Archives du mot-clé Allemagne

1914, la grande illusion

1914 la grande illusionJean-Yves LE NAOUR, 1914 La grande illusion, Editions Perrin, octobre 2012, 404 pages.

Parmi les nombreux ouvrages qui paraissent à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, 1914 La grande illusion de Jean-Yves Le Naour, professeur en classes préparatoires et docteur en histoire spécialiste de la guerre 1914-1918, s’impose comme une des meilleures synthèses sur l’année 14. Ce livre qui est paru chez Perrin en octobre 2012 devrait séduire étudiants, enseignants et tous les amateurs d’histoire qui s’intéressent à la Première Guerre mondiale.

Comme il se doit, 1914 La grande illusion débute avec une introduction narrant la « chronique d’une mort annoncée », celle de François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo et s’achève par une conclusion sur cette année 1914, la plus meurtrière de toute la guerre : « déjà tant de morts » conclut l’auteur, rappelant que plus de 300 000 Français et 260 000 Allemands ont perdu la vie entre août et décembre 1914.

Découpé en douze chapitres, 1914 La grande illusion porte bien son titre tant les illusions ont été nombreuses, en cette année où démarre le premier conflit mondial. Les trois premiers chapitres, intitulés « Peur sur l’Europe », « Maintenant ou jamais » et « Dix jours qui ébranlèrent le monde » – un clin d’œil au témoignage du journaliste américain John Reed sur la Révolution d’Octobre – reviennent en détail sur la crise diplomatique de l’été 1914 qui aboutit finalement à la guerre. Jean-Yves Le Naour nous restitue avec clarté l’atmosphère de paranoïa qui règne dans les chancelleries européennes où tout le monde a peur : l’Autriche a peur des Slaves qui menacent l’unité de son empire, l’Allemagne a peur de la menace russe, mais aussi du désir de revanche fantasmé des Français tandis que l’Angleterre a peur de la montée en puissance de l’Allemagne, notamment sur mer. Bref, tout le monde a peur et tout le monde s’illusionne sur les intentions des voisins.
Dans ce contexte, l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne – et dans une moindre mesure la Russie – portent une lourde responsabilité dans le déclenchement de la guerre. En soutenant jusqu’au bout l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne s’est retrouvée « coincée par son propre bluff ». Au moment où elle commence à se rendre compte que la Russie ira également jusqu’au bout et que l’Angleterre ne restera pas neutre, il est déjà trop tard, d’autant plus que les militaires poussent Guillaume II à la guerre préventive avant que la Russie ne devienne une grande puissance industrielle.

Le chapitre 4, « Guerre à la guerre » évoque l’échec des pacifistes et notamment des socialistes et des syndicalistes à empêcher la guerre. La meilleure illustration de cet échec est le fait que le carnet B ne sera finalement pas utilisé pour arrêter les syndicalistes révolutionnaires qui y étaient fichés. Dans les journées cruciales de cette fin de juillet 1914, la CGT « amarre ses vaisseaux à ceux de la SFIO et épouse sa position légaliste de pression sur le gouvernement ». Aucun syndicaliste français n’est prêt à prendre la responsabilité de saboter l’effort de guerre de son pays et de le laisser à la merci de l’ennemi au cas où les prolétaires Allemands ne joueraient pas le jeu de la grève générale et il en va de même de l’autre côté du Rhin. Or, c’est la faiblesse du système jaurésien écrit Le Naour « Que vaut une menace que l’on est incapable de mettre en pratique ? ». La rapidité de la crise diplomatique et l’assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914 empêchent l’Internationale socialiste de se réunir à temps. La SFIO comme la CGT se rallient à la défense nationale tandis que toute la presse, y-compris ceux qui la veille appelaient au meurtre de Jaurès saluent le tribun socialiste : « il fallait se dépêcher d’engloutir Jaurès sous les fleurs et de tirer son cadavre dans la tranchée de l’unité nationale ».

Les chapitres 5 et 6, « Personne ne pensait à la guerre » et « La chasse aux Allemands » s’intéressent à l’entrée en guerre. Jean-Yves Le Naour raconte l’inflation et « la valse des étiquettes », mais aussi les mariages précipités du mois d’août 1914 et les prophéties des voyantes et des charlatans. Il évoque aussi la vague d’espionnite qui submerge la France où rumeurs et fausses nouvelles se répandent comme une traînée de poudre : on raconte que des Allemands déguisés en religieuses distribueraient des bonbons empoisonnés aux enfants, on s’attaque aux laiteries de la société Maggi (pourtant suisse), à ses bouillons Kub et à ses publicités, qui, à en croire les délires de l’Action Française serviraient de panneaux indicateurs en cas d’invasion allemande. C’est « une sorte de folie collective » rapporte un caporal qui doit intervenir pour empêcher le lynchage d’un commerçant auvergnat suspecté d’être allemand à cause de son accent.

