Un autocollant sur une plaque

Plaque Joseph Fontaine 2Un autocollant sur une plaque… Ma première rencontre avec Joseph Fontaine, ce militant communiste assassiné par les Camelots du Roi au cours d’une contre-manifestation antifasciste organisée à Hénin-Liétard le 11 avril 1934, date du mois de novembre 2003. Tout est parti d’un autocollant sur une plaque.

A l’époque, en me rendant acheter mon journal à la maison de la presse, je me suis arrêté, n’en croyant pas mes yeux : il y avait un autocollant Front national collé sur la plaque de marbre commémorant l’assassinat de Joseph Fontaine apposée le long du mur de la pâtisserie qu’on appelait alors « Au gâteau des rois » et qui s’appelle aujourd’hui « Mehdi Fournil ».

Cet autocollant, recouvrant le marteau et la faucille du Parti communiste, comme un défi, m’a profondément choqué. En cette fin d’année 2003, j’avais 23 ans. L’année précédente, j’avais consacré mon mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine au « mouvement ouvrier dans l’arrondissement de Douai pendant l’entre-deux-guerres« . Jean Vavasseur-Desperriers, professeur d’histoire contemporaine spécialiste de la droite durant l’entre-deux-guerres, avait accepté d’être mon directeur de recherche.

J’avais évoqué très brièvement dans mon mémoire de maîtrise l’affaire Joseph Fontaine : Léon Escoffier, le grand maire SFIO de Douai durant l’entre-deux-guerres, avocat, ligueur et franc-maçon était alors l’avocat de la ville d’Hénin-Liétard et avait plaidé lors du procès aux assises de Saint-Omer. Les renseignements que j’avais trouvés dans Douai Républicain, consulté à la bibliothèque municipale de Douai, étaient succincts et dans mon mémoire de maîtrise, je commets d’ailleurs une erreur en attribuant aux Croix de Feu plutôt qu’aux Camelots du Roi la mort de Joseph Fontaine.

En novembre 2003 donc, je préparais le Capes d’histoire-géographie à l’université de Lille III. L’année précédente, je m’étais impliqué dans les grandes manifestations contre la présence de Jean-Marie Le Pen au second tout de l’élection présidentielle. Militant de l’UNEF, élu au conseil de l’UFR d’histoire, altermondialiste inscrit à ATTAC, j’étais alors un militant étudiant antifasciste et j’avais adhéré à la Ligue des Droits de l’Homme, rencontrée lors d’un débat à la fac organisé par l’UNEF.

Cet autocollant sur une plaque, comme une insulte au Parti communiste, comme un défi à l’ensemble de la gauche, m’a choqué. Personne ne semblait l’avoir remarqué ni s’en émouvoir. Antilibéral, je n’étais pas encore communiste à l’époque.  J’aurais pu adhérer à la LCR plutôt qu’au PCF, mais mon mémoire de maîtrise m’avait fait connaître et aimer les communistes.

J’ai fait ce que je savais faire, ce que j’avais appris à faire à l’UNEF. J’ai écrit un tract avec un appel à rassemblement et collecté des signatures d’organisations. J’ai appelé la presse et un journaliste de Nord-Eclair est venu m’interviewer.

Le Parti communiste local a réagi. Marie-Serge Opigez, conseillère municipale et secrétaire de la section d’Hénin-Beaumont ainsi que Jean-Claude Danglot, conseiller régional et secrétaire de la fédération se sont rendus au rassemblement que j’avais organisé avec quelques camarades. C’était la première fois que je rencontrais les militants communistes locaux. Suspicieux, ils croyaient que j’étais « manipulé » par le maire d’Hénin-Beaumont.

Le Front national, par la bouche de Steeve Briois, alors conseiller municipal d’opposition et conseiller régional, a réagi dans la presse en disant ne pas avoir collé d’autocollant sur la plaque de Joseph Fontaine et en supposant que j’étais « manipulé » par le maire d’Hénin-Beaumont, leur bête noire.

Naturellement, le maire d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville s’est rendu au rassemblement que j’avais organisé, accompagné d’élus municipaux de sa majorité. La plaque avait été nettoyée et l’autocollant enlevé. La municipalité et le Parti communiste ont chacun déposé une gerbe de fleurs. Par la suite, Gérard Dalongeville a demandé à me rencontrer et je lui ai proposé de mettre en place une série de conférences-débats animées par des associations comme ATTAC ou la LDH pour faire de l’éducation populaire et lutter contre les idées d’extrême droite.

Un an après cette affaire d’autocollant, en décembre 2004, je rejoignais le Parti communiste.

Devenu secrétaire de la section d’Hénin-Beaumont du PCF, je n’ai jamais oublié de rendre hommage à Joseph Fontaine chaque année au mois d’avril.

Au printemps 2014, pour le 80ème anniversaire de l’assassinat de Joseph Fontaine et alors qu’Hénin-Beaumont venait d’être conquise par le Front national, j’ai voulu prononcer un discours différent des autres années. J’ai fait quelques recherches et écrit un article d’une quinzaine de pages sur l’assassinat de Joseph Fontaine et le « moment antifasciste » de 1934-1936.

Je venais d’écrire un article. J’avais de la matière. Je n’avais jamais fait de DEA. Pourquoi ne pas me lancer dans un master 2 ?

C’est comme ça que mon mémoire de master 2 est parti d’un autocollant sur une plaque…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *