Archives du mot-clé nazisme

Pétain en vérité

Petain en veriteMarc FERRO, Pétain en vérité, Editions Tallandier, octobre 2013, 303 pages.

La figure de Philippe Pétain continue d’alimenter les controverses. Vingt-six ans après la publication de sa biographie de référence aux éditions Fayard, Marc Ferro vient de publier chez Tallandier un livre de questions-réponses intitulé « Pétain en vérité » dans lequel il répond aux questions de Serge de Sampigny, auteur et réalisateur du film documentaire « Pétain, un héros si populaire ».

L’ouvrage, divisé en huit chapitres, présente une série de documents en annexe dont des extraits de discours de Pétain, Laval et Doriot, la plaidoirie de Jacques Isorni lors du procès de Pétain, en 1945 ou encore les résultats d’un sondage Ipsos de 1996 sur les grands hommes français au XXème siècle qui reflète une image toujours contrastée de Philippe Pétain.

L’originalité du livre de Marc Ferro tient à sa forme de questions-réponses et à la part de souvenirs personnels que livre l’auteur. Agé de 15 ans en 1940, Marc Ferro nous raconte son exode, sa convocation au commissariat en 1941 où il découvre qu’à la suite de la législation antisémite prise par Vichy, il est considéré comme juif. Le jeune Ferro réussira à gagner la zone sud où il prépare le certificat d’histoire-géographie à la faculté de Grenoble avant de prendre le maquis en 1944 pour éviter le STO. Il ne reverra pas sa mère, envoyée à Auschwitz.
L’histoire personnelle de Marc Ferro rencontre la grande histoire et au fil des chapitres de Pétain en vérité, on s’étonnerait presque de la relative indulgence de Ferro envers Pétain. En fait, Marc Ferro souhaite sortir de la légende rose comme de la légende noire du Maréchal Pétain.

Ainsi, dans le chapitre 2, intitulé « L’homme de Verdun », Marc Ferro reconnaît la lucidité de Pétain et affirme qu’il a été « le meilleur stratège de 14-18 », bien qu’il n’ait pas su valoriser ses idées.
Dans le chapitre suivant, Marc Ferro brosse le portrait d’un Maréchal de France omniprésent durant l’entre-deux-guerres, mais qui reste fondamentalement un général d’infanterie tourné vers la dernière guerre plutôt que vers la prochaine. En matière politique, Philippe Pétain n’est pas fasciste, mais ce Maréchal légaliste souhaite un régime d’ordre garanti par l’armée et commence à réaliser qu’il est un symbole pour une partie de la droite et de l’extrême droite. Le chapitre 4 est consacré aux événements du printemps et de l’été 1940 qui mènent à la mise en place du régime de Vichy. Pour Marc Ferro, il n’y a pas eu de « complot » de Pétain. Au sujet de l’armistice, Marc Ferro admet qu’« en sa substance, cet armistice n’était pas la pire des solutions, même si ses effets bénéfiques n’étaient pas dus à la volonté des négociateurs français ».
Marc Ferro aborde la révolution nationale, « l’enfant » de Pétain, dans le chapitre 5. Pour l’historien, le régime que souhaite Pétain se rapproche de celui de Salazar au Portugal, un régime corporatiste, appuyé sur la paysannerie et l’Eglise catholique. Antisémite dans la tradition maurrassienne, Pétain était indifférent au sort des Juifs et n’avait pas d’état d’âme. Rien n’obligeait le vieux maréchal à promulguer le statut des Juifs et à devancer les exigences allemandes si ce n’est sa xénophobie et son antisémitisme. Si l’existence de la zone libre a permis de sauver des Juifs comme il l’a affirmé lors de son procès, ce n’est pas de son fait.
En collaborant, Pétain a-t-il mené double jeu ? Cette question est au cœur du chapitre 6. Marc Ferro montre clairement que Pétain, lorsqu’il renvoie Laval en décembre 1940, est surtout animé par la rancœur. Si Pétain maintient des contacts avec les Américains qu’il estimait depuis 1917 – au contraire des Anglais -, c’est parce qu’il entend rester au pouvoir en cas de défaite de l’Axe, mais cet homme minutieux qui relit les discours que lui écrivent ses collaborateurs croit en la victoire de l’Allemagne.
La collaboration est même relancée par l’amiral Darlan à partir de février 1941. Pétain a certes pensé à se constituer prisonnier après l’exécution des otages de Châteaubriant, mais ne l’a pas fait et passé ce moment d’indignation non feinte, Pétain propose à Goering un nouveau plan de collaboration. En novembre 1942, après le débarquement des Anglo-Américains en Afrique et l’invasion de la zone sud, Pétain choisit de rester en France et cautionne par sa présence la fascisation accélérée du régime. Sous surveillance, Pétain condamne les attentats de la Résistance et demande aux Allemands d’armer la Milice de Darnand. Lorsqu’il se rend dans les villes touchées par les bombardements en 1944, le chef de l’Etat français se permet bien quelques « espiègleries » à l’encontre de ses geôliers allemands, mais c’est parce qu’il est avant tout animé par sa haine de Laval et sa volonté de rappeler le rôle qu’il s’attribue, celui de père protecteur de la nation. La thèse de De Gaulle, « l’épée » et de Pétain le « bouclier » avancée par Pétain à son procès ne résiste pas à l’examen.
L’existence du régime de Vichy a-t-elle malgré tout empêché l’Allemagne de traiter la France comme la Pologne ? Pour Marc Ferro, l’Allemagne n’avait de toute façon pas l’intention de traiter la France comme la Pologne mais elle a fini par le faire lorsqu’à l’été 1944, les massacres des SS se succèdent à Ascq, Tulle et Oradour.
Marc Ferro montre toute la duplicité de Pétain, mais lui reconnaît toutefois le courage d’être revenu en France pour être jugé. L’avant-dernier chapitre est consacré au procès de Pétain, un procès lors duquel on n’a paradoxalement parlé ni des Juifs, ni de la Résistance, mais principalement des conditions de l’arrivée au pouvoir de Pétain et de l’armistice. A cette occasion, Pétain, qui reste très lucide dans sa stratégie de défense, émet des contrevérités absolues lorsqu’il affirme par exemple avoir toujours été lui-même un résistant. L’opinion publique approuve très majoritairement sa condamnation.

En guise de conclusion, Marc Ferro se demande dans le dernier chapitre s’il y a eu un « pétainisme ». La réponse de l’historien est clairement négative : le pétainisme s’inscrit dans un courant plus large, anti-démocratique et xénophobe qui perdure aujourd’hui, comme perdure, aujourd’hui plus encore qu’à l’époque de Vichy, le recours aux technocrates pour gouverner le pays. En ce sens, Marc Ferro conclut que la parenthèse pétainiste n’en est pas une et qu’elle n’est pas refermée.

Soixante-dix ans après la Libération, la question de Vichy et de l’attitude de Pétain soulève toujours autant d’interrogations. Le petit ouvrage stimulant de Marc Ferro permet d’y répondre.

David NOËL  

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 427 d’Historiens & Géographes,
juillet-août 2014.

Joukov

JoukovJean LOPEZ et Lasha OTKHMEZURI, Joukov, Editions Perrin, septembre 2013, 732 pages.

Fondateur et directeur de la rédaction du magazine Guerres et Histoire, Jean Lopez, spécialiste du front germano-soviétique vient de publier avec Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate et conseiller de la rédaction du magazine, une biographie de Joukov, « l’homme qui a vaincu Hitler ».

Ce faisant, les deux auteurs réparent une injustice historique : de fait, s’il existe de nombreuses biographies des généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale, il n’existait jusqu’à présent aucune biographie en français de Gueorgui Joukov, alors qu’il a joué un rôle déterminant dans la défaite des armées du IIIe Reich et dans la victoire finale des Alliés.

La biographie de Joukov que nous proposent Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se divise en trois parties inégales intitulées « Du tsar à Staline », « La Grande guerre patriotique » et « Un Bonaparte russe en puissance ? ».

Les auteurs reviennent dans la première partie de leur ouvrage sur les années d’enfance et de formation du futur maréchal de l’Union soviétique et s’éloignent nettement des Mémoires écrites par Joukov lui-même sous le contrôle tatillon de la censure brejnévienne en 1969. Loin d’être l’adolescent posé, studieux et politisé qu’il décrit dans ses Mémoires, le jeune Joukov, qui n’a pour seul bagage que trois années élémentaires à l’école paroissiale, est un bagarreur peu attentif aux discours politiques. Issu d’une famille paysanne, il entre en apprentissage chez son oncle à Moscou et, sans la guerre, aurait sans doute fini patron fourreur.