Le chapitre 7 « La peau de l’ours », est largement consacré au général Joseph Joffre et à son plan de bataille, que personne au gouvernement ne connaît. Sûr de lui, ne voulant rendre de compte à personne et surtout pas au pouvoir politique, ni même à ses subordonnés laissés dans l’ignorance, le commandant en chef veut attaquer les Allemands en Lorraine pour y fixer leur aile gauche, les laisser pénétrer en Belgique et envahir le Nord de la France et attaquer au centre, dans les Ardennes, à la façon de Napoléon à Austerlitz. Fétichiste de l’offensive baïonnette au canon et sabre au clair, Joffre voit se briser ses rêves de gloire sur les mitrailleuses allemandes. Son autre erreur est d’avoir grossièrement sous-estimé les forces de l’aile droite allemande, par mépris pour les soldats de réserve que lui n’a pas voulu engager. On voit dans le chapitre 8, « L’heure de vérité », que les illusions du général Joffre auraient pu aboutir à la défaite française. A la fin du mois d’août 1914, les armées franco-anglaises ont été sévèrement accrochées et forcées de reculer. Le désastre de 1870 semble se reproduire.

Envahie, « La France a peur ». Le chapitre 9 évoque l’intox et le bourrage de crâne. Les journaux français sont pleins de balles allemandes qui ne blessent pas, d’obus qui n’explosent pas, d’Allemands affamés et ridicules qui se précipitent pour manger les tartines beurrées des soldats français tandis que certains jurent que des centaines de milliers de soldats russes auraient déjà débarqué en France. Mais la peur est parfois justifiée : si des bobards ont bien circulé sur les Allemands coupeurs de mains, les atrocités allemandes en Belgique et dans le Nord de la France au moment de l’invasion sont une réalité. Plusieurs milliers de civils ont été exécutés par l’armée allemande qui vivait dans le souvenir de 1870 et la crainte des attaques de francs-tireurs.

Tandis que le gouvernement s’est replié provisoirement sur Bordeaux, Gallieni, nommé gouverneur militaire de Paris et Joffre vont profiter de l’opportunité offerte par la manœuvre de l’armée de Kluck, qui offre son flanc à la contre-attaque française, pour sauver la capitale. C’est « Le miracle de la Marne » que Jean-Yves Le Naour raconte au chapitre 10. Les deux généraux, qui se détestent cordialement, chercheront tous deux à s’attribuer la paternité de cette victoire, qui ne sera cependant pas transformée, l’armée allemande parvenant à reculer et à se retrancher sur toute la longueur du front.

Le gouvernement peut enfin revenir à Paris et le parlementarisme reprend ses droits. Pour Jean-Yves Le Naour, « l’union sacrée » a toujours été une illusion. C’est en fait une « désunion sacrée » qu’analyse l’auteur dans le chapitre 11, montrant que la droite conservatrice n’a pas renoncé à changer ultérieurement la forme du régime, qu’elle a toujours ses bêtes noires comme Joseph Caillaux et qu’au fond, l’union sacrée oblige la gauche à renoncer à ses fondamentaux tandis que la droite nationaliste n’abdique aucune de ses idées.

En cette fin de septembre 1914, on se rend compte que la guerre sera longue. Aucune des deux armées ne parvenant à déborder l’autre, on s’enterre dans les tranchées en attendant Noël et sans doute la fin de la guerre, au printemps de l’année prochaine. Le dernier chapitre de l’ouvrage de Jean-Yves Le Naour, « Joyeux Noël », s’intéresse à ces derniers mois de l’année 1914. Les premières voix pacifistes se font entendre à la CGT où Pierre Monatte démissionne de la direction du syndicat. En Allemagne, Karl Liebknecht vote contre les crédits de guerre au Reichstag. A l’Est où les Russes ont été repoussés, il n’y aura rien de nouveau non plus, mais l’empire ottoman entre en guerre. Les tentatives de médiation du Pape Benoît XV échouent : il n’y aura pas de trêve, même pour Noël. Pourtant, dans plusieurs secteurs du front, on assiste à des fraternisations durant la nuit de Noël.

