconte que des Allemands déguisés en religieuses distribueraient des bonbons empoisonnés aux enfants, on s’attaque aux laiteries de la société Maggi (pourtant suisse), à ses bouillons Kub et à ses publicités, qui, à en croire les délires de l’Action Française serviraient de panneaux indicateurs en cas d’invasion allemande. C’est « une sorte de folie collective » rapporte un caporal qui doit intervenir pour empêcher le lynchage d’un commerçant auvergnat suspecté d’être allemand à cause de son accent.

Le chapitre 7 « La peau de l’ours », est largement consacré au général Joseph Joffre et à son plan de bataille, que personne au gouvernement ne connaît. Sûr de lui, ne voulant rendre de compte à personne et surtout pas au pouvoir politique, ni même à ses subordonnés laissés dans l’ignorance, le commandant en chef veut attaquer les Allemands en Lorraine pour y fixer leur aile gauche, les laisser pénétrer en Belgique et envahir le Nord de la France et attaquer au centre, dans les Ardennes, à la façon de Napoléon à Austerlitz. Fétichiste de l’offensive baïonnette au canon et sabre au clair, Joffre voit se briser ses rêves de gloire sur les mitrailleuses allemandes. Son autre erreur est d’avoir grossièrement sous-estimé les forces de l’aile droite allemande, par mépris pour les soldats de réserve que lui n’a pas voulu engager. On voit dans le chapitre 8, « L’heure de vérité », que les illusions du général Joffre auraient pu aboutir à la défaite française. A la fin du mois d’août 1914, les armées franco-anglaises ont été sévèrement accrochées et forcées de reculer. Le désastre de 1870 semble se reproduire.

Envahie, « La France a peur ». Le chapitre 9 évoque l’intox et le bourrage de crâne. Les journaux français sont pleins de balles allemandes qui ne blessent pas, d’obus qui n’explosent pas, d’Allemands affamés et ridicules qui se précipitent pour manger les tartines beurrées des soldats français tandis que certains jurent que des centaines de milliers de soldats russes auraient déjà débarqué en France. Mais la peur est parfois justifiée : si des bobards ont bien circulé sur les Allemands coupeurs de mains, les atrocités allemandes en Belgique et dans le Nord de la France au moment de l’invasion sont une réalité. Plusieurs milliers de civils ont été exécutés par l’armée allemande qui vivait dans le souvenir de 1870 et la crainte des attaques de francs-tireurs.

Tandis que le gouvernement s’est replié provisoirement sur Bordeaux, Gallieni, nommé gouverneur militaire de Paris et Joffre vont profiter de l’opportunité offerte par la manœuvre de l’armée de Kluck, qui offre son flanc à la contre-attaque française, pour sauver la capitale. C’est « Le miracle de la Marne » que Jean-Yves Le Naour raconte au chapitre 10. Les deux généraux, qui se détestent cordialement, chercheront tous deux à s’attribuer la paternité de cette victoire, qui ne sera cependant pas transformée, l’armée allemande parvenant à reculer et à se retrancher sur toute la longueur du front.

Le gouvernement peut enfin revenir à Paris et le parlementarisme reprend ses droits. Pour Jean-Yves Le Naour, « l’union sacrée » a toujours été une illusion. C’est en fait une « désunion sacrée » qu’analyse l’auteur dans le chapitre 11, montrant que la droite conservatrice n’a pas renoncé à changer ultérieurement la forme du régime, qu’elle a toujours ses bêtes noires comme Joseph Caillaux et qu’au fond, l’union sacrée oblige la gauche à renoncer à ses fondamentaux tandis que la droite nationaliste n’abdique aucune de ses idées.

En cette fin de septembre 1914, on se rend compte que la guerre sera longue. Aucune des deux armées ne parvenant à déborder l’autre, on s’enterre dans les tranchées en attendant Noël et sans doute la fin de la guerre, au printemps de l’année prochaine. Le dernier chapitre de l’ouvrage de Jean-Yves Le Naour, « Joyeux Noël », s’intéresse à ces derniers mois de l’année 1914. Les premières voix pacifistes se font entendre à la CGT où Pierre Monatte démissionne de la direction du syndicat. En Allemagne, Karl Liebknecht vote contre les crédits de guerre au Reichstag. A l’Est où les Russes ont été repoussés, il n’y aura rien de nouveau non plus, mais l’empire ottoman entre en guerre. Les tentatives de médiation du Pape Benoît XV échouent : il n’y aura pas de trêve, même pour Noël. Pourtant, dans plusieurs secteurs du front, on assiste à des fraternisations durant la nuit de Noël.