C’est la guerre qui change pour toujours le destin de Gueorgui Joukov. Entré dans la cavalerie en 1915, Joukov reçoit une première formation de sous-officier qui va durer huit mois. Contrairement à ce qu’il écrira plus tard, « il n’a pas été ébloui par l’événement de Pétrograd […]. Comme trois millions d’hommes en capote kaki, il est simplement retourné dans son village ». Quelques mois plus tard, poussé par la faim, il rejoint l’Armée rouge qui bat le rappel des anciens sous-officiers de l’armée tsariste et le sergent Joukov est mobilisé le 1er octobre 1918.
Au sein de l’Armée rouge, Joukov combat les cosaques. A la fin de la guerre civile, il est chef d’escadron de cavalerie et promu commandant de régiment en juillet 1923. On le retrouve à l’école des cadres de Leningrad en 1924 avec plusieurs dizaines de commandants de régiments comme Rokossovski ou Bagramian. Fin 1929, il suit un nouveau stage de trois mois auprès de Triandafillov, le meilleur théoricien militaire de son temps. Joukov s’initie à l’art opératif. En distinguant clairement tactique et stratégie, en insistant sur la dimension temporelle et industrielle de la guerre, sur l’importance de l’accumulation des moyens pour mener une opération en profondeur, l’art militaire soviétique a alors une longueur d’avance sur la pensée stratégique allemande qui vise, comme à l’époque napoléonienne, à gagner la guerre par des batailles d’encerclement. En mars 1933, Joukov est commandant de division. C’est un commandant efficace et rigoureux, mais dur avec ses subordonnés qui se retrouve plongé dans la Grande Terreur. Inquiété, interrogé par le NKVD, Joukov échappe miraculeusement à la mort. 32 % seulement des commandants de division ont survécu à la Grande Terreur qui voit l’élimination de Toukhatchevski et des généraux les plus prestigieux de l’Armée Rouge. Au contraire de son collègue Rokossovski, Joukov n’est pas torturé. Sa chance est qu’il est russe, issu de la petite paysannerie et qu’il n’entretenait pas de relations étroites avec Toukhatchevski. Tandis que la Grande Terreur se calme, Joukov est nommé en 1938 général de division d’une Armée Rouge décapitée et en manque de chefs.
En 1939, il est envoyé en Mongolie pour faire face aux Japonais et remporte la bataille de Khalkhin-Gol. Il y démontre sa maîtrise de l’art opératif et accède l’année suivante au grade de général d’armée. Le 1er février 1941, il est nommé chef de l’Etat-Major général. Joukov est donc aux commandes de l’Armée Rouge au moment de l’invasion allemande, le 22 juin 1941.
Sous la pression politique et en quelques mois, Joukov n’a pas eu le temps de réformer l’Armée Rouge et de la préparer à la guerre à venir.

Toute la deuxième partie de l’ouvrage est entièrement consacrée à la Deuxième Guerre mondiale. Gueorgui Joukov est sur tous les fronts. Il tente d’élever des digues face à l’irrésistible avance allemande. Limogé de son poste de chef d’Etat-Major après la défaite de Smolensk, Joukov est sous surveillance politique renforcée. Plusieurs généraux jugés responsables de la défaite sont arrêtés et fusillés. Envoyé sur le front, Joukov repousse les Allemands à Elnia et, au moyen d’une répression féroce qui frappe fuyards et déserteurs, parvient à sauver Léningrad sur le point d’être prise par le groupe d’armées de Von Leeb en septembre 1941. En octobre, il est à Moscou où il ralentit l’avance allemande et lance la contre-offensive de décembre. Sauveur de Moscou, Joukov échoue à transformer la victoire défensive en victoire offensive à Viazma, au début de 1942.
Le même scénario se répète à Stalingrad. Joukov, devenu premier adjoint de Staline est un des concepteurs du plan Uranus, qui aboutit à la capitulation de Paulus et à la victoire de Stalingrad mais lui-même coordonne l’opération Mars qui vise à battre les Allemands plus au Nord, dans le saillant de Rjev. L’échec de Mars a néanmoins privé Manstein d’importants moyens en chars qui auraient pu lui permettre de percer à Stalingrad.
Joukov est nommé maréchal de l’Union soviétique. C’est lui qui élabore le plan de bataille de Koursk et convainc Staline de privilégier la défense stratégique. Après Koursk, Joukov coordonne la reprise de Kharkov et la marche au Dniepr.
En novembre 1944, Joukov perd son poste de représentant spécial de l’Etat-Major général pour prendre la tête du 1er front de Biélorussie. Alors que se profile la victoire, Staline rabaisse son général le plus prestigieux. La crainte du bonapartisme est toujours présente chez le dictateur et explique qu’il s’ingénie à mettre en concurrence ses maréchaux lors de l’offensive finale en Allemagne.
Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri ne passent pas sous silence les crimes de guerre de l’Armée Rouge. Joukov n’a pas fait grand-chose pour les empêcher, même s’il a fait rétablir la discipline dans ses armées.
C’est Joukov qui bat de vitesse Koniev et fait hisser le drapeau rouge sur le Reichstag. Joukov a gagné la bataille des mémoires : pour toujours, il sera le conquérant de Berlin.