A l’heure du bilan, dressé par Jean-Yves Le Naour dans sa conclusion, l’année 1914 a été la plus meurtrière de toute la guerre. On s’achemine vers une guerre longue, mais personne n’imagine qu’elle durera encore quatre ans.

Au fil des quelques 400 pages du livre de Jean-Yves Le Naour, 1914 La grande illusion s’impose, par la qualité de sa rédaction et la richesse de sa documentation comme une des meilleures synthèses sur l’année 1914.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le supplément électronique du numéro 429 d’Historiens & Géographes, Janvier-février 2015.

Les secrets du IIIe Reich

Kersaudy secrets du 3eme ReichFrançois KERSAUDY, Les secrets du IIIe Reich, Editions Perrin, mars 2013, 320 pages.

Ancien professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Oxford, François Kersaudy s’impose comme l’un des spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. Après ses biographies de Churchill rééditée chez Tallandier en 2009 et de Goering parue chez Perrin, c’est un  ouvrage consacré aux secrets du IIIe Reich que François Kersaudy vient de publier toujours aux éditions Perrin.

Les huit chapitres des secrets du IIIe Reich abordent des aspects parfois méconnus de la vie d’Hitler et du régime nazi.

François Kersaudy évoque d’abord « le mystère des origines » d’Hitler. Dans un chapitre qui se lit comme un roman policier, l’historien évoque les incertitudes sur l’ascendance d’Hitler. Le dictateur nazi, effrayé à l’idée qu’il puisse être juif selon les critères raciaux édictés par les lois de Nuremberg et surtout que le peuple allemand vienne à le savoir, a tout fait pour effacer toute trace de son passé et faire disparaître dossiers compromettants et témoins gênants qu’il fit rechercher par la Gestapo.

Ce nationaliste paranoïaque a séduit un peuple allemand extrêmement vulnérable par la magie du verbe. Le deuxième chapitre des secrets du IIIe Reich s’intéresse à « l’éloquence conquérante » d’Hitler, une magie diabolique digne d’un medium ou d’un grand charlatan capable de « sentir » les foules. Jusqu’au tournant de la guerre, les interminables logorrhées verbales d’Hitler, ses « trucs » d’orateur et ses accès de fureur calculée continueront d’impressionner ses auditeurs.

Le régime nazi n’est pourtant qu’« une boîte de scorpions » dans laquelle les serviteurs d’Hitler, à la tête de fiefs imbriqués les uns dans les autres se livrent une guerre inexpiable. Goebbels, Himmler, Goering, Bormann, Heydrich… Tous ont des dossiers les uns sur les autres qui leur servent d’assurance-vie, tous intriguent, complotent et se détestent. « Bien avant le déclenchement de la guerre, Hitler se retrouve isolé, avec des subordonnés serviles, inaptes, corrompus, déséquilibrés ou fanatiques – certains cumulant même toutes ces distinctions à la fois », résume François Kersaudy à la fin du troisième chapitre. Tout est dit…

Dans le chapitre 4, François Kersaudy aborde « la nuit des longs couteaux », il revient sur les tensions grandissantes entre la Reichswehr et les SA, sur les hésitations d’Hitler et met en lumière le rôle d’Himmler et de Goering, qui ont « élargi leur mandat » – la formule est de Goering – à d’anciens adversaires politiques des nazis pour décapiter toute opposition.

Le chapitre 5 s’intéresse à la vie privée d’Hitler, « l’homme à femmes ». Durant son ascension politique, Hitler a été entouré d’admiratrices qui ont financé le parti nazi. Son refus de se marier, bien connu, s’explique par sa volonté de garder le contrôle de son image. Pour autant, Hitler a entretenu des relations avec plusieurs femmes. De sa jeunesse, on ne lui connaît que des relations platoniques. François Kersaudy revient sur les différentes relations d’Hitler avec les femmes, dont celles avec sa nièce Geli Raubal, puis plus tard avec Eva Braun.
Le bilan de la vie amoureuse d’Adolf Hitler est édifiant : neuf suicides, dont quatre réussis parmi les différentes femmes qui ont partagé la vie du dictateur nazi. Les confidences des femmes de la vie d’Hitler convergent pour brosser le portrait d’un homme impuissant et adepte du masochisme.