A l’heure du bilan, dressé par Jean-Yves Le Naour dans sa conclusion, l’année 1914 a été la plus meurtrière de toute la guerre. On s’achemine vers une guerre longue, mais personne n’imagine qu’elle durera encore quatre ans.

Au fil des quelques 400 pages du livre de Jean-Yves Le Naour, 1914 La grande illusion s’impose, par la qualité de sa rédaction et la richesse de sa documentation comme une des meilleures synthèses sur l’année 1914.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le supplément électronique du numéro 429 d’Historiens & Géographes, Janvier-février 2015.

Pétain en vérité

Petain en veriteMarc FERRO, Pétain en vérité, Editions Tallandier, octobre 2013, 303 pages.

La figure de Philippe Pétain continue d’alimenter les controverses. Vingt-six ans après la publication de sa biographie de référence aux éditions Fayard, Marc Ferro vient de publier chez Tallandier un livre de questions-réponses intitulé « Pétain en vérité » dans lequel il répond aux questions de Serge de Sampigny, auteur et réalisateur du film documentaire « Pétain, un héros si populaire ».

L’ouvrage, divisé en huit chapitres, présente une série de documents en annexe dont des extraits de discours de Pétain, Laval et Doriot, la plaidoirie de Jacques Isorni lors du procès de Pétain, en 1945 ou encore les résultats d’un sondage Ipsos de 1996 sur les grands hommes français au XXème siècle qui reflète une image toujours contrastée de Philippe Pétain.

L’originalité du livre de Marc Ferro tient à sa forme de questions-réponses et à la part de souvenirs personnels que livre l’auteur. Agé de 15 ans en 1940, Marc Ferro nous raconte son exode, sa convocation au commissariat en 1941 où il découvre qu’à la suite de la législation antisémite prise par Vichy, il est considéré comme juif. Le jeune Ferro réussira à gagner la zone sud où il prépare le certificat d’histoire-géographie à la faculté de Grenoble avant de prendre le maquis en 1944 pour éviter le STO. Il ne reverra pas sa mère, envoyée à Auschwitz.
L’histoire personnelle de Marc Ferro rencontre la grande histoire et au fil des chapitres de Pétain en vérité, on s’étonnerait presque de la relative indulgence de Ferro envers Pétain. En fait, Marc Ferro souhaite sortir de la légende rose comme de la légende noire du Maréchal Pétain.

