Archives du mot-clé CGT

Au Camarade Maire Joseph Hentgès, Ouvrier Communiste Résistant

Couverture livre Joseph HentgesPierre OUTTERYCK, Au Camarade Maire Joseph Hentgès, Ouvrier Communiste Résistant, Lille, Editions du Geai Bleu, avril 2012, 55 pages.

Paru en avril 2012 aux éditions du Geai Bleu, le petit livre que consacre l’historien nordiste Pierre Outteryck, professeur agrégé d’histoire spécialiste du mouvement ouvrier, auteur d’une belle biographie de Martha Desrumaux parue en 2009 chez le même éditeur, à l’ancien maire d’Hellemmes Joseph Hentgès fait partie de la collection Parcours d’Histoires, dont le catalogue devrait s’étoffer avec des livres annoncés sur Benoît Frachon, Renaud Jean et Marcel Cachin.
Figure régionale du Parti Communiste nordiste durant l’Entre-Deux-Guerres, Joseph Hentgès méritait amplement qu’un ouvrage lui soit consacré.
Avec le sens du récit qui est le sien, Pierre Outteryck fait revivre au lecteur la vie d’un enfant d’ouvrier devenu ouvrier, syndicaliste, maire puis responsable départemental du jeune parti communiste avant de mourir fusillé par les Allemands en 1942.

Dans un premier temps, Pierre Outteryck revient sur l’enfance et les années de formation d’Hentgès, jusqu’en 1910. Né en 1875 à Wasquehal d’un père allemand installé en France, le jeune Joseph a perdu sa mère à l’âge de 10 ans. Elève appliqué, il quitte l’école à 12 ans et commence à travailler comme rattacheur à la cotonnière Holden, à Croix. A 18 ans, il s’engage dans l’armée pour 4 ans. De 1895 à 1897, il fait partie des troupes qui occupent le Tonkin et l’Annam. Démobilisé, Hentgès rentre à Cambrai puis s’installe à Paris où il est embauché à la Compagnie de chemins de fer du Nord comme peintre des voitures passagers aux ateliers de La Chapelle, près de la gare du Nord. A Cambrai où il revient régulièrement, il fait la connaissance d’Henriette Decarpigny, une couturière ; ils se marient en 1899. Le couple aura huit enfants.
En 1899, Hentgès adhère à Fédération des Travailleurs du chemin de fer, qui n’est pas encore affiliée à la CGT. De retour dans le Nord en 1904, il travaille désormais aux ateliers des chemins de fer à Hellemmes et il y fonde une section syndicale CGT.
L’année 1910 sera une année charnière dans la vie de Joseph Hentgès. Hentgès est un des leaders nordistes de la « grève de la thune » qui éclate le 11 octobre 1910 avec le mot d’ordre d’une thune – la pièce de 5 francs – par jour. Le gouvernement d’Aristide Briand réprime le mouvement, réquisitionne les cheminots, mobilise les gendarmes. Plusieurs centaines de cheminots sont révoqués dont Joseph Hentgès.

La deuxième partie de la biographie d’Hentgès, qui va de 1911 à 1920 s’intéresse aux premières années de mandat de l’élu socialiste et à l’occupation. Après sa révocation, Joseph Hentgès a ouvert un bistrot, rue Ferdinand-Matthias, en face des ateliers. Il mène la liste socialiste aux élections municipales de 1912 et est élu maire d’Hellemmes a à peine 36 ans. La petite ville de la banlieue lilloise compte à l’époque un peu plus de 12 000 habitants.
Le premier acte du nouveau maire d’Hellemmes est de faire voter deux motions contre la révocation des cheminots grévistes et contre la vie chère. En 1913, Hentgès est élu conseiller général du canton de Lille Est.
Lorsque la guerre éclate en 1914, Joseph Hentgès qui n’est pas mobilisé – il a alors 39 ans – reste à son poste. Après de violents combats, Hellemmes est occupée par les Allemands qui mettent au travail forcé les populations civiles. Joseph Hentgès, désigné otage, est plusieurs fois incarcéré : 13 jours en 1915 à la Citadelle de Lille, 5 jours en 1916 à la prison de Loos-Lez-Lille, puis en 1917 pour avoir protesté contre la réquisition de jeunes Hellemmois pour creuser des tranchées près du front. Après cette nouvelle incarcération, Hentgès est destitué par les autorités allemandes et remplacé par son premier adjoint.
Marqué par l’expérience de la guerre, Joseph Hentgès fait partie, avec Clotaire Delourme et Florimond Bonte de la poignée de militants qui organisent les comités d’adhésion à la IIIème Internationale dans le Nord. Il lance le journal Le Prolétaire qui deviendra bientôt L’Enchaîné. Présent au Congrès de Tours en décembre 1920, Hentgès vote l’adhésion à la IIIème Internationale et la création du Parti communiste.

La troisième partie du livre de Pierre Outteryck, qui va de 1921 à 1938 voit Joseph Hentgès devenir un des principaux responsables du jeune parti communiste du Nord. Réélu maire d’Hellemmes en 1919, Hentgès s’occupe de la reconstruction avec la création d’un office de reconstitution et l’achat du château Fanyau afin d’offrir à la population ouvrière un hôtel de ville digne de ce nom, mais Hentgès perd le bras de fer avec la compagnie des chemins de fer du Nord pour obtenir l’installation d’un nouveau dépôt.
En 1925, Hentgès est battu aux élections municipales par le socialiste Désiré Therby. Il perd également son poste de conseiller général et, malgré plusieurs candidatures, ne les regagnera pas. Il se consacre alors à l’animation de la Fédération communiste du Nord et du journal L’Enchaîné. Trésorier de la Fédération du Nord de 1921 à 1923, il est secrétaire de la Fédération de 1923 à 1929. Son action de responsable communiste est marquée par la mobilisation contre la guerre du Rif en 1924-1925, avec Martha Desrumaux. Le 2 octobre 1925, Hentgès organise dans le Nord la grève contre la guerre du Rif. Il se rend à Moscou en 1922 et en 1927. Cependant, en 1929, il est mis à l’écart de la direction de la Fédération du Nord par la nouvelle direction Barbé-Celor et démis de ses fonctions de directeur de L’Enchaîné.
Menacé d’arrestation, il doit se réfugier en Belgique en 1929. Il est de retour en France en 1930 où il assiste le nouveau maire communiste de Seclin, Paul Durot. Hentgès, qui a retrouvé des responsabilités fédérales à la suite de l’arrivée de Maurice Thorez à la tête du PCF est un des organisateurs de la marche des chômeurs du Nord, en 1934.

Battu une nouvelle fois aux élections législatives de 1936 à Hellemmes, Hentgès observe avec satisfaction l’arrivée au pouvoir du Front populaire et se mobilise pour soutenir les grévistes en mai-juin 1936. On le retrouve également aux côtés de Martha Desrumaux dans l’organisation de l’aide aux Républicains espagnols : accueil d’enfants espagnols, recrutement de volontaires pour les Brigades Internationales…