« L’affaire Rudolf Hess », que François Kersaudy traite au chapitre 6, est tout aussi intrigante. Jusqu’à aujourd’hui, on s’est interrogé sur les raisons qui ont poussé le secrétaire du Führer à gagner l’Angleterre, seul, en avion. Acte de folie ou projet longuement mûri ? Pour François Kersaudy, le geste de Rudolf Hess est celui d’un dirigeant nazi marginalisé au moment de l’entrée en guerre et désireux de satisfaire son maître en accomplissant une action d’éclat.
Hess, qui connaît les sentiments « anglophiles » d’Hitler, méconnaît comme son Führer la réalité du fonctionnement du système anglais, il s’illusionne sur le poids réel des partisans d’un rapprochement avec l’Allemagne. Il croit possible de proposer aux Anglais un partage du monde avec l’Allemagne nazie et, après avoir consulté des mediums, entreprend son voyage. On connaît la suite de l’histoire : Rudolf Hess est immédiatement arrêté. Hitler est fou de rage et désavoue immédiatement son secrétaire, qui finira ses jours, après la guerre, dans la prison de Spandau. Pour François Kersaudy, il n’y a aucun doute sur le fait qu’Hitler, ignorait tout du projet de Rudolf Hess, quoi qu’en disent certains ouvrages peu convaincants.

L’avant-dernier chapitre des secrets du IIIe Reich est une fois de plus consacré à une question qui a fait couler beaucoup d’encre, celle de « Canaris et la guerre des services secrets ». François Kersaudy s’inscrit ici totalement en faux contre le portrait d’un amiral Canaris jouant triple jeu et infiltrant la résistance allemande à Hitler pour mieux la faire échouer. Pour l’auteur, le chef de l’Abwehr, le service de contre-espionnage de l’armée allemande, a été, jusque sous la torture, le grand protecteur de la résistance allemande à Hitler.

Le dernier chapitre de l’ouvrage de François Kersaudy est consacré à « la santé d’Hitler ». De fait, le dictateur nazi hypocondriaque, végétarien et adepte de l’automédication souffre de problèmes intestinaux et a peur de mourir d’un cancer. A partir de 1936, son médecin personnel, le docteur Morell, lui administre d’énormes cocktails de comprimés sans se soucier des interactions et lui fait des centaines d’injections (800 entre 1941 et 1945) totalement inefficaces voire franchement nocives alors même que le patient Hitler dort peu, mange mal et refuse toute opération. L’état de santé d’Hitler se dégrade au rythme des défaites militaires allemandes et c’est un Hitler prématurément vieilli et atteint de la maladie de Parkinson qui se suicide dans son bunker le 30 avril 1945.

Ecrit dans un style alerte et bien documenté, l’ouvrage de François Kersaudy ne révolutionnera pas notre connaissance du régime hitlérien, mais apporte une mise au point aussi claire que solide à quelques-unes des questions que l’on se pose souvent à propos de l’Allemagne nazie.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 425 d’Historiens & Géographes, février 2014.

Canaris, le maître espion de Hitler

Couverture biographie CanarisEric KERJEAN, Canaris, le maître espion de Hitler, Editions Perrin, février 2012, 224 pages.

Historien spécialiste du IIIe Reich et du renseignement, Eric Kerjean a publié chez Perrin une biographie de l’amiral Canaris qui bouleverse la vision que l’on avait jusqu’à présent du chef de l’Abwehr.

L’amiral Wilhelm Canaris, chef de l’Abwehr, le service de renseignements militaires allemand durant la Seconde guerre mondiale, est un personnage énigmatique. Cet officier de marine nationaliste a souvent été présenté comme un acteur de la résistance militaire allemande à Hitler, aux côtés d’un Stauffenberg. Après l’attentat du 20 juillet 1944, Canaris est arrêté et exécuté le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg en même temps que son adjoint Hans Oster et le pasteur Dietrich Bonhoeffer.

Incontestablement, l’amiral Canaris a entretenu des relations avec la résistance militaire au nazisme et a protégé, dans son propre service des résistants comme Oster et Gisevius. Son action a permis de sauver plusieurs centaines de Juifs et une organisation juive a récemment proposé d’inscrire l’amiral Canaris sur la liste des Justes au mémorial de Yad Vashem.

Tout cela ne convainc pas Eric Kerjean qui se demande comment les succès initiaux d’Hitler auraient été possibles avec un opposant à la tête du service de renseignement militaire de l’armée allemande. Pour Eric Kerjean, Canaris est d’abord un nationaliste anticommuniste traumatisé par l’effondrement de l’Allemagne impériale, proche des corps francs et qui aurait fait partie des assassins de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg.
Séduit par le national-socialisme, Canaris aurait été très proche de Reinhard Heydrich qu’il a pris sous son aile à partir de 1923. Dans un chapitre intitulé « l’amitié entre pairs », on découvre que les familles Canaris et Heydrich habitaient dans la même rue et se fréquentaient, une amitié entre le chef de l’Abwehr et le chef du SD qui durera jusqu’à la mort de ce dernier et qui explique peut-être aussi l’ascension de Canaris après la prise du pouvoir par les nazis.