Apothéose de la carrière de Joukov, la prise de Berlin fait de Joukov l’égal d’un Montgomery ou d’un Eisenhower, mais alors qu’il est à la tête de l’administration militaire soviétique en Allemagne et est choisi pour passer les troupes en revue pour le défilé de la victoire, Joukov est déjà dans le viseur de Staline. Le dictateur paranoïaque n’a nul besoin d’une menace réelle pour frapper, il lui suffit d’une menace potentielle.
Accusé de s’être enrichi en pillant l’Allemagne et d’organiser autour de lui un culte de la personnalité, Joukov est destitué en 1947 de son poste de commandant en chef de l’armée de terre, envoyé à Odessa puis dans l’Oural.
La mort de Staline voit Joukov revenir aux affaires. Rappelé par Malenkov et Khrouchtchev, c’est Joukov qui fait arrêter Beria en qui il avait toujours vu un de ses tourmenteurs. Jusqu’à la fin de sa vie, Joukov continuera de penser que Staline, en dépit de ses erreurs, a été l’artisan de la victoire et qu’il aurait mis fin à sa disgrâce.

Nommé ministre de la Défense, Joukov obtient la réhabilitation posthume de Toukhatchevski et des principales victimes militaires des grandes purges. Il entame d’importantes réformes de modernisation de l’armée soviétique. Lors de l’affaire polonaise et de la révolte de Budapest, Joukov est partisan de la conciliation même si au final, il donne l’ordre à l’armée d’intervenir à Budapest.
Favorable à la déstalinisation, il soutient Khrouchtchev contre Molotov et ses alliés en juin 1957, mais quatre mois plus tard, il est à nouveau poussé à la démission et mis à la retraite.

Marginalisé, Joukov va passer les dernières années de sa vie auprès de sa famille. Il divorce de sa femme Alexandra et épouse sa dernière maîtresse, Galina. Interdit de paraître en public, il est surveillé par le KGB. La publication en 1961 des premiers volumes de L’Histoire de la Grande Guerre patriotique le choque profondément. Son rôle y est passé quasiment sous silence.
Joukov se lance alors dans la rédaction de ses Mémoires. La censure brejnévienne impose un certain nombre de coupes et d’ajouts, mais le texte paraît finalement en 1969 et s’impose très vite comme un succès de librairie. Joukov n’est cependant pas entièrement réhabilité. Affaibli par la maladie et dévasté par la mort de sa femme, Joukov décède en 1974.

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se demandent en conclusion de leur biographie si Joukov a réussi ce qu’il se proposait de faire de sa vie. Pour eux, la réponse est oui : à un prix certes terrifiant, Joukov a sauvé son pays et le parti-Etat à sa tête de l’anéantissement. Ils ne cachent pas ses échecs, mais relèvent sa lucidité et sa capacité à reconnaître ses échecs. Sa place dans l’histoire ne fait aucun doute : pour les Russes d’aujourd’hui, Joukov est un héros national. Parmi ses collègues généraux, Joukov se détache par l’importance de son rôle. Il a commandé plus d’armées que les autres généraux soviétiques, remporté plus de batailles, occupé des postes plus élevés. Il surclasse les généraux alliés et les généraux allemands de son temps.

Au final, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri nous offrent une biographie de qualité, bien documentée et illustrée de nombreuses cartes, d’un chef de guerre qui restait mal connu du public français alors même que son rôle dans l’histoire du XXe siècle a été déterminant. Avec cette belle biographie, cette injustice historique est réparée.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.