La dernière partie de l’ouvrage de Pierre Outteryck couvre la période 1939-1942. Antifasciste, Hentgès participe à plusieurs réunions publiques en 1938-1939 à la suite des accords de Munich. Il appelle la France à se rapprocher de l’URSS pour contrecarrer les projets d’Hitler.
En septembre 1939, suite à la signature du pacte germano-soviétique, le Parti communiste et ses journaux sont interdits, le siège lillois de la Fédération du Nord du PCF est perquisitionné et mis sous scellés. Joseph Hentgès, depuis son commerce d’Hellemmes, reste en contact avec les autres dirigeants communistes du Nord et tente de réorganiser clandestinement le Parti communiste. En juin 1940, il participe à une première réunion à Comines avec Martha Desrumaux. Hentgès sera un des rédacteurs de L’Enchaîné clandestin.
En mai-juin 1941, c’est la grève des mineurs du bassin minier, partie du puits du Dahomey à Montigny-en-Gohelle. Pendant une semaine, 100 000 mineurs refusent de travailler.
Informé que son nom figure sur une liste de 72 otages remise aux Allemands par la préfecture du Nord, Hentgès refuse de prendre la fuite. Pierre Outteryck cite les souvenirs de Jean-Marie Fossier : « J’ai conservé le souvenir d’un Joseph gardant son calme, disant que jamais la police n’oserait arrêter un homme de son âge, d’une personnalité qui bénéficiait, il est vrai de la sympathie de toute la population d’Hellemmes ».
En fait, sur son dossier, au siège de l’OFK 670, il n’y a qu’une phrase, mais le général Niehoff ne se trompe pas : « Dangereux à cause de sa grande influence ».
Arrêté le lendemain par des policiers français accompagnés d’agents de la Gestapo, Hentgès est emmené à la caserne Négrier à Lille, puis enfermé à la prison de Loos-Lez-Lille. Le 24 février 1942, il est transféré à la citadelle de Huy en Belgique. Il est fusillé le 14 avril 1942 au fort du Vert Galant à Wambrechies avec 34 autres otages, à l’âge de 67 ans.

Le document le plus émouvant qui figure dans le livre de Pierre Outteryck est la dernière lettre de prison de Joseph Hentgès à son fils aîné, datée du 29 décembre 1941. Hentgès y écrit que « Jamais je n’ai douté de l’issue finale de la bataille gigantesque en cours, jamais je n’ai été plus confiant en l’avenir qu’en ce moment ».

Syndicaliste, élu local, responsable régional de premier plan du Parti communiste et résistant, Joseph Hentgès est une figure essentielle du mouvement ouvrier nordiste de la première moitié du XXème siècle. C’est tout le mérite du petit ouvrage de Pierre Outteryck de nous le rappeler.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 433 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016.

1914, la grande illusion

1914 la grande illusionJean-Yves LE NAOUR, 1914 La grande illusion, Editions Perrin, octobre 2012, 404 pages.

Parmi les nombreux ouvrages qui paraissent à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, 1914 La grande illusion de Jean-Yves Le Naour, professeur en classes préparatoires et docteur en histoire spécialiste de la guerre 1914-1918, s’impose comme une des meilleures synthèses sur l’année 14. Ce livre qui est paru chez Perrin en octobre 2012 devrait séduire étudiants, enseignants et tous les amateurs d’histoire qui s’intéressent à la Première Guerre mondiale.

Comme il se doit, 1914 La grande illusion débute avec une introduction narrant la « chronique d’une mort annoncée », celle de François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo et s’achève par une conclusion sur cette année 1914, la plus meurtrière de toute la guerre : « déjà tant de morts » conclut l’auteur, rappelant que plus de 300 000 Français et 260 000 Allemands ont perdu la vie entre août et décembre 1914.

Découpé en douze chapitres, 1914 La grande illusion porte bien son titre tant les illusions ont été nombreuses, en cette année où démarre le premier conflit mondial. Les trois premiers chapitres, intitulés « Peur sur l’Europe », « Maintenant ou jamais » et « Dix jours qui ébranlèrent le monde » – un clin d’œil au témoignage du journaliste américain John Reed sur la Révolution d’Octobre – reviennent en détail sur la crise diplomatique de l’été 1914 qui aboutit finalement à la guerre. Jean-Yves Le Naour nous restitue avec clarté l’atmosphère de paranoïa qui règne dans les chancelleries européennes où tout le monde a peur : l’Autriche a peur des Slaves qui menacent l’unité de son empire, l’Allemagne a peur de la menace russe, mais aussi du désir de revanche fantasmé des Français tandis que l’Angleterre a peur de la montée en puissance de l’Allemagne, notamment sur mer. Bref, tout le monde a peur et tout le monde s’illusionne sur les intentions des voisins.
Dans ce contexte, l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne – et dans une moindre mesure la Russie – portent une lourde responsabilité dans le déclenchement de la guerre. En soutenant jusqu’au bout l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne s’est retrouvée « coincée par son propre bluff ». Au moment où elle commence à se rendre compte que la Russie ira également jusqu’au bout et que l’Angleterre ne restera pas neutre, il est déjà trop tard, d’autant plus que les militaires poussent Guillaume II à la guerre préventive avant que la Russie ne devienne une grande puissance industrielle.