Si cette biographie de l’amiral Canaris fait curieusement l’impasse sur les activités de l’Abwehr en matière de renseignement militaire, Eric Kerjean s’arrête sur plusieurs épisodes significatifs d’après lui de la duplicité de Canaris.

En 1938, après l’affaire Blomberg-Fritsch, Canaris rédige une note, la « Démarche » pour demander la réintégration de Fritsch et une purge de la SS et de la Gestapo afin de libérer l’armée du « cauchemar de cette Tcheka ». Il y explique qu’il ne s’agit pas de s’opposer à la Gestapo, mais seulement de s’appuyer sur des « nationaux-socialistes loyaux et honnêtes ». Pour Kerjean, le texte, qui en restera à l’état de projet et ne sera signé par aucun des généraux à qui il fut adressé était voué à l’échec ; Canaris s’opposait au national-socialisme au nom du national-socialisme.

En 1942, l’évasion du général Giraud permet à Canaris de jouer les résistants à bon compte. Eric Kerjean explique comment Canaris a intoxiqué ses propres adjoints en leur affirmant s’être opposé à un ordre d’élimination du général français que Keitel, le chef de l’OKW n’aurait en réalité jamais donné.

Un des principaux documents à charge du libre d’Eric Kerjean est le texte baptisé « les dix commandements » qui figurine en annexe de la biographie de Canaris. Il s’agit en fait d’un texte de 1942 signé par Heydrich et Canaris qui délimite les champs d’intervention du SD et de l’Abwehr.
Pour Eric Kerjean, la mission de « protection préventive contre la surveillance militaire, contre la trahison et le sabotage dans les établissements dont les installations doivent rester secrètes » confiée à l’Abwehr aurait engagé les services de Canaris dans le système concentrationnaire nazi, ces établissements désignant clairement d’après Kerjean les camps de concentration et d’extermination.
N’y aurait-il pas là une surinterprétation de la part d’Eric Kerjean ?

Plus loin, à propos de l’attentat à la bombe manqué contre Hitler à Smolensk le 13 mars 1943, Eric Kerjean explique comment l’amiral Canaris, prévenu par les initiateurs de l’attentat, était en fait le seul à avoir pu faire désamorcer le détonateur. La thèse est séduisante, mais au final, le doute demeure.

Pour Eric Kerjean, l’amiral Canaris est parvenu à faire croire qu’il soutenait la résistance nationale-conservatrice allemande pour mieux, en réalité, connaître ses intentions et intoxiquer les Alliés ce qui explique qu’il ait été protégé jusqu’en 1944 par Himmler.
Ainsi, Canaris, qui connaissait tous les opposants à Hitler qui ont tenté de négocier une paix séparée avec les Alliés, jouait en fait un triple jeu. Loin de trahir Hitler, il pouvait mesurer la faisabilité d’une paix séparée tout en ruinant la crédibilité des démarches de l’opposition, les services secrets alliés ne lui faisant pas confiance.

Mais après le 20 juillet 1944, le régime nazi se durcit et l’Etat allemand devient un Etat-SS. Arrêté, Canaris est dénoncé par les véritables résistants qui le présentent comme un de leurs complices parce qu’ils ont vu clair dans son double jeu et veulent le lui faire payer tandis qu’Himmler voit dans sa chute l’occasion de de débarrasser d’un rival devenu inutile. L’amiral Canaris est exécuté le 9 avril 1945, trois semaines avant le suicide d’Hitler.

Avec cette biographie de l’amiral Canaris qui prend le contrepied des travaux antérieurs d’André Brissaud, que Kerjean qualifie de véritable « hagiographie », c’est un des acteurs majeurs du régime nazi qui chute de son piédestal.
Malheureusement, on ne parvient pas à être tout à fait convaincu par la lecture de cette biographie et on en ressort avec le sentiment que le portrait que brosse Eric Kerjean du chef de l’Abwehr est très noirci sans que les arguments avancés n’emportent totalement l’adhésion.

David NOËL   

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 422 d’Historiens & Géographes, avril-mai 2013.