Les secrets du IIIe Reich

Kersaudy secrets du 3eme ReichFrançois KERSAUDY, Les secrets du IIIe Reich, Editions Perrin, mars 2013, 320 pages.

Ancien professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Oxford, François Kersaudy s’impose comme l’un des spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. Après ses biographies de Churchill rééditée chez Tallandier en 2009 et de Goering parue chez Perrin, c’est un  ouvrage consacré aux secrets du IIIe Reich que François Kersaudy vient de publier toujours aux éditions Perrin.

Les huit chapitres des secrets du IIIe Reich abordent des aspects parfois méconnus de la vie d’Hitler et du régime nazi.

François Kersaudy évoque d’abord « le mystère des origines » d’Hitler. Dans un chapitre qui se lit comme un roman policier, l’historien évoque les incertitudes sur l’ascendance d’Hitler. Le dictateur nazi, effrayé à l’idée qu’il puisse être juif selon les critères raciaux édictés par les lois de Nuremberg et surtout que le peuple allemand vienne à le savoir, a tout fait pour effacer toute trace de son passé et faire disparaître dossiers compromettants et témoins gênants qu’il fit rechercher par la Gestapo.

Ce nationaliste paranoïaque a séduit un peuple allemand extrêmement vulnérable par la magie du verbe. Le deuxième chapitre des secrets du IIIe Reich s’intéresse à « l’éloquence conquérante » d’Hitler, une magie diabolique digne d’un medium ou d’un grand charlatan capable de « sentir » les foules. Jusqu’au tournant de la guerre, les interminables logorrhées verbales d’Hitler, ses « trucs » d’orateur et ses accès de fureur calculée continueront d’impressionner ses auditeurs.

Le régime nazi n’est pourtant qu’« une boîte de scorpions » dans laquelle les serviteurs d’Hitler, à la tête de fiefs imbriqués les uns dans les autres se livrent une guerre inexpiable. Goebbels, Himmler, Goering, Bormann, Heydrich… Tous ont des dossiers les uns sur les autres qui leur servent d’assurance-vie, tous intriguent, complotent et se détestent. « Bien avant le déclenchement de la guerre, Hitler se retrouve isolé, avec des subordonnés serviles, inaptes, corrompus, déséquilibrés ou fanatiques – certains cumulant même toutes ces distinctions à la fois », résume François Kersaudy à la fin du troisième chapitre. Tout est dit…

Dans le chapitre 4, François Kersaudy aborde « la nuit des longs couteaux », il revient sur les tensions grandissantes entre la Reichswehr et les SA, sur les hésitations d’Hitler et met en lumière le rôle d’Himmler et de Goering, qui ont « élargi leur mandat » – la formule est de Goering – à d’anciens adversaires politiques des nazis pour décapiter toute opposition.

Le chapitre 5 s’intéresse à la vie privée d’Hitler, « l’homme à femmes ». Durant son ascension politique, Hitler a été entouré d’admiratrices qui ont financé le parti nazi. Son refus de se marier, bien connu, s’explique par sa volonté de garder le contrôle de son image. Pour autant, Hitler a entretenu des relations avec plusieurs femmes. De sa jeunesse, on ne lui connaît que des relations platoniques. François Kersaudy revient sur les différentes relations d’Hitler avec les femmes, dont celles avec sa nièce Geli Raubal, puis plus tard avec Eva Braun.
Le bilan de la vie amoureuse d’Adolf Hitler est édifiant : neuf suicides, dont quatre réussis parmi les différentes femmes qui ont partagé la vie du dictateur nazi. Les confidences des femmes de la vie d’Hitler convergent pour brosser le portrait d’un homme impuissant et adepte du masochisme.

