Archives du mot-clé Guerre

1812. La campagne tragique de Napoléon en Russie

1812 la campagne tragique de NapoleonAdam ZAMOYSKI, 1812 La campagne tragique de Napoléon en Russie, Editions Piranha, septembre 2014,  654 pages.

Historien britannique né à New-York de parents Polonais ayant fui leur pays en 1939, Adam Zamoyski signe avec son ouvrage 1812 La campagne tragique de Napoléon en Russie, qui vient de paraître aux éditions Piranha – un nouvel éditeur qui publie ici son premier ouvrage historique – un livre remarquable, qui fera référence sur cet épisode tragique de l’histoire européenne qu’a constitué la campagne de Russie.

Adam Zamoyski parle français, italien, russe et polonais. Pour raconter la campagne de Russie, il s’est appuyé sur une documentation abondante, épluchant les journaux intimes des soldats et les mémoires écrits par les acteurs de cette histoire dont on trouvera les références dans l’imposante bibliographie.

Les premiers chapitres du livre d’Adam Zamoyski intitulés « César » et « Alexandre » présentent tour à tour Napoléon et le tsar Alexandre Ier à la veille de la reprise des hostilités entre la France et la Russie. Cinq ans après la signature du traité de Tilsit en 1807, les deux empereurs sont contraints, pour des raisons différentes, de se lancer dans une nouvelle guerre.
Côté russe, la création du Grand-Duché de Varsovie ne passe pas et on y voit l’embryon d’un futur royaume de Pologne qui s’étendrait sur les terres polonaises annexées par la Russie au XVIIIe siècle. Adam Zamoyski rappelle aussi qu’Alexandre Ier est un tsar contesté par une partie de la noblesse qui le juge trop libéral, hanté à l’idée d’apparaître comme le complice des assassins de son père et qui vit dans la crainte d’un régicide. Cinq ans après Tilsit, la Russie est en ébullition et reproche à Alexandre Ier sa frilosité à l’égard de Napoléon. Alexandre n’est plus le jeune homme malléable du traité de Tilsit et se rêve en libérateur de l’Europe.
Côté français, alors que l’armée rencontre des difficultés en Espagne et que les nationalistes allemands rêvent de revanche, Napoléon, au sommet de sa puissance et qui vient de donner naissance à un fils ne peut pas laisser les Russes concentrer des troupes face à la frontière polonaise. Faute d’être parvenu à un accord, il est décidé à se lancer dans une nouvelle guerre pour soumettre la Russie et garantir la pérennité de son système continental.

C’est le 23 juin 1812 que Napoléon franchit le Niémen (chapitre 7, le « Rubicon ») avec des effectifs qu’Adam Zamoyski évalue à 235 000 combattants réels (sur 450 000 combattants théoriques) suivis de plus de 50 000 civils. L’auteur explique ici qu’une armée en campagne voit constamment fondre ses effectifs : des soldats sont laissés en arrière dans un dépôt, on confie à un peloton le soin de garder une ville ou de surveiller une zone, un autre groupe est envoyé chercher du ravitaillement, des blessés sont laissés un peu plus loin avec une escorte, il faut laisser en arrière des soldats pour réparer une charrette dont la roue s’est brisée… sans compter les traînards qui ne parviennent pas à faire les 25 km de marche quotidiens au même rythme que le reste de l’armée, si bien que, malgré les renforts qui lui parviennent, la Grande Armée ne pourra jamais aligner l’ensemble de ses effectifs durant cette campagne de Russie.
Les Russes, commandés par Barclay de Tolly refusent cependant le combat et battent en retraite, au grand dam du tsar à qui plusieurs généraux comme Bagration ou Bennigsen réclament le remplacement de Barclay par un chef plus énergique. Un moment tenté de prendre le commandement de l’armée, Alexandre Ier y renonce et laisse Barclay de Tolly effectuer une retraite qui évitait à l’armée russe l’anéantissement.

Dès les premiers jours de la campagne, l’armée française souffre du manque de ravitaillement et des conditions climatiques. Les batailles de Vitebsk et de Smolensk ne sont pas décisives et les troupes russes parviennent à chaque fois à se replier. Alors qu’à Moscou, le gouverneur Rostopchine exalte les sentiments nationalistes des habitants de la capitale, le tsar décide de remplacer Barclay de Tolly par le très populaire Koutouzov (chapitre 12). Adam Zamoyski brosse un portrait sans complaisance du vieux général, âgé de 65 ans et décrit comme un homme incompétent et paresseux par les généraux qui l’ont côtoyé.

Koutouzov choisit de défendre Moscou et de livrer bataille à Borodino le 7 septembre 1812. L’auteur raconte le déroulement de cette bataille particulièrement meurtrière, qui fait plus de 70 000 victimes : « Ce fut le pire massacre répertorié dans l’histoire, qui ne serait surpassé que par le premier jour de la bataille de la Somme, en 1916 ».