Le chapitre 4, « Guerre à la guerre » évoque l’échec des pacifistes et notamment des socialistes et des syndicalistes à empêcher la guerre. La meilleure illustration de cet échec est le fait que le carnet B ne sera finalement pas utilisé pour arrêter les syndicalistes révolutionnaires qui y étaient fichés. Dans les journées cruciales de cette fin de juillet 1914, la CGT « amarre ses vaisseaux à ceux de la SFIO et épouse sa position légaliste de pression sur le gouvernement ». Aucun syndicaliste français n’est prêt à prendre la responsabilité de saboter l’effort de guerre de son pays et de le laisser à la merci de l’ennemi au cas où les prolétaires Allemands ne joueraient pas le jeu de la grève générale et il en va de même de l’autre côté du Rhin. Or, c’est la faiblesse du système jaurésien écrit Le Naour « Que vaut une menace que l’on est incapable de mettre en pratique ? ». La rapidité de la crise diplomatique et l’assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914 empêchent l’Internationale socialiste de se réunir à temps. La SFIO comme la CGT se rallient à la défense nationale tandis que toute la presse, y-compris ceux qui la veille appelaient au meurtre de Jaurès saluent le tribun socialiste : « il fallait se dépêcher d’engloutir Jaurès sous les fleurs et de tirer son cadavre dans la tranchée de l’unité nationale ».

Les chapitres 5 et 6, « Personne ne pensait à la guerre » et « La chasse aux Allemands » s’intéressent à l’entrée en guerre. Jean-Yves Le Naour raconte l’inflation et « la valse des étiquettes », mais aussi les mariages précipités du mois d’août 1914 et les prophéties des voyantes et des charlatans. Il évoque aussi la vague d’espionnite qui submerge la France où rumeurs et fausses nouvelles se répandent comme une traînée de poudre : on raconte que des Allemands déguisés en religieuses distribueraient des bonbons empoisonnés aux enfants, on s’attaque aux laiteries de la société Maggi (pourtant suisse), à ses bouillons Kub et à ses publicités, qui, à en croire les délires de l’Action Française serviraient de panneaux indicateurs en cas d’invasion allemande. C’est « une sorte de folie collective » rapporte un caporal qui doit intervenir pour empêcher le lynchage d’un commerçant auvergnat suspecté d’être allemand à cause de son accent.

Le chapitre 7 « La peau de l’ours », est largement consacré au général Joseph Joffre et à son plan de bataille, que personne au gouvernement ne connaît. Sûr de lui, ne voulant rendre de compte à personne et surtout pas au pouvoir politique, ni même à ses subordonnés laissés dans l’ignorance, le commandant en chef veut attaquer les Allemands en Lorraine pour y fixer leur aile gauche, les laisser pénétrer en Belgique et envahir le Nord de la France et attaquer au centre, dans les Ardennes, à la façon de Napoléon à Austerlitz. Fétichiste de l’offensive baïonnette au canon et sabre au clair, Joffre voit se briser ses rêves de gloire sur les mitrailleuses allemandes. Son autre erreur est d’avoir grossièrement sous-estimé les forces de l’aile droite allemande, par mépris pour les soldats de réserve que lui n’a pas voulu engager. On voit dans le chapitre 8, « L’heure de vérité », que les illusions du général Joffre auraient pu aboutir à la défaite française. A la fin du mois d’août 1914, les armées franco-anglaises ont été sévèrement accrochées et forcées de reculer. Le désastre de 1870 semble se reproduire.