« L’affaire Rudolf Hess », que François Kersaudy traite au chapitre 6, est tout aussi intrigante. Jusqu’à aujourd’hui, on s’est interrogé sur les raisons qui ont poussé le secrétaire du Führer à gagner l’Angleterre, seul, en avion. Acte de folie ou projet longuement mûri ? Pour François Kersaudy, le geste de Rudolf Hess est celui d’un dirigeant nazi marginalisé au moment de l’entrée en guerre et désireux de satisfaire son maître en accomplissant une action d’éclat.
Hess, qui connaît les sentiments « anglophiles » d’Hitler, méconnaît comme son Führer la réalité du fonctionnement du système anglais, il s’illusionne sur le poids réel des partisans d’un rapprochement avec l’Allemagne. Il croit possible de proposer aux Anglais un partage du monde avec l’Allemagne nazie et, après avoir consulté des mediums, entreprend son voyage. On connaît la suite de l’histoire : Rudolf Hess est immédiatement arrêté. Hitler est fou de rage et désavoue immédiatement son secrétaire, qui finira ses jours, après la guerre, dans la prison de Spandau. Pour François Kersaudy, il n’y a aucun doute sur le fait qu’Hitler, ignorait tout du projet de Rudolf Hess, quoi qu’en disent certains ouvrages peu convaincants.

L’avant-dernier chapitre des secrets du IIIe Reich est une fois de plus consacré à une question qui a fait couler beaucoup d’encre, celle de « Canaris et la guerre des services secrets ». François Kersaudy s’inscrit ici totalement en faux contre le portrait d’un amiral Canaris jouant triple jeu et infiltrant la résistance allemande à Hitler pour mieux la faire échouer. Pour l’auteur, le chef de l’Abwehr, le service de contre-espionnage de l’armée allemande, a été, jusque sous la torture, le grand protecteur de la résistance allemande à Hitler.

Le dernier chapitre de l’ouvrage de François Kersaudy est consacré à « la santé d’Hitler ». De fait, le dictateur nazi hypocondriaque, végétarien et adepte de l’automédication souffre de problèmes intestinaux et a peur de mourir d’un cancer. A partir de 1936, son médecin personnel, le docteur Morell, lui administre d’énormes cocktails de comprimés sans se soucier des interactions et lui fait des centaines d’injections (800 entre 1941 et 1945) totalement inefficaces voire franchement nocives alors même que le patient Hitler dort peu, mange mal et refuse toute opération. L’état de santé d’Hitler se dégrade au rythme des défaites militaires allemandes et c’est un Hitler prématurément vieilli et atteint de la maladie de Parkinson qui se suicide dans son bunker le 30 avril 1945.

Ecrit dans un style alerte et bien documenté, l’ouvrage de François Kersaudy ne révolutionnera pas notre connaissance du régime hitlérien, mais apporte une mise au point aussi claire que solide à quelques-unes des questions que l’on se pose souvent à propos de l’Allemagne nazie.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 425 d’Historiens & Géographes, février 2014.

Canaris, le maître espion de Hitler

Couverture biographie CanarisEric KERJEAN, Canaris, le maître espion de Hitler, Editions Perrin, février 2012, 224 pages.

Historien spécialiste du IIIe Reich et du renseignement, Eric Kerjean a publié chez Perrin une biographie de l’amiral Canaris qui bouleverse la vision que l’on avait jusqu’à présent du chef de l’Abwehr.

L’amiral Wilhelm Canaris, chef de l’Abwehr, le service de renseignements militaires allemand durant la Seconde guerre mondiale, est un personnage énigmatique. Cet officier de marine nationaliste a souvent été présenté comme un acteur de la résistance militaire allemande à Hitler, aux côtés d’un Stauffenberg. Après l’attentat du 20 juillet 1944, Canaris est arrêté et exécuté le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg en même temps que son adjoint Hans Oster et le pasteur Dietrich Bonhoeffer.

Incontestablement, l’amiral Canaris a entretenu des relations avec la résistance militaire au nazisme et a protégé, dans son propre service des résistants comme Oster et Gisevius. Son action a permis de sauver plusieurs centaines de Juifs et une organisation juive a récemment proposé d’inscrire l’amiral Canaris sur la liste des Justes au mémorial de Yad Vashem.

Tout cela ne convainc pas Eric Kerjean qui se demande comment les succès initiaux d’Hitler auraient été possibles avec un opposant à la tête du service de renseignement militaire de l’armée allemande. Pour Eric Kerjean, Canaris est d’abord un nationaliste anticommuniste traumatisé par l’effondrement de l’Allemagne impériale, proche des corps francs et qui aurait fait partie des assassins de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg.
Séduit par le national-socialisme, Canaris aurait été très proche de Reinhard Heydrich qu’il a pris sous son aile à partir de 1923. Dans un chapitre intitulé « l’amitié entre pairs », on découvre que les familles Canaris et Heydrich habitaient dans la même rue et se fréquentaient, une amitié entre le chef de l’Abwehr et le chef du SD qui durera jusqu’à la mort de ce dernier et qui explique peut-être aussi l’ascension de Canaris après la prise du pouvoir par les nazis.