Ainsi, dans le chapitre 2, intitulé « L’homme de Verdun », Marc Ferro reconnaît la lucidité de Pétain et affirme qu’il a été « le meilleur stratège de 14-18 », bien qu’il n’ait pas su valoriser ses idées.
Dans le chapitre suivant, Marc Ferro brosse le portrait d’un Maréchal de France omniprésent durant l’entre-deux-guerres, mais qui reste fondamentalement un général d’infanterie tourné vers la dernière guerre plutôt que vers la prochaine. En matière politique, Philippe Pétain n’est pas fasciste, mais ce Maréchal légaliste souhaite un régime d’ordre garanti par l’armée et commence à réaliser qu’il est un symbole pour une partie de la droite et de l’extrême droite. Le chapitre 4 est consacré aux événements du printemps et de l’été 1940 qui mènent à la mise en place du régime de Vichy. Pour Marc Ferro, il n’y a pas eu de « complot » de Pétain. Au sujet de l’armistice, Marc Ferro admet qu’« en sa substance, cet armistice n’était pas la pire des solutions, même si ses effets bénéfiques n’étaient pas dus à la volonté des négociateurs français ».
Marc Ferro aborde la révolution nationale, « l’enfant » de Pétain, dans le chapitre 5. Pour l’historien, le régime que souhaite Pétain se rapproche de celui de Salazar au Portugal, un régime corporatiste, appuyé sur la paysannerie et l’Eglise catholique. Antisémite dans la tradition maurrassienne, Pétain était indifférent au sort des Juifs et n’avait pas d’état d’âme. Rien n’obligeait le vieux maréchal à promulguer le statut des Juifs et à devancer les exigences allemandes si ce n’est sa xénophobie et son antisémitisme. Si l’existence de la zone libre a permis de sauver des Juifs comme il l’a affirmé lors de son procès, ce n’est pas de son fait.
En collaborant, Pétain a-t-il mené double jeu ? Cette question est au cœur du chapitre 6. Marc Ferro montre clairement que Pétain, lorsqu’il renvoie Laval en décembre 1940, est surtout animé par la rancœur. Si Pétain maintient des contacts avec les Américains qu’il estimait depuis 1917 – au contraire des Anglais -, c’est parce qu’il entend rester au pouvoir en cas de défaite de l’Axe, mais cet homme minutieux qui relit les discours que lui écrivent ses collaborateurs croit en la victoire de l’Allemagne.
La collaboration est même relancée par l’amiral Darlan à partir de février 1941. Pétain a certes pensé à se constituer prisonnier après l’exécution des otages de Châteaubriant, mais ne l’a pas fait et passé ce moment d’indignation non feinte, Pétain propose à Goering un nouveau plan de collaboration. En novembre 1942, après le débarquement des Anglo-Américains en Afrique et l’invasion de la zone sud, Pétain choisit de rester en France et cautionne par sa présence la fascisation accélérée du régime. Sous surveillance, Pétain condamne les attentats de la Résistance et demande aux Allemands d’armer la Milice de Darnand. Lorsqu’il se rend dans les villes touchées par les bombardements en 1944, le chef de l’Etat français se permet bien quelques « espiègleries » à l’encontre de ses geôliers allemands, mais c’est parce qu’il est avant tout animé par sa haine de Laval et sa volonté de rappeler le rôle qu’il s’attribue, celui de père protecteur de la nation. La thèse de De Gaulle, « l’épée » et de Pétain le « bouclier » avancée par Pétain à son procès ne résiste pas à l’examen.
L’existence du régime de Vichy a-t-elle malgré tout empêché l’Allemagne de traiter la France comme la Pologne ? Pour Marc Ferro, l’Allemagne n’avait de toute façon pas l’intention de traiter la France comme la Pologne mais elle a fini par le faire lorsqu’à l’été 1944, les massacres des SS se succèdent à Ascq, Tulle et Oradour.
Marc Ferro montre toute la duplicité de Pétain, mais lui reconnaît toutefois le courage d’être revenu en France pour être jugé. L’avant-dernier chapitre est consacré au procès de Pétain, un procès lors duquel on n’a paradoxalement parlé ni des Juifs, ni de la Résistance, mais principalement des conditions de l’arrivée au pouvoir de Pétain et de l’armistice. A cette occasion, Pétain, qui reste très lucide dans sa stratégie de défense, émet des contrevérités absolues lorsqu’il affirme par exemple avoir toujours été lui-même un résistant. L’opinion publique approuve très majoritairement sa condamnation.

En guise de conclusion, Marc Ferro se demande dans le dernier chapitre s’il y a eu un « pétainisme ». La réponse de l’historien est clairement négative : le pétainisme s’inscrit dans un courant plus large, anti-démocratique et xénophobe qui perdure aujourd’hui, comme perdure, aujourd’hui plus encore qu’à l’époque de Vichy, le recours aux technocrates pour gouverner le pays. En ce sens, Marc Ferro conclut que la parenthèse pétainiste n’en est pas une et qu’elle n’est pas refermée.

Soixante-dix ans après la Libération, la question de Vichy et de l’attitude de Pétain soulève toujours autant d’interrogations. Le petit ouvrage stimulant de Marc Ferro permet d’y répondre.

David NOËL  

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 427 d’Historiens & Géographes,
juillet-août 2014.

Pompée, l’anti-César

PompeeEric TEYSSIER, Pompée, L’anti-César, Editions Perrin, janvier 2013, 425 pages.

Historien spécialiste de la Rome républicaine et maître de conférences à l’université de Nîmes, Eric Teyssier, qui a récemment publié une biographie de Spartacus chez Perrin (2012) et « La mort en face, le dossier gladiateurs » chez Actes Sud en 2009, nous livre cette fois une belle biographie de Pompée.

Le sous-titre « l’anti-César » qui figure sur la couverture de l’ouvrage d’Eric Teyssier pourrait paraître paradoxal. Alliés devenus rivaux politiques puis adversaires dans la guerre civile qui débute en – 49, Pompée et César ont finalement beaucoup de points communs. Les deux imperatores sont des chefs de guerre brillants qui utilisent leurs succès militaires pour parvenir au pouvoir dans un régime républicain foncièrement oligarchique en voie de désagrégation.

La première partie de l’ouvrage d’Eric Teyssier suit Pompée de sa naissance en – 106 dans le Picenum à son premier triomphe en – 81. Le fils de Gnaeus Pompeius Strabo hérite à 23 ans de l’armée et de la fortune de son père alors que l’Italie, à peine remise de la Guerre sociale, est déchirée par la guerre civile. Pompée, qui a interrompu ses études à 17 ans pour suivre son père sur les champs de bataille, doit quitter Rome pour ne pas être assassiné par Cinna, Marius et les populares qui tiennent la ville. Au retour d’Orient de Sylla, le jeune homme lève une armée dans ses domaines et se met au service de Sylla et des optimates, poursuivant les généraux marianistes en Sicile et en Afrique où ses soldats l’acclament imperator. A 24 ans à peine, Pompée demande et obtient de Sylla, devenu dictateur, le triomphe pour ses succès. Aux yeux de tous, un astre est en train de se coucher tandis qu’un autre se lève.

