Archives du mot-clé Deuxième guerre mondiale

Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres, Au cœur de l’OS 680 1941-1942

Maurice ROUZIER, Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres, Au cœur de l’OS 680 1941-1942, Geste éditions, septembre 2012, 318 pages.

Professeur de lettres-histoire puis d’histoire-géographie à Niort et collaborateur du Maitron et du Dictionnaire des fusillés, Maurice Rouzier, militant communiste qui a exercé des responsabilités à la section de Niort du PCF et à la fédération des Deux-Sèvres, a publié chez Geste éditions un beau livre sur les jeunes résistants du Nord des Deux-Sèvres membres de l’OS 680.

Qui étaient les huit jeunes résistants fusillés à Biard, près de Poitiers, le 3 décembre 1942 pour propagande communiste, sabotage et tentative d’attentat à la bombe ? Avant de répondre à cette question, Maurice Rouzier revient sur la ville de Thouars avant 1940, son quartier des cheminots et son maire communiste, Albert Boisseau, élu par surprise à la tête d’une majorité de front populaire dominée par la SFIO à la suite du refus de la tête de liste socialiste d’exercer les fonctions de maire. Les conseillers municipaux socialistes préfèrent Albert Boisseau à Henri Barthélémy, le principal dirigeant du Parti communiste dans la région de Thouars. Le premier condamnera le pacte germano-soviétique, ce que le second se refusera à faire.

Peu de temps après la déclaration de guerre, l’entreprise Rusz, spécialisée dans les pièces d’avion et notamment les trains d’atterrissage, quitte Asnières en banlieue parisienne pour s’installer à Thouars en prévision des bombardements. C’est dans cette entreprise que des jeunes travailleurs souvent membres des Jeunesses communistes créent un groupe de l’Organisation Spéciale (OS), la première organisation de résistance du Parti communiste. D’après les témoignages recueillis par Maurice Rouzier, l’OS est née en octobre 1940 dans la manufacture d’armes de Châtellerault avant d’essaimer à Thouars sous l’impulsion de Maxime Bacquet, un ouvrier né en 1920, fils d’un conseiller municipal communiste d’Arcueil en banlieue parisienne, installé à Thouars et embauché à l’usine Rusz en décembre 1940. Les membres de l’OS distribuent des petits papillons et des tracts dans les casiers à l’usine. Comme tous les réseaux de résistance, l’organisation est cloisonnée ; ses membres ne se connaissent pas les uns les autres. La première action notable de l’OS est le fait de trois jeunes militants qui remplacent le drapeau nazi au sommet du mât de la place Lavault par un drapeau tricolore le 27 mars 1941. L’enquête ne donna rien, mais en représailles, Henri Barthélémy est interné à Niort comme otage. Après les premiers attentats communistes au métro Barbès, à Nantes et à Bordeaux, Henri Barthélémy fait partie des 27 fusillés de Châteaubriant, le 22 octobre 1941.

A Thouars, l’Organisation Spéciale se renforce, édite des tracts tirés sur une ronéo, ramasse des armes et récupère la poudre des cartouches pour fabriquer une bombe artisanale pendant qu’à l’usine Rusz, les ouvriers de l’OS ralentissent la cadence et sabotent les pièces. En fait, on assiste aux prémices de la transformation de l’Organisation Spéciale en groupe de FTP (Francs-Tireurs et Partisans). Le 20 avril 1942, un groupe de l’OS dépose une bombe dans les locaux d’un atelier de réparations de locomotives. La bombe n’explose pas.

Rapidement, la police, sous la direction du commissaire Poupaert – et avec l’aide du directeur de l’usine Rusz – parvient à identifier les militants communistes présents dans l’usine. Maxime Bacquet parvient à s’enfuir avant la vague d’arrestations de mai et juin 1942 qui décapitent l’Organisation Spéciale. Son remplaçant, Joseph Berthou, nouveau responsable interrégional de l’OS est arrêté, suivi d’une quinzaine de militants de l’OS et de membres de leurs familles.

L’affaire de l’OS de Thouars est jugée devant la section spéciale du tribunal de Bressuire les 18 et 21 juillet 1942. Maurice Rouzier explique au chapitre 5 la genèse de ces juridictions d’exception mises en place par le régime de Vichy. Trois militants, Jean Brunet, René Drapeau et Edouard Chénier sont condamnés à plusieurs années de travaux forcés, sept autres à des peines de prison et le plus jeune, André Forestier, est acquitté.

Le verdict ne convient pas aux Allemands qui décident de rejuger les membres de l’OS devant le tribunal militaire de la Feldkommandantur de Poitiers du 18 au 24 novembre 1942. Cette fois, onze résistants sont condamnés à mort. Les huit hommes sont fusillés à Biard, le 3 décembre 1942, les trois femmes, déportées en Allemagne. Huit autres résistants qui avaient échappé à la condamnation à mort sont déportés avec elles en décembre 1942.

Maurice Rouzier explique au chapitre 7 que la décapitation de l’OS de Thouars ne marque pas la fin de la résistance dans les Deux-Sèvres. La résistance communiste se réorganise, des groupes de FTP se structurent comme le groupe du Mellois ou celui du marais poitevin que l’historien Michel Chaumet décrit dans la postface.

Maxime Bacquet, passé par Bordeaux et chargé de réorganiser un groupe FTP dans la région de Saumur est arrêté et fusillé le 13 décembre 1943. Simone Thomas, l’agent de liaison de Joseph Berthou, qui avait été arrêtée à Thouars avec le reste du groupe mais avait miraculeusement pu s’échapper du commissariat de police passe dans la clandestinité et gagne la région parisienne. On la retrouve agent de liaison et convoyeuse de fonds à Amiens et Dijon, chargée de faire le lien entre réseaux gaullistes et communistes.