A l’issue de la bataille, la route de Moscou est ouverte pour l’armée française, mais l’armée russe n’est pas détruite et s’est repliée au sud-est de Moscou, évacuée par sa population et incendiée sur l’ordre de Rostopchine. La prise de Moscou est un « vain triomphe » (chapitre 14) pour Napoléon qui espérait obtenir un accord avec le tsar Alexandre et se retrouve éloigné de ses bases, avec une armée épuisée et des problèmes de ravitaillement, dans une ville abandonnée par l’administration russe. Un moment tenté de poursuivre sa campagne en se dirigeant vers Saint-Pétersbourg, Napoléon prend la seule décision raisonnable qui s’impose et décide de se replier vers Vilna et la Pologne pour passer l’hiver et reconstituer son armée, mais Napoléon perd du temps et la retraite ne débute que le 18 octobre. C’est tardivement que Napoléon donne l’ordre d’évacuer les blessés, c’est tardivement que Napoléon donne l’ordre de ne plus envoyer les renforts vers les premières lignes, mais vers les dépôts d’Allemagne et du Grand-Duché de Varsovie.

Pour Adam Zamoyski, si Napoléon avait entamé sa retraite deux semaines plus tôt, s’il avait fait correctement ferrer les chevaux en prévision des routes verglacées, s’il avait fait évacuer les cavaliers sans monture vers les dépôts de remonte d’Allemagne, Napoléon aurait pu sauver une grande partie de son armée et aurait disposé en 1813 de cette cavalerie qui lui a fait défaut durant toute la campagne d’Allemagne.

La retraite de l’armée française, poursuivie par l’armée russe et harcelée par les cosaques, occupe les chapitres 17 à 22. Epuisés, frigorifiés, dépourvus de ravitaillement dans les campagnes désolées qu’ils traversent, les soldats de l’armée napoléonienne endurent un calvaire qui décime la plupart des unités. Les nombreux récits rapportés par Adam Zamoyski font froid dans le dos : soldats obligés de se découper des lamelles de peau sur leurs propres cuisses pour ne pas mourir de faim, chevaux dévorés sur place, soldats morts congelés dans la nuit et même des cas de cannibalisme… De Moscou à Vilna en passant par Smolensk et la Bérézina, la retraite de l’armée française est un long calvaire.
Au total, la campagne de Russie a fait plus de 400 000 victimes chez les Français et leurs alliés, dont moins d’un quart au combat. Les proportions sont équivalentes chez les Russes. Si on ajoute les victimes civiles, on arrive au chiffre de près d’un million de morts pour l’ensemble de la campagne de Russie.

La défaite de Napoléon entraîne le basculement de la Prusse dans le camp russe, puis, devant le refus de Napoléon de négocier, le basculement de la Suède et de l’Autriche. Les forces russes ne s’arrêteront pas avant d’avoir atteint Paris où le tsar Alexandre, acclamé par la foule, se posera en libérateur de l’Europe.

Pour les vétérans de l’armée russe qui ont chassé l’envahisseur étranger et libéré leur pays, la désillusion est grande après la guerre face au raidissement du tsar. Elle est à la hauteur de la déception des patriotes allemands qui appelaient de leurs vœux la libération de l’Europe et qui voient leurs rêves d’unité nationale se briser contre la Sainte-Alliance mise en place par Alexandre.
En France, la campagne de Russie survit dans la mémoire des vétérans, le passage de la Bérézina symbolisant à lui seul dans la mémoire collective la fin tragique de l’épopée napoléonienne.

Bien écrit et passionnant à lire, riche de très nombreux témoignages et agrémenté de nombreuses cartes dont on appréciera la clarté indispensable dans un livre d’histoire militaire, l’ouvrage d’Adam Zamoyski constitue indiscutablement un ouvrage de référence sur la campagne de Russie.

David NOËL   

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 431 d’Historiens & Géographes,
juillet-août 2015.

Joukov

JoukovJean LOPEZ et Lasha OTKHMEZURI, Joukov, Editions Perrin, septembre 2013, 732 pages.

Fondateur et directeur de la rédaction du magazine Guerres et Histoire, Jean Lopez, spécialiste du front germano-soviétique vient de publier avec Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate et conseiller de la rédaction du magazine, une biographie de Joukov, « l’homme qui a vaincu Hitler ».

Ce faisant, les deux auteurs réparent une injustice historique : de fait, s’il existe de nombreuses biographies des généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale, il n’existait jusqu’à présent aucune biographie en français de Gueorgui Joukov, alors qu’il a joué un rôle déterminant dans la défaite des armées du IIIe Reich et dans la victoire finale des Alliés.