La deuxième partie de la biographie de Pompée s’intéresse aux années qui vont de – 77 à – 62. Durant cette période, Pompée est au sommet de sa gloire. Débarrassé de la tutelle de Sylla, Pompée est décidé à voler de ses propres ailes jusqu’au bout du monde, comme son modèle Alexandre dont il a repris le surnom, Magnus (le Grand). Pompée est d’abord envoyé en Espagne où le marianiste Sertorius, soutenu par les Celtibères, met en échec les armées romaines envoyées contre lui. Plusieurs fois défait par Sertorius, Pompée, qui a reçu des renforts, finit par l’emporter contre Perpenna, qui entre temps a fait éliminer Sertorius, en – 72. Pacificateur de l’Espagne, Pompée revient en Italie en – 71 où il écrase les dernières bandes de Spartacus, qui avait été vaincu par Crassus. Pour la deuxième fois, il obtient le triomphe tandis que Crassus n’a droit qu’à l’ovation. Les deux rivaux sont élus consuls en – 70 et toute illégalité, Pompée n’ayant jamais suivi le cursus honorum.
Sur le terrain politique, Pompée démantèle l’œuvre de Sylla ; il restaure les pouvoirs des tribuns de la plèbe et favorise l’ordre équestre, une manière de s’assurer les faveurs de la plèbe et de s’assurer des appuis qui lui fourniront les moyens financiers de sa future action. Refusant le gouvernement d’une province à sa sortie de charge, Pompée se voit doter d’un commandement exceptionnel pour éliminer la piraterie en Méditerranée puis pour en finir avec Mithridate. De – 67 à – 62, Pompée s’acquitte brillamment de sa tâche : il réussit en quelques mois à éliminer les pirates de Méditerranée, avant de battre Mithridate qui est contraint à la fuite.

Pompée intervient en Syrie et en Judée et remodèle l’Orient. Le chef de guerre qui avait interrompu sa formation à l’âge de 17 ans est entouré d’écrivains et de savants comme Varron, il s’arrête à Mytilène, sur l’île de Lesbos où il fait relever les plans du théâtre afin de faire construire à Rome un théâtre encore plus grand. A son retour à Rome en janvier – 61 avec une armée de vétérans endurcis et enrichis, Pompée choisit la voie de la légalité, licencie son armée et attend l’autorisation du Sénat pour recevoir le troisième triomphe. Pompée est alors l’homme fort de la République romaine.

La dernière partie de l’ouvrage d’Eric Teyssier suit Pompée « du Capitole à la roche tarpéienne » et va de – 62 à – 48. En butte à l’hostilité du Sénat et des optimates qui le soupçonnent d’aspirer à la tyrannie, Pompée noue une alliance avec César et Crassus. Grâce à cette alliance, Jules César est élu consul, obtient le gouvernement de la Gaule cisalpine et de l’Illyrie et se lance à la conquête de la Gaule. Pompée est élu consul pour la deuxième fois en – 55. Il lance la construction du premier théâtre en dur de Rome et de la Curie de Pompée. A cet égard, Pompée initie une pratique politique inédite dans la Rome républicaine qui sera poursuivie par les empereurs. Comme les rois hellénistiques, il veut graver dans le marbre sa propre gloire. A sa sortie de charge, il obtient le gouvernement de l’Afrique et de l’Espagne, mais préfère rester à Rome.
Après la mort de Crassus en – 53, le triumvirat devient un duumvirat et les liens se distendent entre César et Pompée. Pompée se rapproche alors des optimates et devient consul unique en – 52.

La guerre civile commence en – 49. Manquant de troupes en Italie pour faire face aux légions aguerries de César, Pompée et les sénateurs qui l’entourent fuient en Grèce et rassemblent les troupes romaines d’Orient et des rois clients de Rome et amis de Pompée. Pour les sénateurs conservateurs comme Caton qui le déteste, Pompée est alors « le dernier rempart de la République ». Après un premier succès à Dyrrachium, Pompée, affaibli par la malaria et poussé par ses proches, accepte de livrer bataille à Pharsale. C’est un désastre. L’armée pompéienne est écrasée et Pompée s’enfuit en Egypte. Lâché par les roitelets d’Orient, il peut encore reconstituer une puissante armée en Afrique ou en Espagne où plusieurs de ses partisans se réorganisent, mais à peine débarqué sur la plage de Péluse, il est assassiné sur ordre de Ptolémée XIII. Habilement, César fait venger Pompée et ordonne qu’on lui rende des funérailles dignes de lui.