A la libération vient le temps du deuil dans une ville qui honore ses martyrs. Revenus de la déportation, les survivants du groupe s’attacheront dans les années qui suivent à raconter et à transmettre la mémoire de l’OS 680. C’est de la rencontre entre ces survivants et Maurice Rouzier qu’est né le livre Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres.

Maurice Rouzier souhaitait mettre en lumière une organisation de résistance mal connue. L’Organisation Spéciale, un des premiers mouvements de résistance qui passe progressivement de la distribution de tracts au sabotage et à la lutte armée, préfigure ce que seront les mouvements de résistance plus tardifs. S’appuyant sur de nombreux témoignages et illustré de photos des principales figures de l’OS 680, le livre de Maurice Rouzier a le mérite de reconstituer avec minutie la naissance, l’histoire et les conditions de la disparition de l’OS 680. A plusieurs reprises, l’auteur explique que ses recherches lui ont permis d’apprendre aux témoins qu’il rencontrait des éléments de l’histoire du groupe qu’ils ignoraient eux-mêmes. Jeunes résistants en Nord Deux-Sèvres n’est pas qu’un livre d’histoire, c’est un bel hommage qui est rendu aux résistants de l’OS 680 qui sont morts et à ceux qui ont survécu pour témoigner.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 436 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016

Au Camarade Maire Joseph Hentgès, Ouvrier Communiste Résistant

Couverture livre Joseph HentgesPierre OUTTERYCK, Au Camarade Maire Joseph Hentgès, Ouvrier Communiste Résistant, Lille, Editions du Geai Bleu, avril 2012, 55 pages.

Paru en avril 2012 aux éditions du Geai Bleu, le petit livre que consacre l’historien nordiste Pierre Outteryck, professeur agrégé d’histoire spécialiste du mouvement ouvrier, auteur d’une belle biographie de Martha Desrumaux parue en 2009 chez le même éditeur, à l’ancien maire d’Hellemmes Joseph Hentgès fait partie de la collection Parcours d’Histoires, dont le catalogue devrait s’étoffer avec des livres annoncés sur Benoît Frachon, Renaud Jean et Marcel Cachin.
Figure régionale du Parti Communiste nordiste durant l’Entre-Deux-Guerres, Joseph Hentgès méritait amplement qu’un ouvrage lui soit consacré.
Avec le sens du récit qui est le sien, Pierre Outteryck fait revivre au lecteur la vie d’un enfant d’ouvrier devenu ouvrier, syndicaliste, maire puis responsable départemental du jeune parti communiste avant de mourir fusillé par les Allemands en 1942.

Dans un premier temps, Pierre Outteryck revient sur l’enfance et les années de formation d’Hentgès, jusqu’en 1910. Né en 1875 à Wasquehal d’un père allemand installé en France, le jeune Joseph a perdu sa mère à l’âge de 10 ans. Elève appliqué, il quitte l’école à 12 ans et commence à travailler comme rattacheur à la cotonnière Holden, à Croix. A 18 ans, il s’engage dans l’armée pour 4 ans. De 1895 à 1897, il fait partie des troupes qui occupent le Tonkin et l’Annam. Démobilisé, Hentgès rentre à Cambrai puis s’installe à Paris où il est embauché à la Compagnie de chemins de fer du Nord comme peintre des voitures passagers aux ateliers de La Chapelle, près de la gare du Nord. A Cambrai où il revient régulièrement, il fait la connaissance d’Henriette Decarpigny, une couturière ; ils se marient en 1899. Le couple aura huit enfants.
En 1899, Hentgès adhère à Fédération des Travailleurs du chemin de fer, qui n’est pas encore affiliée à la CGT. De retour dans le Nord en 1904, il travaille désormais aux ateliers des chemins de fer à Hellemmes et il y fonde une section syndicale CGT.
L’année 1910 sera une année charnière dans la vie de Joseph Hentgès. Hentgès est un des leaders nordistes de la « grève de la thune » qui éclate le 11 octobre 1910 avec le mot d’ordre d’une thune – la pièce de 5 francs – par jour. Le gouvernement d’Aristide Briand réprime le mouvement, réquisitionne les cheminots, mobilise les gendarmes. Plusieurs centaines de cheminots sont révoqués dont Joseph Hentgès.

La deuxième partie de la biographie d’Hentgès, qui va de 1911 à 1920 s’intéresse aux premières années de mandat de l’élu socialiste et à l’occupation. Après sa révocation, Joseph Hentgès a ouvert un bistrot, rue Ferdinand-Matthias, en face des ateliers. Il mène la liste socialiste aux élections municipales de 1912 et est élu maire d’Hellemmes a à peine 36 ans. La petite ville de la banlieue lilloise compte à l’époque un peu plus de 12 000 habitants.
Le premier acte du nouveau maire d’Hellemmes est de faire voter deux motions contre la révocation des cheminots grévistes et contre la vie chère. En 1913, Hentgès est élu conseiller général du canton de Lille Est.
Lorsque la guerre éclate en 1914, Joseph Hentgès qui n’est pas mobilisé – il a alors 39 ans – reste à son poste. Après de violents combats, Hellemmes est occupée par les Allemands qui mettent au travail forcé les populations civiles. Joseph Hentgès, désigné otage, est plusieurs fois incarcéré : 13 jours en 1915 à la Citadelle de Lille, 5 jours en 1916 à la prison de Loos-Lez-Lille, puis en 1917 pour avoir protesté contre la réquisition de jeunes Hellemmois pour creuser des tranchées près du front. Après cette nouvelle incarcération, Hentgès est destitué par les autorités allemandes et remplacé par son premier adjoint.
Marqué par l’expérience de la guerre, Joseph Hentgès fait partie, avec Clotaire Delourme et Florimond Bonte de la poignée de militants qui organisent les comités d’adhésion à la IIIème Internationale dans le Nord. Il lance le journal Le Prolétaire qui deviendra bientôt L’Enchaîné. Présent au Congrès de Tours en décembre 1920, Hentgès vote l’adhésion à la IIIème Internationale et la création du Parti communiste.

La troisième partie du livre de Pierre Outteryck, qui va de 1921 à 1938 voit Joseph Hentgès devenir un des principaux responsables du jeune parti communiste du Nord. Réélu maire d’Hellemmes en 1919, Hentgès s’occupe de la reconstruction avec la création d’un office de reconstitution et l’achat du château Fanyau afin d’offrir à la population ouvrière un hôtel de ville digne de ce nom, mais Hentgès perd le bras de fer avec la compagnie des chemins de fer du Nord pour obtenir l’installation d’un nouveau dépôt.
En 1925, Hentgès est battu aux élections municipales par le socialiste Désiré Therby. Il perd également son poste de conseiller général et, malgré plusieurs candidatures, ne les regagnera pas. Il se consacre alors à l’animation de la Fédération communiste du Nord et du journal L’Enchaîné. Trésorier de la Fédération du Nord de 1921 à 1923, il est secrétaire de la Fédération de 1923 à 1929. Son action de responsable communiste est marquée par la mobilisation contre la guerre du Rif en 1924-1925, avec Martha Desrumaux. Le 2 octobre 1925, Hentgès organise dans le Nord la grève contre la guerre du Rif. Il se rend à Moscou en 1922 et en 1927. Cependant, en 1929, il est mis à l’écart de la direction de la Fédération du Nord par la nouvelle direction Barbé-Celor et démis de ses fonctions de directeur de L’Enchaîné.
Menacé d’arrestation, il doit se réfugier en Belgique en 1929. Il est de retour en France en 1930 où il assiste le nouveau maire communiste de Seclin, Paul Durot. Hentgès, qui a retrouvé des responsabilités fédérales à la suite de l’arrivée de Maurice Thorez à la tête du PCF est un des organisateurs de la marche des chômeurs du Nord, en 1934.

Battu une nouvelle fois aux élections législatives de 1936 à Hellemmes, Hentgès observe avec satisfaction l’arrivée au pouvoir du Front populaire et se mobilise pour soutenir les grévistes en mai-juin 1936. On le retrouve également aux côtés de Martha Desrumaux dans l’organisation de l’aide aux Républicains espagnols : accueil d’enfants espagnols, recrutement de volontaires pour les Brigades Internationales…

La dernière partie de l’ouvrage de Pierre Outteryck couvre la période 1939-1942. Antifasciste, Hentgès participe à plusieurs réunions publiques en 1938-1939 à la suite des accords de Munich. Il appelle la France à se rapprocher de l’URSS pour contrecarrer les projets d’Hitler.
En septembre 1939, suite à la signature du pacte germano-soviétique, le Parti communiste et ses journaux sont interdits, le siège lillois de la Fédération du Nord du PCF est perquisitionné et mis sous scellés. Joseph Hentgès, depuis son commerce d’Hellemmes, reste en contact avec les autres dirigeants communistes du Nord et tente de réorganiser clandestinement le Parti communiste. En juin 1940, il participe à une première réunion à Comines avec Martha Desrumaux. Hentgès sera un des rédacteurs de L’Enchaîné clandestin.
En mai-juin 1941, c’est la grève des mineurs du bassin minier, partie du puits du Dahomey à Montigny-en-Gohelle. Pendant une semaine, 100 000 mineurs refusent de travailler.
Informé que son nom figure sur une liste de 72 otages remise aux Allemands par la préfecture du Nord, Hentgès refuse de prendre la fuite. Pierre Outteryck cite les souvenirs de Jean-Marie Fossier : « J’ai conservé le souvenir d’un Joseph gardant son calme, disant que jamais la police n’oserait arrêter un homme de son âge, d’une personnalité qui bénéficiait, il est vrai de la sympathie de toute la population d’Hellemmes ».
En fait, sur son dossier, au siège de l’OFK 670, il n’y a qu’une phrase, mais le général Niehoff ne se trompe pas : « Dangereux à cause de sa grande influence ».
Arrêté le lendemain par des policiers français accompagnés d’agents de la Gestapo, Hentgès est emmené à la caserne Négrier à Lille, puis enfermé à la prison de Loos-Lez-Lille. Le 24 février 1942, il est transféré à la citadelle de Huy en Belgique. Il est fusillé le 14 avril 1942 au fort du Vert Galant à Wambrechies avec 34 autres otages, à l’âge de 67 ans.

Le document le plus émouvant qui figure dans le livre de Pierre Outteryck est la dernière lettre de prison de Joseph Hentgès à son fils aîné, datée du 29 décembre 1941. Hentgès y écrit que « Jamais je n’ai douté de l’issue finale de la bataille gigantesque en cours, jamais je n’ai été plus confiant en l’avenir qu’en ce moment ».

Syndicaliste, élu local, responsable régional de premier plan du Parti communiste et résistant, Joseph Hentgès est une figure essentielle du mouvement ouvrier nordiste de la première moitié du XXème siècle. C’est tout le mérite du petit ouvrage de Pierre Outteryck de nous le rappeler.

David NOËL

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 433 d’Historiens & Géographes,
Janvier-février 2016.

Je vous écris de France

Je vous ecris de FranceAurélie LUNEAU, Je vous écris de France, Editions L’iconoclaste, mai 2014, 285 pages.

Docteur en histoire et productrice à France Culture, Aurélie Luneau, qui avait déjà publié en 2005 « Radio Londres, les voix de la liberté » s’est intéressée cette fois au courrier adressé par les Français à la BBC entre 1940 et 1944. Le résultat s’appelle « Je vous écris de France » et vient de paraître aux éditions L’iconoclaste en partenariat avec France Culture, France Info et la fondation d’entreprise La Poste.

Le bel ouvrage d’Aurélie Luneau, préfacé par Jean-Louis Crémieux-Brilhac, à l’époque chef du service de radiodiffusion de la France libre, rassemble des dizaines d’extraits de lettres parvenues par différents moyens à la BBC. Certaines de ces lettres – une cinquantaine – figurent dans l’ouvrage en photographie et même, pour quelques-unes, sont insérées en fac-similé. Il y a quelque chose d’émouvant à découvrir ces lettres manuscrites, le plus souvent anonymes, parfois accompagnées de dessins, rédigées par des Français et des Françaises qui prenaient de vrais risques pour écrire à leurs « amis de Londres ».

Aurélie Luneau a découpé son recueil en 4 chapitres : « L’effondrement », « La France asservie », « Le tournant de la guerre » et « L’attente ». Les premières lettres écrites au lendemain de l’appel du 18 juin arrivent en Angleterre au mois de septembre 1940 au rythme d’une centaine de lettres par mois. Le flot de lettres se tarit après l’invasion de la zone libre en novembre 1942 pour disparaître complètement à partir de la fin de l’année 1943.

Ces lettres adressées à Radio Londres partent de la zone libre et transitent par la Suisse, le Portugal ou encore l’ambassade des Etats-Unis à Lyon. Elles mettent en général deux mois pour arriver à destination. On confie ses lettres à un ami qui part à l’étranger ou on les poste en comptant sur la bienveillance d’un censeur qui les laissera passer. Les correspondants anonymes se choisissent parfois des pseudonymes révélateurs tels que « Croix de Lorraine », « Libération d’abord » ou « Guillaume Tell ».

A partir de janvier 1941, tous les vendredis, l’émission « Les Français parlent aux Français » est consacrée à la lecture des lettres de France. L’émission est attendue avec impatience par les auditeurs qui demandent quand ils écrivent qu’on accuse réception de leur lettre ou qu’on leur donne des nouvelles d’un frère, d’un fils ou d’un ami engagé au sein des Français libres.

Ces lettres des auditeurs de la BBC témoignent de l’impact des émissions de Radio Londres sur l’opinion publique française. Si les premières lettres, rédigées en 1940, défendent parfois l’action de Pétain ou critiquent les Anglais accusés de ne pas s’être assez battus durant la campagne de France, on sent très vite dans les lettres reçues à la BBC le basculement de l’opinion qui tient Pétain, Laval, Darlan et les groupements collaborationnistes comme le PPF dans la même exécration.
Il faut évidemment nuancer le portrait de l’opinion publique française sous l’occupation qui ressort de « Je vous écris de France ». D’abord parce qu’à l’époque, seuls 6,5 millions de foyers sont équipés d’un poste de TSF. Si on écoute les émissions de radio en famille, il n’est pas facile, sous l’occupation, de capter la BBC : le brouillage allemand gêne la réception ; les postes sont confisqués, en particulier dans les départements littoraux où les Allemands attendent le débarquement.
Pour autant, ces lettres adressées à la BBC sont d’un intérêt historique indéniable. Elles disent toutes le « non-consentement » à l’occupation de la patrie. Elles fourmillent d’anecdotes sur les difficultés de la vie quotidienne, les files d’attente interminables mais elles contiennent aussi des renseignements sur la disposition des troupes allemandes et les établissements industriels à bombarder. A ce titre, elles étaient d’abord analysées par les services anglais avant d’être transmises à l’équipe de Radio Londres.

Ces lettres permettent de mesurer l’écho des campagnes lancées par Radio Londres, comme celle du V de la victoire, dessiné sur tous les murs comme le confirment plusieurs lettres. Beaucoup d’auditeurs parlent avec mépris de la presse aux ordres de l’occupant. Un auditeur du Pas-de-Calais évoque le triomphe des manifestations du 11 mai 1941 pour la fête de Jeanne d’Arc à Lens, Hénin-Liétard, Oignies et Lille. Un auditeur nantais raconte qu’on siffle Hitler et Mussolini lors de la diffusion des actualités au cinéma. A la séance suivante où des gardes ont été postés et les sifflets interdits, tout le public se met à tousser et éternuer. Plus loin, un autre auditeur nantais revient sur le 14 juillet 1941 : « Les fleurs n’étaient pas défendues. Donc au balcon, nous vîmes fleurir des guirlandes et des bouquets tricolores ». Un autre auditeur, habitant de Pontarlier évoque « tout un peuple portant en guise d’insigne un bouquet de muguet » et défilant devant la mairie le 1er mai 1942.

On ne comprend pas le maintien de Darlan en Algérie, on dresse des listes de collaborateurs notoires et tandis que la guerre se prolonge, l’impatience grandit et les messages des auditeurs se font plus pressants : « Hâtez-vous, hâtez-vous, nous ne tenons plus. Venez au plus vite sinon vous risquez de débarquer dans un pays où il n’y aura plus que des fous, des morts, des agonisants » écrit un auditeur dans une lettre non signée datée d’avril 1943.

Pendant quatre ans, les lettres adressées à la BBC, jetées comme autant de bouteilles à la mer, ont été la manifestation concrète du lien qui s’était tissé entre les voix de la France libre et les habitants de la France occupée. C’est tout l’intérêt du beau livre d’Aurélie Luneau que de nous donner à voir ce lien en faisant ressortir ces lettres de l’oubli.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le supplément électronique du numéro 430 d’Historiens & Géographes, Mai-juin 2015.

Pétain en vérité

Petain en veriteMarc FERRO, Pétain en vérité, Editions Tallandier, octobre 2013, 303 pages.