La biographie de Joukov que nous proposent Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se divise en trois parties inégales intitulées « Du tsar à Staline », « La Grande guerre patriotique » et « Un Bonaparte russe en puissance ? ».

Les auteurs reviennent dans la première partie de leur ouvrage sur les années d’enfance et de formation du futur maréchal de l’Union soviétique et s’éloignent nettement des Mémoires écrites par Joukov lui-même sous le contrôle tatillon de la censure brejnévienne en 1969. Loin d’être l’adolescent posé, studieux et politisé qu’il décrit dans ses Mémoires, le jeune Joukov, qui n’a pour seul bagage que trois années élémentaires à l’école paroissiale, est un bagarreur peu attentif aux discours politiques. Issu d’une famille paysanne, il entre en apprentissage chez son oncle à Moscou et, sans la guerre, aurait sans doute fini patron fourreur.

C’est la guerre qui change pour toujours le destin de Gueorgui Joukov. Entré dans la cavalerie en 1915, Joukov reçoit une première formation de sous-officier qui va durer huit mois. Contrairement à ce qu’il écrira plus tard, « il n’a pas été ébloui par l’événement de Pétrograd […]. Comme trois millions d’hommes en capote kaki, il est simplement retourné dans son village ». Quelques mois plus tard, poussé par la faim, il rejoint l’Armée rouge qui bat le rappel des anciens sous-officiers de l’armée tsariste et le sergent Joukov est mobilisé le 1er octobre 1918.
Au sein de l’Armée rouge, Joukov combat les cosaques. A la fin de la guerre civile, il est chef d’escadron de cavalerie et promu commandant de régiment en juillet 1923. On le retrouve à l’école des cadres de Leningrad en 1924 avec plusieurs dizaines de commandants de régiments comme Rokossovski ou Bagramian. Fin 1929, il suit un nouveau stage de trois mois auprès de Triandafillov, le meilleur théoricien militaire de son temps. Joukov s’initie à l’art opératif. En distinguant clairement tactique et stratégie, en insistant sur la dimension temporelle et industrielle de la guerre, sur l’importance de l’accumulation des moyens pour mener une opération en profondeur, l’art militaire soviétique a alors une longueur d’avance sur la pensée stratégique allemande qui vise, comme à l’époque napoléonienne, à gagner la guerre par des batailles d’encerclement. En mars 1933, Joukov est commandant de division. C’est un commandant efficace et rigoureux, mais dur avec ses subordonnés qui se retrouve plongé dans la Grande Terreur. Inquiété, interrogé par le NKVD, Joukov échappe miraculeusement à la mort. 32 % seulement des commandants de division ont survécu à la Grande Terreur qui voit l’élimination de Toukhatchevski et des généraux les plus prestigieux de l’Armée Rouge. Au contraire de son collègue Rokossovski, Joukov n’est pas torturé. Sa chance est qu’il est russe, issu de la petite paysannerie et qu’il n’entretenait pas de relations étroites avec Toukhatchevski. Tandis que la Grande Terreur se calme, Joukov est nommé en 1938 général de division d’une Armée Rouge décapitée et en manque de chefs.
En 1939, il est envoyé en Mongolie pour faire face aux Japonais et remporte la bataille de Khalkhin-Gol. Il y démontre sa maîtrise de l’art opératif et accède l’année suivante au grade de général d’armée. Le 1er février 1941, il est nommé chef de l’Etat-Major général. Joukov est donc aux commandes de l’Armée Rouge au moment de l’invasion allemande, le 22 juin 1941.
Sous la pression politique et en quelques mois, Joukov n’a pas eu le temps de réformer l’Armée Rouge et de la préparer à la guerre à venir.