Si le vainqueur des Gaules devient le premier des Césars de l’Empire tandis que Pompée demeure le dernier imperator de la République, c’est parce que Pompée le Grand, triomphateur à 24 ans, trois fois triomphateur et trois fois consul, est plus doué sur les champs de bataille que dans l’arène politique. Aussi ambitieux que César, Pompée veut être aimé, il manque aussi de constance dans ses choix politiques. Eric Teyssier le trouve « attachant et plus humain que César » mais se demande ce qui se serait passé en cas de victoire de Pompée. Pompée n’aurait sans doute pas pu sauver une République agonisante pas plus qu’il n’aurait pu réformer en profondeur le système à la manière de César et d’Octave.

Très complète et bien documentée – on appréciera notamment les nombreuses cartes et les extraits de lettres et de discours qui se trouvent en annexe – cette biographie de Pompée se lit comme un roman et rend effectivement attachant un personnage somme toute méconnu.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.

 

Joukov

JoukovJean LOPEZ et Lasha OTKHMEZURI, Joukov, Editions Perrin, septembre 2013, 732 pages.

Fondateur et directeur de la rédaction du magazine Guerres et Histoire, Jean Lopez, spécialiste du front germano-soviétique vient de publier avec Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate et conseiller de la rédaction du magazine, une biographie de Joukov, « l’homme qui a vaincu Hitler ».

Ce faisant, les deux auteurs réparent une injustice historique : de fait, s’il existe de nombreuses biographies des généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale, il n’existait jusqu’à présent aucune biographie en français de Gueorgui Joukov, alors qu’il a joué un rôle déterminant dans la défaite des armées du IIIe Reich et dans la victoire finale des Alliés.

La biographie de Joukov que nous proposent Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se divise en trois parties inégales intitulées « Du tsar à Staline », « La Grande guerre patriotique » et « Un Bonaparte russe en puissance ? ».

Les auteurs reviennent dans la première partie de leur ouvrage sur les années d’enfance et de formation du futur maréchal de l’Union soviétique et s’éloignent nettement des Mémoires écrites par Joukov lui-même sous le contrôle tatillon de la censure brejnévienne en 1969. Loin d’être l’adolescent posé, studieux et politisé qu’il décrit dans ses Mémoires, le jeune Joukov, qui n’a pour seul bagage que trois années élémentaires à l’école paroissiale, est un bagarreur peu attentif aux discours politiques. Issu d’une famille paysanne, il entre en apprentissage chez son oncle à Moscou et, sans la guerre, aurait sans doute fini patron fourreur.

C’est la guerre qui change pour toujours le destin de Gueorgui Joukov. Entré dans la cavalerie en 1915, Joukov reçoit une première formation de sous-officier qui va durer huit mois. Contrairement à ce qu’il écrira plus tard, « il n’a pas été ébloui par l’événement de Pétrograd […]. Comme trois millions d’hommes en capote kaki, il est simplement retourné dans son village ». Quelques mois plus tard, poussé par la faim, il rejoint l’Armée rouge qui bat le rappel des anciens sous-officiers de l’armée tsariste et le sergent Joukov est mobilisé le 1er octobre 1918.
Au sein de l’Armée rouge, Joukov combat les cosaques. A la fin de la guerre civile, il est chef d’escadron de cavalerie et promu commandant de régiment en juillet 1923. On le retrouve à l’école des cadres de Leningrad en 1924 avec plusieurs dizaines de commandants de régiments comme Rokossovski ou Bagramian. Fin 1929, il suit un nouveau stage de trois mois auprès de Triandafillov, le meilleur théoricien militaire de son temps. Joukov s’initie à l’art opératif. En distinguant clairement tactique et stratégie, en insistant sur la dimension temporelle et industrielle de la guerre, sur l’importance de l’accumulation des moyens pour mener une opération en profondeur, l’art militaire soviétique a alors une longueur d’avance sur la pensée stratégique allemande qui vise, comme à l’époque napoléonienne, à gagner la guerre par des batailles d’encerclement. En mars 1933, Joukov est commandant de division. C’est un commandant efficace et rigoureux, mais dur avec ses subordonnés qui se retrouve plongé dans la Grande Terreur. Inquiété, interrogé par le NKVD, Joukov échappe miraculeusement à la mort. 32 % seulement des commandants de division ont survécu à la Grande Terreur qui voit l’élimination de Toukhatchevski et des généraux les plus prestigieux de l’Armée Rouge. Au contraire de son collègue Rokossovski, Joukov n’est pas torturé. Sa chance est qu’il est russe, issu de la petite paysannerie et qu’il n’entretenait pas de relations étroites avec Toukhatchevski. Tandis que la Grande Terreur se calme, Joukov est nommé en 1938 général de division d’une Armée Rouge décapitée et en manque de chefs.
En 1939, il est envoyé en Mongolie pour faire face aux Japonais et remporte la bataille de Khalkhin-Gol. Il y démontre sa maîtrise de l’art opératif et accède l’année suivante au grade de général d’armée. Le 1er février 1941, il est nommé chef de l’Etat-Major général. Joukov est donc aux commandes de l’Armée Rouge au moment de l’invasion allemande, le 22 juin 1941.
Sous la pression politique et en quelques mois, Joukov n’a pas eu le temps de réformer l’Armée Rouge et de la préparer à la guerre à venir.

