Archives du mot-clé Antiquité

1 177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée

Eric H. CLINE, 1 177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, Editions La Découverte, mars 2015, 261 pages.

Professeur d’histoire et d’anthropologie, directeur du Capitol Archeological Institute de l’université George Washington, spécialiste de l’archéologie biblique, Eric H. Cline a participé à de nombreuses fouilles en Grèce, en Crète, à Chypre, en Egypte, en Israël et au Liban.

Son dernier ouvrage, paru l’an dernier aux éditions La Découverte, a reçu un bon accueil et des critiques très positives. Il faut dire que 1 177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, entre en résonnance avec des préoccupations très contemporaines et ce n’est sans doute pas un hasard si Eric H. Cline, au risque de l’anachronisme, évoque la « globalisation » de l’âge du bronze récent (XVe – XIIe siècles avant J.-C.). Eric H. Cline décrit un monde proche-oriental interconnecté, qui aurait inventé le commerce international, et dont la disparition serait liée à une période de réchauffement climatique, de guerres et de migrations internationales.

Dans cet ouvrage qui se lit comme une tragédie découpée en quatre actes et une conclusion, Eric H. Cline utilise les codes du roman policier, cite Sherlock Holmes et multiplie les comparaisons avec le monde d’aujourd’hui : « Il semble que la politique, le commerce et la diplomatie, tels qu’ils étaient pratiqués il y a trois mille cinq cents ans, en particulier au XIVe siècle avant J.-C., n’aient pas été si différents de ceux qui ont cours dans notre économie mondialisée aujourd’hui, avec ses embargos économiques, ses relations diplomatiques, les jeux de pouvoir et les cadeaux échangés au plus haut niveau. » (page 90).

De l’Egypte de Thoutmosis III (1479-1450 avant J.-C.) aux palais de la Grèce mycénienne en passant par le royaume du Mittani, Chypre, le royaume d’Ougarit et le royaume hittite, l’auteur nous décrit tout un univers de relations internationales, d’échanges commerciaux, de mariages royaux mis à jour lors des fouilles archéologiques, à l’exemple de la découverte du navire d’Ulu Burun, qui a coulé au large de la côte sud de l’Anatolie avec sa cargaison d’amphores remplies d’orge, de résine, d’épices, de vin et d’étain.

Certaines des hypothèses d’Eric H. Cline paraissent séduisantes. Ainsi, la découverte d’une épée mycénienne datant du XVe siècle avant J.-C. portant des inscriptions en akkadien trouvée à Hattusa, capitale du royaume hittite, plaide en faveur d’une intervention de guerriers grecs sur la côte de l’actuelle Turquie en soutien à la rébellion assuwa écrasée par les Hittites. Cet épisode pourrait être à l’origine du récit homérique sur la guerre de Troie.

Le XIIe siècle avant J.-C. marque la fin d’une époque. Dans tout l’espace proche-oriental, on assiste à l’effondrement des grandes puissances qui dominaient la région : les fouilles archéologiques témoignent des destructions des palais mycéniens, des cités-Etats cananéennes, de l’empire hittite et de ses royaumes vassaux comme le royaume d’Ougarit, à propos duquel Eric H. Cline cite une lettre poignante du dernier roi d’Ougarit, Ammourapi, au roi d’Alashiya (l’île de Chypre) : « Mon père, à présent les navires ennemis sont venus. Ils ont incendié mes villes et fait beaucoup de mal dans le pays. Mon père ne sait-il pas que toutes [mes ?] troupes […] sont en Hatti et que tous mes bateaux sont en Lycie ? Ils ne m’ont pas encore rallié et le pays est ainsi abandonné à lui-même. Mon père doit le savoir. À présent, ce sont sept bateaux ennemis qui sont arrivés contre moi et ils nous ont fait du mal. Maintenant, s’il y a d’autres bateaux ennemis, informe-m’en [de quelque] manière, que je le sache. » (page 129)

Trouvée dans les ruines d’Ougarit, la lettre d’Ammourapi au roi de Chypre n’aurait jamais été envoyée… à moins qu’il s’agisse d’une copie d’une lettre envoyée trente ans plus tôt et se rapportant à une autre invasion. Dans bien des cas reconnaît Eric H. Cline, les datations sont sujettes à caution et les interprétations des archéologues divergent.

Il reste, pour Eric H. Cline, que le XIIe siècle avant J.C. marque la fin d’une époque. Se risquant à une comparaison avec la chute de l’empire romain d’Occident en 476, l’auteur propose de retenir la date de 1 177 avant J.-C. et la victoire de Ramsès III face à une coalition de « Peuples de la mer » dans la huitième année de son règne comme date de l’effondrement du monde proche-oriental interconnecté qu’il décrit dans son ouvrage.