La figure de Philippe Pétain continue d’alimenter les controverses. Vingt-six ans après la publication de sa biographie de référence aux éditions Fayard, Marc Ferro vient de publier chez Tallandier un livre de questions-réponses intitulé « Pétain en vérité » dans lequel il répond aux questions de Serge de Sampigny, auteur et réalisateur du film documentaire « Pétain, un héros si populaire ».

L’ouvrage, divisé en huit chapitres, présente une série de documents en annexe dont des extraits de discours de Pétain, Laval et Doriot, la plaidoirie de Jacques Isorni lors du procès de Pétain, en 1945 ou encore les résultats d’un sondage Ipsos de 1996 sur les grands hommes français au XXème siècle qui reflète une image toujours contrastée de Philippe Pétain.

L’originalité du livre de Marc Ferro tient à sa forme de questions-réponses et à la part de souvenirs personnels que livre l’auteur. Agé de 15 ans en 1940, Marc Ferro nous raconte son exode, sa convocation au commissariat en 1941 où il découvre qu’à la suite de la législation antisémite prise par Vichy, il est considéré comme juif. Le jeune Ferro réussira à gagner la zone sud où il prépare le certificat d’histoire-géographie à la faculté de Grenoble avant de prendre le maquis en 1944 pour éviter le STO. Il ne reverra pas sa mère, envoyée à Auschwitz.
L’histoire personnelle de Marc Ferro rencontre la grande histoire et au fil des chapitres de Pétain en vérité, on s’étonnerait presque de la relative indulgence de Ferro envers Pétain. En fait, Marc Ferro souhaite sortir de la légende rose comme de la légende noire du Maréchal Pétain.

Ainsi, dans le chapitre 2, intitulé « L’homme de Verdun », Marc Ferro reconnaît la lucidité de Pétain et affirme qu’il a été « le meilleur stratège de 14-18 », bien qu’il n’ait pas su valoriser ses idées.
Dans le chapitre suivant, Marc Ferro brosse le portrait d’un Maréchal de France omniprésent durant l’entre-deux-guerres, mais qui reste fondamentalement un général d’infanterie tourné vers la dernière guerre plutôt que vers la prochaine. En matière politique, Philippe Pétain n’est pas fasciste, mais ce Maréchal légaliste souhaite un régime d’ordre garanti par l’armée et commence à réaliser qu’il est un symbole pour une partie de la droite et de l’extrême droite. Le chapitre 4 est consacré aux événements du printemps et de l’été 1940 qui mènent à la mise en place du régime de Vichy. Pour Marc Ferro, il n’y a pas eu de « complot » de Pétain. Au sujet de l’armistice, Marc Ferro admet qu’« en sa substance, cet armistice n’était pas la pire des solutions, même si ses effets bénéfiques n’étaient pas dus à la volonté des négociateurs français ».
Marc Ferro aborde la révolution nationale, « l’enfant » de Pétain, dans le chapitre 5. Pour l’historien, le régime que souhaite Pétain se rapproche de celui de Salazar au Portugal, un régime corporatiste, appuyé sur la paysannerie et l’Eglise catholique. Antisémite dans la tradition maurrassienne, Pétain était indifférent au sort des Juifs et n’avait pas d’état d’âme. Rien n’obligeait le vieux maréchal à promulguer le statut des Juifs et à devancer les exigences allemandes si ce n’est sa xénophobie et son antisémitisme. Si l’existence de la zone libre a permis de sauver des Juifs comme il l’a affirmé lors de son procès, ce n’est pas de son fait.
En collaborant, Pétain a-t-il mené double jeu ? Cette question est au cœur du chapitre 6. Marc Ferro montre clairement que Pétain, lorsqu’il renvoie Laval en décembre 1940, est surtout animé par la rancœur. Si Pétain maintient des contacts avec les Américains qu’il estimait depuis 1917 – au contraire des Anglais -, c’est parce qu’il entend rester au pouvoir en cas de défaite de l’Axe, mais cet homme minutieux qui relit les discours que lui écrivent ses collaborateurs croit en la victoire de l’Allemagne.
La collaboration est même relancée par l’amiral Darlan à partir de février 1941. Pétain a certes pensé à se constituer prisonnier après l’exécution des otages de Châteaubriant, mais ne l’a pas fait et passé ce moment d’indignation non feinte, Pétain propose à Goering un nouveau plan de collaboration. En novembre 1942, après le débarquement des Anglo-Américains en Afrique et l’invasion de la zone sud, Pétain choisit de rester en France et cautionne par sa présence la fascisation accélérée du régime. Sous surveillance, Pétain condamne les attentats de la Résistance et demande aux Allemands d’armer la Milice de Darnand. Lorsqu’il se rend dans les villes touchées par les bombardements en 1944, le chef de l’Etat français se permet bien quelques « espiègleries » à l’encontre de ses geôliers allemands, mais c’est parce qu’il est avant tout animé par sa haine de Laval et sa volonté de rappeler le rôle qu’il s’attribue, celui de père protecteur de la nation. La thèse de De Gaulle, « l’épée » et de Pétain le « bouclier » avancée par Pétain à son procès ne résiste pas à l’examen.
L’existence du régime de Vichy a-t-elle malgré tout empêché l’Allemagne de traiter la France comme la Pologne ? Pour Marc Ferro, l’Allemagne n’avait de toute façon pas l’intention de traiter la France comme la Pologne mais elle a fini par le faire lorsqu’à l’été 1944, les massacres des SS se succèdent à Ascq, Tulle et Oradour.
Marc Ferro montre toute la duplicité de Pétain, mais lui reconnaît toutefois le courage d’être revenu en France pour être jugé. L’avant-dernier chapitre est consacré au procès de Pétain, un procès lors duquel on n’a paradoxalement parlé ni des Juifs, ni de la Résistance, mais principalement des conditions de l’arrivée au pouvoir de Pétain et de l’armistice. A cette occasion, Pétain, qui reste très lucide dans sa stratégie de défense, émet des contrevérités absolues lorsqu’il affirme par exemple avoir toujours été lui-même un résistant. L’opinion publique approuve très majoritairement sa condamnation.