Toute la deuxième partie de l’ouvrage est entièrement consacrée à la Deuxième Guerre mondiale. Gueorgui Joukov est sur tous les fronts. Il tente d’élever des digues face à l’irrésistible avance allemande. Limogé de son poste de chef d’Etat-Major après la défaite de Smolensk, Joukov est sous surveillance politique renforcée. Plusieurs généraux jugés responsables de la défaite sont arrêtés et fusillés. Envoyé sur le front, Joukov repousse les Allemands à Elnia et, au moyen d’une répression féroce qui frappe fuyards et déserteurs, parvient à sauver Léningrad sur le point d’être prise par le groupe d’armées de Von Leeb en septembre 1941. En octobre, il est à Moscou où il ralentit l’avance allemande et lance la contre-offensive de décembre. Sauveur de Moscou, Joukov échoue à transformer la victoire défensive en victoire offensive à Viazma, au début de 1942.
Le même scénario se répète à Stalingrad. Joukov, devenu premier adjoint de Staline est un des concepteurs du plan Uranus, qui aboutit à la capitulation de Paulus et à la victoire de Stalingrad mais lui-même coordonne l’opération Mars qui vise à battre les Allemands plus au Nord, dans le saillant de Rjev. L’échec de Mars a néanmoins privé Manstein d’importants moyens en chars qui auraient pu lui permettre de percer à Stalingrad.
Joukov est nommé maréchal de l’Union soviétique. C’est lui qui élabore le plan de bataille de Koursk et convainc Staline de privilégier la défense stratégique. Après Koursk, Joukov coordonne la reprise de Kharkov et la marche au Dniepr.
En novembre 1944, Joukov perd son poste de représentant spécial de l’Etat-Major général pour prendre la tête du 1er front de Biélorussie. Alors que se profile la victoire, Staline rabaisse son général le plus prestigieux. La crainte du bonapartisme est toujours présente chez le dictateur et explique qu’il s’ingénie à mettre en concurrence ses maréchaux lors de l’offensive finale en Allemagne.
Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri ne passent pas sous silence les crimes de guerre de l’Armée Rouge. Joukov n’a pas fait grand-chose pour les empêcher, même s’il a fait rétablir la discipline dans ses armées.
C’est Joukov qui bat de vitesse Koniev et fait hisser le drapeau rouge sur le Reichstag. Joukov a gagné la bataille des mémoires : pour toujours, il sera le conquérant de Berlin.

Apothéose de la carrière de Joukov, la prise de Berlin fait de Joukov l’égal d’un Montgomery ou d’un Eisenhower, mais alors qu’il est à la tête de l’administration militaire soviétique en Allemagne et est choisi pour passer les troupes en revue pour le défilé de la victoire, Joukov est déjà dans le viseur de Staline. Le dictateur paranoïaque n’a nul besoin d’une menace réelle pour frapper, il lui suffit d’une menace potentielle.
Accusé de s’être enrichi en pillant l’Allemagne et d’organiser autour de lui un culte de la personnalité, Joukov est destitué en 1947 de son poste de commandant en chef de l’armée de terre, envoyé à Odessa puis dans l’Oural.
La mort de Staline voit Joukov revenir aux affaires. Rappelé par Malenkov et Khrouchtchev, c’est Joukov qui fait arrêter Beria en qui il avait toujours vu un de ses tourmenteurs. Jusqu’à la fin de sa vie, Joukov continuera de penser que Staline, en dépit de ses erreurs, a été l’artisan de la victoire et qu’il aurait mis fin à sa disgrâce.