Comme pour la chute de l’empire romain d’Occident, les facteurs de l’effondrement seraient multiples. Eric H. Cline évoque une « parfaite tempête de catastrophes » (chapitre 4) : un réchauffement climatique aurait entraîné des périodes de sécheresse et de famine en Grèce, en Asie mineure et en Anatolie provoquant la rupture des relations commerciales basées sur l’échange de denrées agricoles, entraînant des troubles politiques et des révoltes mais aussi l’effondrement des cités-Etats de la Grèce mycénienne et du royaume hittite et des mouvements de populations fuyant la sécheresse et pillant au passage les riches cité-Etats qu’elles rencontraient. Les « Peuples de la mer » ne seraient donc pas des populations venues de Sardaigne, de Sicile ou des Balkans déferlant sur le Proche-Orient à la suite d’une éruption volcanique ou d’un tremblement de terre, mais des populations venant du monde grec et égéen cherchant à s’établir dans des régions plus fertiles.

La thèse d’Eric H. Cline a le mérite de la cohérence et permet d’expliquer les différentes destructions ayant affecté les cités du Proche-Orient ancien à la fin de l’âge du bronze.

Séduisant et agréable à lire, avec de belles reproductions de documents et son index des noms cités, l’ouvrage d’Eric H. Cline laissera cependant le lecteur sceptique face à l’emploi d’un vocabulaire volontairement anachronique dans le but d’établir une comparaison osée entre notre monde et celui du douzième siècle avant J.-C. ; il paraît difficile de soutenir comme le fait l’auteur que l’âge du bronze ait pu être « une période qui a bénéficié d’une économie globalisée florissante » (page 202). De la même manière, le titre « le jour où la civilisation s’est effondrée » entre en contradiction avec la démonstration qui est faite à l’intérieur de l’ouvrage d’un processus complexe qui s’est étalé sur plusieurs décennies. L’auteur souligne d’ailleurs dans sa conclusion que « de nouveaux peuples et/ou de nouvelles cités-Etats comme les Israélites, les Araméens et les Phéniciens en Méditerranée orientale et, plus tard, les Athéniens et les Spartiates en Grèce ont réussi à s’établir. Nous leur devons de nouveaux développements et de nouvelles idées comme l’alphabet, le monothéisme et, finalement, la démocratie. » (page 203)

Passionnant, l’ouvrage d’Eric H. Cline nous fait redécouvrir tout un monde oublié et mal connu. Dommage qu’il soit inutilement dramatique et verse trop souvent dans l’anachronisme.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 436 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016

Pompée, l’anti-César

PompeeEric TEYSSIER, Pompée, L’anti-César, Editions Perrin, janvier 2013, 425 pages.

Historien spécialiste de la Rome républicaine et maître de conférences à l’université de Nîmes, Eric Teyssier, qui a récemment publié une biographie de Spartacus chez Perrin (2012) et « La mort en face, le dossier gladiateurs » chez Actes Sud en 2009, nous livre cette fois une belle biographie de Pompée.

Le sous-titre « l’anti-César » qui figure sur la couverture de l’ouvrage d’Eric Teyssier pourrait paraître paradoxal. Alliés devenus rivaux politiques puis adversaires dans la guerre civile qui débute en – 49, Pompée et César ont finalement beaucoup de points communs. Les deux imperatores sont des chefs de guerre brillants qui utilisent leurs succès militaires pour parvenir au pouvoir dans un régime républicain foncièrement oligarchique en voie de désagrégation.

La première partie de l’ouvrage d’Eric Teyssier suit Pompée de sa naissance en – 106 dans le Picenum à son premier triomphe en – 81. Le fils de Gnaeus Pompeius Strabo hérite à 23 ans de l’armée et de la fortune de son père alors que l’Italie, à peine remise de la Guerre sociale, est déchirée par la guerre civile. Pompée, qui a interrompu ses études à 17 ans pour suivre son père sur les champs de bataille, doit quitter Rome pour ne pas être assassiné par Cinna, Marius et les populares qui tiennent la ville. Au retour d’Orient de Sylla, le jeune homme lève une armée dans ses domaines et se met au service de Sylla et des optimates, poursuivant les généraux marianistes en Sicile et en Afrique où ses soldats l’acclament imperator. A 24 ans à peine, Pompée demande et obtient de Sylla, devenu dictateur, le triomphe pour ses succès. Aux yeux de tous, un astre est en train de se coucher tandis qu’un autre se lève.