En guise de conclusion, Marc Ferro se demande dans le dernier chapitre s’il y a eu un « pétainisme ». La réponse de l’historien est clairement négative : le pétainisme s’inscrit dans un courant plus large, anti-démocratique et xénophobe qui perdure aujourd’hui, comme perdure, aujourd’hui plus encore qu’à l’époque de Vichy, le recours aux technocrates pour gouverner le pays. En ce sens, Marc Ferro conclut que la parenthèse pétainiste n’en est pas une et qu’elle n’est pas refermée.

Soixante-dix ans après la Libération, la question de Vichy et de l’attitude de Pétain soulève toujours autant d’interrogations. Le petit ouvrage stimulant de Marc Ferro permet d’y répondre.

David NOËL  

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 427 d’Historiens & Géographes,
juillet-août 2014.

Joukov

JoukovJean LOPEZ et Lasha OTKHMEZURI, Joukov, Editions Perrin, septembre 2013, 732 pages.

Fondateur et directeur de la rédaction du magazine Guerres et Histoire, Jean Lopez, spécialiste du front germano-soviétique vient de publier avec Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate et conseiller de la rédaction du magazine, une biographie de Joukov, « l’homme qui a vaincu Hitler ».

Ce faisant, les deux auteurs réparent une injustice historique : de fait, s’il existe de nombreuses biographies des généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale, il n’existait jusqu’à présent aucune biographie en français de Gueorgui Joukov, alors qu’il a joué un rôle déterminant dans la défaite des armées du IIIe Reich et dans la victoire finale des Alliés.

La biographie de Joukov que nous proposent Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se divise en trois parties inégales intitulées « Du tsar à Staline », « La Grande guerre patriotique » et « Un Bonaparte russe en puissance ? ».

Les auteurs reviennent dans la première partie de leur ouvrage sur les années d’enfance et de formation du futur maréchal de l’Union soviétique et s’éloignent nettement des Mémoires écrites par Joukov lui-même sous le contrôle tatillon de la censure brejnévienne en 1969. Loin d’être l’adolescent posé, studieux et politisé qu’il décrit dans ses Mémoires, le jeune Joukov, qui n’a pour seul bagage que trois années élémentaires à l’école paroissiale, est un bagarreur peu attentif aux discours politiques. Issu d’une famille paysanne, il entre en apprentissage chez son oncle à Moscou et, sans la guerre, aurait sans doute fini patron fourreur.

C’est la guerre qui change pour toujours le destin de Gueorgui Joukov. Entré dans la cavalerie en 1915, Joukov reçoit une première formation de sous-officier qui va durer huit mois. Contrairement à ce qu’il écrira plus tard, « il n’a pas été ébloui par l’événement de Pétrograd […]. Comme trois millions d’hommes en capote kaki, il est simplement retourné dans son village ». Quelques mois plus tard, poussé par la faim, il rejoint l’Armée rouge qui bat le rappel des anciens sous-officiers de l’armée tsariste et le sergent Joukov est mobilisé le 1er octobre 1918.
Au sein de l’Armée rouge, Joukov combat les cosaques. A la fin de la guerre civile, il est chef d’escadron de cavalerie et promu commandant de régiment en juillet 1923. On le retrouve à l’école des cadres de Leningrad en 1924 avec plusieurs dizaines de commandants de régiments comme Rokossovski ou Bagramian. Fin 1929, il suit un nouveau stage de trois mois auprès de Triandafillov, le meilleur théoricien militaire de son temps. Joukov s’initie à l’art opératif. En distinguant clairement tactique et stratégie, en insistant sur la dimension temporelle et industrielle de la guerre, sur l’importance de l’accumulation des moyens pour mener une opération en profondeur, l’art militaire soviétique a alors une longueur d’avance sur la pensée stratégique allemande qui vise, comme à l’époque napoléonienne, à gagner la guerre par des batailles d’encerclement. En mars 1933, Joukov est commandant de division. C’est un commandant efficace et rigoureux, mais dur avec ses subordonnés qui se retrouve plongé dans la Grande Terreur. Inquiété, interrogé par le NKVD, Joukov échappe miraculeusement à la mort. 32 % seulement des commandants de division ont survécu à la Grande Terreur qui voit l’élimination de Toukhatchevski et des généraux les plus prestigieux de l’Armée Rouge. Au contraire de son collègue Rokossovski, Joukov n’est pas torturé. Sa chance est qu’il est russe, issu de la petite paysannerie et qu’il n’entretenait pas de relations étroites avec Toukhatchevski. Tandis que la Grande Terreur se calme, Joukov est nommé en 1938 général de division d’une Armée Rouge décapitée et en manque de chefs.
En 1939, il est envoyé en Mongolie pour faire face aux Japonais et remporte la bataille de Khalkhin-Gol. Il y démontre sa maîtrise de l’art opératif et accède l’année suivante au grade de général d’armée. Le 1er février 1941, il est nommé chef de l’Etat-Major général. Joukov est donc aux commandes de l’Armée Rouge au moment de l’invasion allemande, le 22 juin 1941.
Sous la pression politique et en quelques mois, Joukov n’a pas eu le temps de réformer l’Armée Rouge et de la préparer à la guerre à venir.