Toute la deuxième partie de l’ouvrage est entièrement consacrée à la Deuxième Guerre mondiale. Gueorgui Joukov est sur tous les fronts. Il tente d’élever des digues face à l’irrésistible avance allemande. Limogé de son poste de chef d’Etat-Major après la défaite de Smolensk, Joukov est sous surveillance politique renforcée. Plusieurs généraux jugés responsables de la défaite sont arrêtés et fusillés. Envoyé sur le front, Joukov repousse les Allemands à Elnia et, au moyen d’une répression féroce qui frappe fuyards et déserteurs, parvient à sauver Léningrad sur le point d’être prise par le groupe d’armées de Von Leeb en septembre 1941. En octobre, il est à Moscou où il ralentit l’avance allemande et lance la contre-offensive de décembre. Sauveur de Moscou, Joukov échoue à transformer la victoire défensive en victoire offensive à Viazma, au début de 1942.
Le même scénario se répète à Stalingrad. Joukov, devenu premier adjoint de Staline est un des concepteurs du plan Uranus, qui aboutit à la capitulation de Paulus et à la victoire de Stalingrad mais lui-même coordonne l’opération Mars qui vise à battre les Allemands plus au Nord, dans le saillant de Rjev. L’échec de Mars a néanmoins privé Manstein d’importants moyens en chars qui auraient pu lui permettre de percer à Stalingrad.
Joukov est nommé maréchal de l’Union soviétique. C’est lui qui élabore le plan de bataille de Koursk et convainc Staline de privilégier la défense stratégique. Après Koursk, Joukov coordonne la reprise de Kharkov et la marche au Dniepr.
En novembre 1944, Joukov perd son poste de représentant spécial de l’Etat-Major général pour prendre la tête du 1er front de Biélorussie. Alors que se profile la victoire, Staline rabaisse son général le plus prestigieux. La crainte du bonapartisme est toujours présente chez le dictateur et explique qu’il s’ingénie à mettre en concurrence ses maréchaux lors de l’offensive finale en Allemagne.
Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri ne passent pas sous silence les crimes de guerre de l’Armée Rouge. Joukov n’a pas fait grand-chose pour les empêcher, même s’il a fait rétablir la discipline dans ses armées.
C’est Joukov qui bat de vitesse Koniev et fait hisser le drapeau rouge sur le Reichstag. Joukov a gagné la bataille des mémoires : pour toujours, il sera le conquérant de Berlin.

Apothéose de la carrière de Joukov, la prise de Berlin fait de Joukov l’égal d’un Montgomery ou d’un Eisenhower, mais alors qu’il est à la tête de l’administration militaire soviétique en Allemagne et est choisi pour passer les troupes en revue pour le défilé de la victoire, Joukov est déjà dans le viseur de Staline. Le dictateur paranoïaque n’a nul besoin d’une menace réelle pour frapper, il lui suffit d’une menace potentielle.
Accusé de s’être enrichi en pillant l’Allemagne et d’organiser autour de lui un culte de la personnalité, Joukov est destitué en 1947 de son poste de commandant en chef de l’armée de terre, envoyé à Odessa puis dans l’Oural.
La mort de Staline voit Joukov revenir aux affaires. Rappelé par Malenkov et Khrouchtchev, c’est Joukov qui fait arrêter Beria en qui il avait toujours vu un de ses tourmenteurs. Jusqu’à la fin de sa vie, Joukov continuera de penser que Staline, en dépit de ses erreurs, a été l’artisan de la victoire et qu’il aurait mis fin à sa disgrâce.

Nommé ministre de la Défense, Joukov obtient la réhabilitation posthume de Toukhatchevski et des principales victimes militaires des grandes purges. Il entame d’importantes réformes de modernisation de l’armée soviétique. Lors de l’affaire polonaise et de la révolte de Budapest, Joukov est partisan de la conciliation même si au final, il donne l’ordre à l’armée d’intervenir à Budapest.
Favorable à la déstalinisation, il soutient Khrouchtchev contre Molotov et ses alliés en juin 1957, mais quatre mois plus tard, il est à nouveau poussé à la démission et mis à la retraite.

Marginalisé, Joukov va passer les dernières années de sa vie auprès de sa famille. Il divorce de sa femme Alexandra et épouse sa dernière maîtresse, Galina. Interdit de paraître en public, il est surveillé par le KGB. La publication en 1961 des premiers volumes de L’Histoire de la Grande Guerre patriotique le choque profondément. Son rôle y est passé quasiment sous silence.
Joukov se lance alors dans la rédaction de ses Mémoires. La censure brejnévienne impose un certain nombre de coupes et d’ajouts, mais le texte paraît finalement en 1969 et s’impose très vite comme un succès de librairie. Joukov n’est cependant pas entièrement réhabilité. Affaibli par la maladie et dévasté par la mort de sa femme, Joukov décède en 1974.

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se demandent en conclusion de leur biographie si Joukov a réussi ce qu’il se proposait de faire de sa vie. Pour eux, la réponse est oui : à un prix certes terrifiant, Joukov a sauvé son pays et le parti-Etat à sa tête de l’anéantissement. Ils ne cachent pas ses échecs, mais relèvent sa lucidité et sa capacité à reconnaître ses échecs. Sa place dans l’histoire ne fait aucun doute : pour les Russes d’aujourd’hui, Joukov est un héros national. Parmi ses collègues généraux, Joukov se détache par l’importance de son rôle. Il a commandé plus d’armées que les autres généraux soviétiques, remporté plus de batailles, occupé des postes plus élevés. Il surclasse les généraux alliés et les généraux allemands de son temps.

Au final, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri nous offrent une biographie de qualité, bien documentée et illustrée de nombreuses cartes, d’un chef de guerre qui restait mal connu du public français alors même que son rôle dans l’histoire du XXe siècle a été déterminant. Avec cette belle biographie, cette injustice historique est réparée.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.