Nommé ministre de la Défense, Joukov obtient la réhabilitation posthume de Toukhatchevski et des principales victimes militaires des grandes purges. Il entame d’importantes réformes de modernisation de l’armée soviétique. Lors de l’affaire polonaise et de la révolte de Budapest, Joukov est partisan de la conciliation même si au final, il donne l’ordre à l’armée d’intervenir à Budapest.
Favorable à la déstalinisation, il soutient Khrouchtchev contre Molotov et ses alliés en juin 1957, mais quatre mois plus tard, il est à nouveau poussé à la démission et mis à la retraite.

Marginalisé, Joukov va passer les dernières années de sa vie auprès de sa famille. Il divorce de sa femme Alexandra et épouse sa dernière maîtresse, Galina. Interdit de paraître en public, il est surveillé par le KGB. La publication en 1961 des premiers volumes de L’Histoire de la Grande Guerre patriotique le choque profondément. Son rôle y est passé quasiment sous silence.
Joukov se lance alors dans la rédaction de ses Mémoires. La censure brejnévienne impose un certain nombre de coupes et d’ajouts, mais le texte paraît finalement en 1969 et s’impose très vite comme un succès de librairie. Joukov n’est cependant pas entièrement réhabilité. Affaibli par la maladie et dévasté par la mort de sa femme, Joukov décède en 1974.

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se demandent en conclusion de leur biographie si Joukov a réussi ce qu’il se proposait de faire de sa vie. Pour eux, la réponse est oui : à un prix certes terrifiant, Joukov a sauvé son pays et le parti-Etat à sa tête de l’anéantissement. Ils ne cachent pas ses échecs, mais relèvent sa lucidité et sa capacité à reconnaître ses échecs. Sa place dans l’histoire ne fait aucun doute : pour les Russes d’aujourd’hui, Joukov est un héros national. Parmi ses collègues généraux, Joukov se détache par l’importance de son rôle. Il a commandé plus d’armées que les autres généraux soviétiques, remporté plus de batailles, occupé des postes plus élevés. Il surclasse les généraux alliés et les généraux allemands de son temps.

Au final, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri nous offrent une biographie de qualité, bien documentée et illustrée de nombreuses cartes, d’un chef de guerre qui restait mal connu du public français alors même que son rôle dans l’histoire du XXe siècle a été déterminant. Avec cette belle biographie, cette injustice historique est réparée.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.

Les secrets du IIIe Reich

Kersaudy secrets du 3eme ReichFrançois KERSAUDY, Les secrets du IIIe Reich, Editions Perrin, mars 2013, 320 pages.

Ancien professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Oxford, François Kersaudy s’impose comme l’un des spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. Après ses biographies de Churchill rééditée chez Tallandier en 2009 et de Goering parue chez Perrin, c’est un  ouvrage consacré aux secrets du IIIe Reich que François Kersaudy vient de publier toujours aux éditions Perrin.

Les huit chapitres des secrets du IIIe Reich abordent des aspects parfois méconnus de la vie d’Hitler et du régime nazi.

François Kersaudy évoque d’abord « le mystère des origines » d’Hitler. Dans un chapitre qui se lit comme un roman policier, l’historien évoque les incertitudes sur l’ascendance d’Hitler. Le dictateur nazi, effrayé à l’idée qu’il puisse être juif selon les critères raciaux édictés par les lois de Nuremberg et surtout que le peuple allemand vienne à le savoir, a tout fait pour effacer toute trace de son passé et faire disparaître dossiers compromettants et témoins gênants qu’il fit rechercher par la Gestapo.

Ce nationaliste paranoïaque a séduit un peuple allemand extrêmement vulnérable par la magie du verbe. Le deuxième chapitre des secrets du IIIe Reich s’intéresse à « l’éloquence conquérante » d’Hitler, une magie diabolique digne d’un medium ou d’un grand charlatan capable de « sentir » les foules. Jusqu’au tournant de la guerre, les interminables logorrhées verbales d’Hitler, ses « trucs » d’orateur et ses accès de fureur calculée continueront d’impressionner ses auditeurs.