Toute la deuxième partie de l’ouvrage est entièrement consacrée à la Deuxième Guerre mondiale. Gueorgui Joukov est sur tous les fronts. Il tente d’élever des digues face à l’irrésistible avance allemande. Limogé de son poste de chef d’Etat-Major après la défaite de Smolensk, Joukov est sous surveillance politique renforcée. Plusieurs généraux jugés responsables de la défaite sont arrêtés et fusillés. Envoyé sur le front, Joukov repousse les Allemands à Elnia et, au moyen d’une répression féroce qui frappe fuyards et déserteurs, parvient à sauver Léningrad sur le point d’être prise par le groupe d’armées de Von Leeb en septembre 1941. En octobre, il est à Moscou où il ralentit l’avance allemande et lance la contre-offensive de décembre. Sauveur de Moscou, Joukov échoue à transformer la victoire défensive en victoire offensive à Viazma, au début de 1942.
Le même scénario se répète à Stalingrad. Joukov, devenu premier adjoint de Staline est un des concepteurs du plan Uranus, qui aboutit à la capitulation de Paulus et à la victoire de Stalingrad mais lui-même coordonne l’opération Mars qui vise à battre les Allemands plus au Nord, dans le saillant de Rjev. L’échec de Mars a néanmoins privé Manstein d’importants moyens en chars qui auraient pu lui permettre de percer à Stalingrad.
Joukov est nommé maréchal de l’Union soviétique. C’est lui qui élabore le plan de bataille de Koursk et convainc Staline de privilégier la défense stratégique. Après Koursk, Joukov coordonne la reprise de Kharkov et la marche au Dniepr.
En novembre 1944, Joukov perd son poste de représentant spécial de l’Etat-Major général pour prendre la tête du 1er front de Biélorussie. Alors que se profile la victoire, Staline rabaisse son général le plus prestigieux. La crainte du bonapartisme est toujours présente chez le dictateur et explique qu’il s’ingénie à mettre en concurrence ses maréchaux lors de l’offensive finale en Allemagne.
Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri ne passent pas sous silence les crimes de guerre de l’Armée Rouge. Joukov n’a pas fait grand-chose pour les empêcher, même s’il a fait rétablir la discipline dans ses armées.
C’est Joukov qui bat de vitesse Koniev et fait hisser le drapeau rouge sur le Reichstag. Joukov a gagné la bataille des mémoires : pour toujours, il sera le conquérant de Berlin.

Apothéose de la carrière de Joukov, la prise de Berlin fait de Joukov l’égal d’un Montgomery ou d’un Eisenhower, mais alors qu’il est à la tête de l’administration militaire soviétique en Allemagne et est choisi pour passer les troupes en revue pour le défilé de la victoire, Joukov est déjà dans le viseur de Staline. Le dictateur paranoïaque n’a nul besoin d’une menace réelle pour frapper, il lui suffit d’une menace potentielle.
Accusé de s’être enrichi en pillant l’Allemagne et d’organiser autour de lui un culte de la personnalité, Joukov est destitué en 1947 de son poste de commandant en chef de l’armée de terre, envoyé à Odessa puis dans l’Oural.
La mort de Staline voit Joukov revenir aux affaires. Rappelé par Malenkov et Khrouchtchev, c’est Joukov qui fait arrêter Beria en qui il avait toujours vu un de ses tourmenteurs. Jusqu’à la fin de sa vie, Joukov continuera de penser que Staline, en dépit de ses erreurs, a été l’artisan de la victoire et qu’il aurait mis fin à sa disgrâce.

Nommé ministre de la Défense, Joukov obtient la réhabilitation posthume de Toukhatchevski et des principales victimes militaires des grandes purges. Il entame d’importantes réformes de modernisation de l’armée soviétique. Lors de l’affaire polonaise et de la révolte de Budapest, Joukov est partisan de la conciliation même si au final, il donne l’ordre à l’armée d’intervenir à Budapest.
Favorable à la déstalinisation, il soutient Khrouchtchev contre Molotov et ses alliés en juin 1957, mais quatre mois plus tard, il est à nouveau poussé à la démission et mis à la retraite.

Marginalisé, Joukov va passer les dernières années de sa vie auprès de sa famille. Il divorce de sa femme Alexandra et épouse sa dernière maîtresse, Galina. Interdit de paraître en public, il est surveillé par le KGB. La publication en 1961 des premiers volumes de L’Histoire de la Grande Guerre patriotique le choque profondément. Son rôle y est passé quasiment sous silence.
Joukov se lance alors dans la rédaction de ses Mémoires. La censure brejnévienne impose un certain nombre de coupes et d’ajouts, mais le texte paraît finalement en 1969 et s’impose très vite comme un succès de librairie. Joukov n’est cependant pas entièrement réhabilité. Affaibli par la maladie et dévasté par la mort de sa femme, Joukov décède en 1974.

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se demandent en conclusion de leur biographie si Joukov a réussi ce qu’il se proposait de faire de sa vie. Pour eux, la réponse est oui : à un prix certes terrifiant, Joukov a sauvé son pays et le parti-Etat à sa tête de l’anéantissement. Ils ne cachent pas ses échecs, mais relèvent sa lucidité et sa capacité à reconnaître ses échecs. Sa place dans l’histoire ne fait aucun doute : pour les Russes d’aujourd’hui, Joukov est un héros national. Parmi ses collègues généraux, Joukov se détache par l’importance de son rôle. Il a commandé plus d’armées que les autres généraux soviétiques, remporté plus de batailles, occupé des postes plus élevés. Il surclasse les généraux alliés et les généraux allemands de son temps.

Au final, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri nous offrent une biographie de qualité, bien documentée et illustrée de nombreuses cartes, d’un chef de guerre qui restait mal connu du public français alors même que son rôle dans l’histoire du XXe siècle a été déterminant. Avec cette belle biographie, cette injustice historique est réparée.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.

Canaris, le maître espion de Hitler

Couverture biographie CanarisEric KERJEAN, Canaris, le maître espion de Hitler, Editions Perrin, février 2012, 224 pages.

Historien spécialiste du IIIe Reich et du renseignement, Eric Kerjean a publié chez Perrin une biographie de l’amiral Canaris qui bouleverse la vision que l’on avait jusqu’à présent du chef de l’Abwehr.