La deuxième partie de la biographie de Pompée s’intéresse aux années qui vont de – 77 à – 62. Durant cette période, Pompée est au sommet de sa gloire. Débarrassé de la tutelle de Sylla, Pompée est décidé à voler de ses propres ailes jusqu’au bout du monde, comme son modèle Alexandre dont il a repris le surnom, Magnus (le Grand). Pompée est d’abord envoyé en Espagne où le marianiste Sertorius, soutenu par les Celtibères, met en échec les armées romaines envoyées contre lui. Plusieurs fois défait par Sertorius, Pompée, qui a reçu des renforts, finit par l’emporter contre Perpenna, qui entre temps a fait éliminer Sertorius, en – 72. Pacificateur de l’Espagne, Pompée revient en Italie en – 71 où il écrase les dernières bandes de Spartacus, qui avait été vaincu par Crassus. Pour la deuxième fois, il obtient le triomphe tandis que Crassus n’a droit qu’à l’ovation. Les deux rivaux sont élus consuls en – 70 et toute illégalité, Pompée n’ayant jamais suivi le cursus honorum.
Sur le terrain politique, Pompée démantèle l’œuvre de Sylla ; il restaure les pouvoirs des tribuns de la plèbe et favorise l’ordre équestre, une manière de s’assurer les faveurs de la plèbe et de s’assurer des appuis qui lui fourniront les moyens financiers de sa future action. Refusant le gouvernement d’une province à sa sortie de charge, Pompée se voit doter d’un commandement exceptionnel pour éliminer la piraterie en Méditerranée puis pour en finir avec Mithridate. De – 67 à – 62, Pompée s’acquitte brillamment de sa tâche : il réussit en quelques mois à éliminer les pirates de Méditerranée, avant de battre Mithridate qui est contraint à la fuite.

Pompée intervient en Syrie et en Judée et remodèle l’Orient. Le chef de guerre qui avait interrompu sa formation à l’âge de 17 ans est entouré d’écrivains et de savants comme Varron, il s’arrête à Mytilène, sur l’île de Lesbos où il fait relever les plans du théâtre afin de faire construire à Rome un théâtre encore plus grand. A son retour à Rome en janvier – 61 avec une armée de vétérans endurcis et enrichis, Pompée choisit la voie de la légalité, licencie son armée et attend l’autorisation du Sénat pour recevoir le troisième triomphe. Pompée est alors l’homme fort de la République romaine.

La dernière partie de l’ouvrage d’Eric Teyssier suit Pompée « du Capitole à la roche tarpéienne » et va de – 62 à – 48. En butte à l’hostilité du Sénat et des optimates qui le soupçonnent d’aspirer à la tyrannie, Pompée noue une alliance avec César et Crassus. Grâce à cette alliance, Jules César est élu consul, obtient le gouvernement de la Gaule cisalpine et de l’Illyrie et se lance à la conquête de la Gaule. Pompée est élu consul pour la deuxième fois en – 55. Il lance la construction du premier théâtre en dur de Rome et de la Curie de Pompée. A cet égard, Pompée initie une pratique politique inédite dans la Rome républicaine qui sera poursuivie par les empereurs. Comme les rois hellénistiques, il veut graver dans le marbre sa propre gloire. A sa sortie de charge, il obtient le gouvernement de l’Afrique et de l’Espagne, mais préfère rester à Rome.
Après la mort de Crassus en – 53, le triumvirat devient un duumvirat et les liens se distendent entre César et Pompée. Pompée se rapproche alors des optimates et devient consul unique en – 52.

La guerre civile commence en – 49. Manquant de troupes en Italie pour faire face aux légions aguerries de César, Pompée et les sénateurs qui l’entourent fuient en Grèce et rassemblent les troupes romaines d’Orient et des rois clients de Rome et amis de Pompée. Pour les sénateurs conservateurs comme Caton qui le déteste, Pompée est alors « le dernier rempart de la République ». Après un premier succès à Dyrrachium, Pompée, affaibli par la malaria et poussé par ses proches, accepte de livrer bataille à Pharsale. C’est un désastre. L’armée pompéienne est écrasée et Pompée s’enfuit en Egypte. Lâché par les roitelets d’Orient, il peut encore reconstituer une puissante armée en Afrique ou en Espagne où plusieurs de ses partisans se réorganisent, mais à peine débarqué sur la plage de Péluse, il est assassiné sur ordre de Ptolémée XIII. Habilement, César fait venger Pompée et ordonne qu’on lui rende des funérailles dignes de lui.

Si le vainqueur des Gaules devient le premier des Césars de l’Empire tandis que Pompée demeure le dernier imperator de la République, c’est parce que Pompée le Grand, triomphateur à 24 ans, trois fois triomphateur et trois fois consul, est plus doué sur les champs de bataille que dans l’arène politique. Aussi ambitieux que César, Pompée veut être aimé, il manque aussi de constance dans ses choix politiques. Eric Teyssier le trouve « attachant et plus humain que César » mais se demande ce qui se serait passé en cas de victoire de Pompée. Pompée n’aurait sans doute pas pu sauver une République agonisante pas plus qu’il n’aurait pu réformer en profondeur le système à la manière de César et d’Octave.

Très complète et bien documentée – on appréciera notamment les nombreuses cartes et les extraits de lettres et de discours qui se trouvent en annexe – cette biographie de Pompée se lit comme un roman et rend effectivement attachant un personnage somme toute méconnu.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.