Le régime nazi n’est pourtant qu’« une boîte de scorpions » dans laquelle les serviteurs d’Hitler, à la tête de fiefs imbriqués les uns dans les autres se livrent une guerre inexpiable. Goebbels, Himmler, Goering, Bormann, Heydrich… Tous ont des dossiers les uns sur les autres qui leur servent d’assurance-vie, tous intriguent, complotent et se détestent. « Bien avant le déclenchement de la guerre, Hitler se retrouve isolé, avec des subordonnés serviles, inaptes, corrompus, déséquilibrés ou fanatiques – certains cumulant même toutes ces distinctions à la fois », résume François Kersaudy à la fin du troisième chapitre. Tout est dit…

Dans le chapitre 4, François Kersaudy aborde « la nuit des longs couteaux », il revient sur les tensions grandissantes entre la Reichswehr et les SA, sur les hésitations d’Hitler et met en lumière le rôle d’Himmler et de Goering, qui ont « élargi leur mandat » – la formule est de Goering – à d’anciens adversaires politiques des nazis pour décapiter toute opposition.

Le chapitre 5 s’intéresse à la vie privée d’Hitler, « l’homme à femmes ». Durant son ascension politique, Hitler a été entouré d’admiratrices qui ont financé le parti nazi. Son refus de se marier, bien connu, s’explique par sa volonté de garder le contrôle de son image. Pour autant, Hitler a entretenu des relations avec plusieurs femmes. De sa jeunesse, on ne lui connaît que des relations platoniques. François Kersaudy revient sur les différentes relations d’Hitler avec les femmes, dont celles avec sa nièce Geli Raubal, puis plus tard avec Eva Braun.
Le bilan de la vie amoureuse d’Adolf Hitler est édifiant : neuf suicides, dont quatre réussis parmi les différentes femmes qui ont partagé la vie du dictateur nazi. Les confidences des femmes de la vie d’Hitler convergent pour brosser le portrait d’un homme impuissant et adepte du masochisme.

« L’affaire Rudolf Hess », que François Kersaudy traite au chapitre 6, est tout aussi intrigante. Jusqu’à aujourd’hui, on s’est interrogé sur les raisons qui ont poussé le secrétaire du Führer à gagner l’Angleterre, seul, en avion. Acte de folie ou projet longuement mûri ? Pour François Kersaudy, le geste de Rudolf Hess est celui d’un dirigeant nazi marginalisé au moment de l’entrée en guerre et désireux de satisfaire son maître en accomplissant une action d’éclat.
Hess, qui connaît les sentiments « anglophiles » d’Hitler, méconnaît comme son Führer la réalité du fonctionnement du système anglais, il s’illusionne sur le poids réel des partisans d’un rapprochement avec l’Allemagne. Il croit possible de proposer aux Anglais un partage du monde avec l’Allemagne nazie et, après avoir consulté des mediums, entreprend son voyage. On connaît la suite de l’histoire : Rudolf Hess est immédiatement arrêté. Hitler est fou de rage et désavoue immédiatement son secrétaire, qui finira ses jours, après la guerre, dans la prison de Spandau. Pour François Kersaudy, il n’y a aucun doute sur le fait qu’Hitler, ignorait tout du projet de Rudolf Hess, quoi qu’en disent certains ouvrages peu convaincants.

L’avant-dernier chapitre des secrets du IIIe Reich est une fois de plus consacré à une question qui a fait couler beaucoup d’encre, celle de « Canaris et la guerre des services secrets ». François Kersaudy s’inscrit ici totalement en faux contre le portrait d’un amiral Canaris jouant triple jeu et infiltrant la résistance allemande à Hitler pour mieux la faire échouer. Pour l’auteur, le chef de l’Abwehr, le service de contre-espionnage de l’armée allemande, a été, jusque sous la torture, le grand protecteur de la résistance allemande à Hitler.

Le dernier chapitre de l’ouvrage de François Kersaudy est consacré à « la santé d’Hitler ». De fait, le dictateur nazi hypocondriaque, végétarien et adepte de l’automédication souffre de problèmes intestinaux et a peur de mourir d’un cancer. A partir de 1936, son médecin personnel, le docteur Morell, lui administre d’énormes cocktails de comprimés sans se soucier des interactions et lui fait des centaines d’injections (800 entre 1941 et 1945) totalement inefficaces voire franchement nocives alors même que le patient Hitler dort peu, mange mal et refuse toute opération. L’état de santé d’Hitler se dégrade au rythme des défaites militaires allemandes et c’est un Hitler prématurément vieilli et atteint de la maladie de Parkinson qui se suicide dans son bunker le 30 avril 1945.

Ecrit dans un style alerte et bien documenté, l’ouvrage de François Kersaudy ne révolutionnera pas notre connaissance du régime hitlérien, mais apporte une mise au point aussi claire que solide à quelques-unes des questions que l’on se pose souvent à propos de l’Allemagne nazie.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 425 d’Historiens & Géographes, février 2014.