L’amiral Wilhelm Canaris, chef de l’Abwehr, le service de renseignements militaires allemand durant la Seconde guerre mondiale, est un personnage énigmatique. Cet officier de marine nationaliste a souvent été présenté comme un acteur de la résistance militaire allemande à Hitler, aux côtés d’un Stauffenberg. Après l’attentat du 20 juillet 1944, Canaris est arrêté et exécuté le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg en même temps que son adjoint Hans Oster et le pasteur Dietrich Bonhoeffer.

Incontestablement, l’amiral Canaris a entretenu des relations avec la résistance militaire au nazisme et a protégé, dans son propre service des résistants comme Oster et Gisevius. Son action a permis de sauver plusieurs centaines de Juifs et une organisation juive a récemment proposé d’inscrire l’amiral Canaris sur la liste des Justes au mémorial de Yad Vashem.

Tout cela ne convainc pas Eric Kerjean qui se demande comment les succès initiaux d’Hitler auraient été possibles avec un opposant à la tête du service de renseignement militaire de l’armée allemande. Pour Eric Kerjean, Canaris est d’abord un nationaliste anticommuniste traumatisé par l’effondrement de l’Allemagne impériale, proche des corps francs et qui aurait fait partie des assassins de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg.
Séduit par le national-socialisme, Canaris aurait été très proche de Reinhard Heydrich qu’il a pris sous son aile à partir de 1923. Dans un chapitre intitulé « l’amitié entre pairs », on découvre que les familles Canaris et Heydrich habitaient dans la même rue et se fréquentaient, une amitié entre le chef de l’Abwehr et le chef du SD qui durera jusqu’à la mort de ce dernier et qui explique peut-être aussi l’ascension de Canaris après la prise du pouvoir par les nazis.

Si cette biographie de l’amiral Canaris fait curieusement l’impasse sur les activités de l’Abwehr en matière de renseignement militaire, Eric Kerjean s’arrête sur plusieurs épisodes significatifs d’après lui de la duplicité de Canaris.

En 1938, après l’affaire Blomberg-Fritsch, Canaris rédige une note, la « Démarche » pour demander la réintégration de Fritsch et une purge de la SS et de la Gestapo afin de libérer l’armée du « cauchemar de cette Tcheka ». Il y explique qu’il ne s’agit pas de s’opposer à la Gestapo, mais seulement de s’appuyer sur des « nationaux-socialistes loyaux et honnêtes ». Pour Kerjean, le texte, qui en restera à l’état de projet et ne sera signé par aucun des généraux à qui il fut adressé était voué à l’échec ; Canaris s’opposait au national-socialisme au nom du national-socialisme.

En 1942, l’évasion du général Giraud permet à Canaris de jouer les résistants à bon compte. Eric Kerjean explique comment Canaris a intoxiqué ses propres adjoints en leur affirmant s’être opposé à un ordre d’élimination du général français que Keitel, le chef de l’OKW n’aurait en réalité jamais donné.

Un des principaux documents à charge du libre d’Eric Kerjean est le texte baptisé « les dix commandements » qui figurine en annexe de la biographie de Canaris. Il s’agit en fait d’un texte de 1942 signé par Heydrich et Canaris qui délimite les champs d’intervention du SD et de l’Abwehr.
Pour Eric Kerjean, la mission de « protection préventive contre la surveillance militaire, contre la trahison et le sabotage dans les établissements dont les installations doivent rester secrètes » confiée à l’Abwehr aurait engagé les services de Canaris dans le système concentrationnaire nazi, ces établissements désignant clairement d’après Kerjean les camps de concentration et d’extermination.
N’y aurait-il pas là une surinterprétation de la part d’Eric Kerjean ?

Plus loin, à propos de l’attentat à la bombe manqué contre Hitler à Smolensk le 13 mars 1943, Eric Kerjean explique comment l’amiral Canaris, prévenu par les initiateurs de l’attentat, était en fait le seul à avoir pu faire désamorcer le détonateur. La thèse est séduisante, mais au final, le doute demeure.

Pour Eric Kerjean, l’amiral Canaris est parvenu à faire croire qu’il soutenait la résistance nationale-conservatrice allemande pour mieux, en réalité, connaître ses intentions et intoxiquer les Alliés ce qui explique qu’il ait été protégé jusqu’en 1944 par Himmler.
Ainsi, Canaris, qui connaissait tous les opposants à Hitler qui ont tenté de négocier une paix séparée avec les Alliés, jouait en fait un triple jeu. Loin de trahir Hitler, il pouvait mesurer la faisabilité d’une paix séparée tout en ruinant la crédibilité des démarches de l’opposition, les services secrets alliés ne lui faisant pas confiance.

Mais après le 20 juillet 1944, le régime nazi se durcit et l’Etat allemand devient un Etat-SS. Arrêté, Canaris est dénoncé par les véritables résistants qui le présentent comme un de leurs complices parce qu’ils ont vu clair dans son double jeu et veulent le lui faire payer tandis qu’Himmler voit dans sa chute l’occasion de de débarrasser d’un rival devenu inutile. L’amiral Canaris est exécuté le 9 avril 1945, trois semaines avant le suicide d’Hitler.

Avec cette biographie de l’amiral Canaris qui prend le contrepied des travaux antérieurs d’André Brissaud, que Kerjean qualifie de véritable « hagiographie », c’est un des acteurs majeurs du régime nazi qui chute de son piédestal.
Malheureusement, on ne parvient pas à être tout à fait convaincu par la lecture de cette biographie et on en ressort avec le sentiment que le portrait que brosse Eric Kerjean du chef de l’Abwehr est très noirci sans que les arguments avancés n’emportent totalement l’adhésion.

David NOËL   

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 422 d’Historiens & Géographes, avril-mai 2013.