Si cette biographie de l’amiral Canaris fait curieusement l’impasse sur les activités de l’Abwehr en matière de renseignement militaire, Eric Kerjean s’arrête sur plusieurs épisodes significatifs d’après lui de la duplicité de Canaris.

En 1938, après l’affaire Blomberg-Fritsch, Canaris rédige une note, la « Démarche » pour demander la réintégration de Fritsch et une purge de la SS et de la Gestapo afin de libérer l’armée du « cauchemar de cette Tcheka ». Il y explique qu’il ne s’agit pas de s’opposer à la Gestapo, mais seulement de s’appuyer sur des « nationaux-socialistes loyaux et honnêtes ». Pour Kerjean, le texte, qui en restera à l’état de projet et ne sera signé par aucun des généraux à qui il fut adressé était voué à l’échec ; Canaris s’opposait au national-socialisme au nom du national-socialisme.

En 1942, l’évasion du général Giraud permet à Canaris de jouer les résistants à bon compte. Eric Kerjean explique comment Canaris a intoxiqué ses propres adjoints en leur affirmant s’être opposé à un ordre d’élimination du général français que Keitel, le chef de l’OKW n’aurait en réalité jamais donné.

Un des principaux documents à charge du libre d’Eric Kerjean est le texte baptisé « les dix commandements » qui figurine en annexe de la biographie de Canaris. Il s’agit en fait d’un texte de 1942 signé par Heydrich et Canaris qui délimite les champs d’intervention du SD et de l’Abwehr.
Pour Eric Kerjean, la mission de « protection préventive contre la surveillance militaire, contre la trahison et le sabotage dans les établissements dont les installations doivent rester secrètes » confiée à l’Abwehr aurait engagé les services de Canaris dans le système concentrationnaire nazi, ces établissements désignant clairement d’après Kerjean les camps de concentration et d’extermination.
N’y aurait-il pas là une surinterprétation de la part d’Eric Kerjean ?

Plus loin, à propos de l’attentat à la bombe manqué contre Hitler à Smolensk le 13 mars 1943, Eric Kerjean explique comment l’amiral Canaris, prévenu par les initiateurs de l’attentat, était en fait le seul à avoir pu faire désamorcer le détonateur. La thèse est séduisante, mais au final, le doute demeure.

Pour Eric Kerjean, l’amiral Canaris est parvenu à faire croire qu’il soutenait la résistance nationale-conservatrice allemande pour mieux, en réalité, connaître ses intentions et intoxiquer les Alliés ce qui explique qu’il ait été protégé jusqu’en 1944 par Himmler.
Ainsi, Canaris, qui connaissait tous les opposants à Hitler qui ont tenté de négocier une paix séparée avec les Alliés, jouait en fait un triple jeu. Loin de trahir Hitler, il pouvait mesurer la faisabilité d’une paix séparée tout en ruinant la crédibilité des démarches de l’opposition, les services secrets alliés ne lui faisant pas confiance.

Mais après le 20 juillet 1944, le régime nazi se durcit et l’Etat allemand devient un Etat-SS. Arrêté, Canaris est dénoncé par les véritables résistants qui le présentent comme un de leurs complices parce qu’ils ont vu clair dans son double jeu et veulent le lui faire payer tandis qu’Himmler voit dans sa chute l’occasion de de débarrasser d’un rival devenu inutile. L’amiral Canaris est exécuté le 9 avril 1945, trois semaines avant le suicide d’Hitler.

Avec cette biographie de l’amiral Canaris qui prend le contrepied des travaux antérieurs d’André Brissaud, que Kerjean qualifie de véritable « hagiographie », c’est un des acteurs majeurs du régime nazi qui chute de son piédestal.
Malheureusement, on ne parvient pas à être tout à fait convaincu par la lecture de cette biographie et on en ressort avec le sentiment que le portrait que brosse Eric Kerjean du chef de l’Abwehr est très noirci sans que les arguments avancés n’emportent totalement l’adhésion.

David NOËL   

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 422 d’Historiens & Géographes, avril-mai 2013.