Envahie, « La France a peur ». Le chapitre 9 évoque l’intox et le bourrage de crâne. Les journaux français sont pleins de balles allemandes qui ne blessent pas, d’obus qui n’explosent pas, d’Allemands affamés et ridicules qui se précipitent pour manger les tartines beurrées des soldats français tandis que certains jurent que des centaines de milliers de soldats russes auraient déjà débarqué en France. Mais la peur est parfois justifiée : si des bobards ont bien circulé sur les Allemands coupeurs de mains, les atrocités allemandes en Belgique et dans le Nord de la France au moment de l’invasion sont une réalité. Plusieurs milliers de civils ont été exécutés par l’armée allemande qui vivait dans le souvenir de 1870 et la crainte des attaques de francs-tireurs.

Tandis que le gouvernement s’est replié provisoirement sur Bordeaux, Gallieni, nommé gouverneur militaire de Paris et Joffre vont profiter de l’opportunité offerte par la manœuvre de l’armée de Kluck, qui offre son flanc à la contre-attaque française, pour sauver la capitale. C’est « Le miracle de la Marne » que Jean-Yves Le Naour raconte au chapitre 10. Les deux généraux, qui se détestent cordialement, chercheront tous deux à s’attribuer la paternité de cette victoire, qui ne sera cependant pas transformée, l’armée allemande parvenant à reculer et à se retrancher sur toute la longueur du front.

Le gouvernement peut enfin revenir à Paris et le parlementarisme reprend ses droits. Pour Jean-Yves Le Naour, « l’union sacrée » a toujours été une illusion. C’est en fait une « désunion sacrée » qu’analyse l’auteur dans le chapitre 11, montrant que la droite conservatrice n’a pas renoncé à changer ultérieurement la forme du régime, qu’elle a toujours ses bêtes noires comme Joseph Caillaux et qu’au fond, l’union sacrée oblige la gauche à renoncer à ses fondamentaux tandis que la droite nationaliste n’abdique aucune de ses idées.

En cette fin de septembre 1914, on se rend compte que la guerre sera longue. Aucune des deux armées ne parvenant à déborder l’autre, on s’enterre dans les tranchées en attendant Noël et sans doute la fin de la guerre, au printemps de l’année prochaine. Le dernier chapitre de l’ouvrage de Jean-Yves Le Naour, « Joyeux Noël », s’intéresse à ces derniers mois de l’année 1914. Les premières voix pacifistes se font entendre à la CGT où Pierre Monatte démissionne de la direction du syndicat. En Allemagne, Karl Liebknecht vote contre les crédits de guerre au Reichstag. A l’Est où les Russes ont été repoussés, il n’y aura rien de nouveau non plus, mais l’empire ottoman entre en guerre. Les tentatives de médiation du Pape Benoît XV échouent : il n’y aura pas de trêve, même pour Noël. Pourtant, dans plusieurs secteurs du front, on assiste à des fraternisations durant la nuit de Noël.

A l’heure du bilan, dressé par Jean-Yves Le Naour dans sa conclusion, l’année 1914 a été la plus meurtrière de toute la guerre. On s’achemine vers une guerre longue, mais personne n’imagine qu’elle durera encore quatre ans.

Au fil des quelques 400 pages du livre de Jean-Yves Le Naour, 1914 La grande illusion s’impose, par la qualité de sa rédaction et la richesse de sa documentation comme une des meilleures synthèses sur l’année 1914.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le supplément électronique du numéro 429 d’Historiens & Géographes, Janvier-février 2015.