Archives du mot-clé Russie

1812. La campagne tragique de Napoléon en Russie

1812 la campagne tragique de NapoleonAdam ZAMOYSKI, 1812 La campagne tragique de Napoléon en Russie, Editions Piranha, septembre 2014,  654 pages.

Historien britannique né à New-York de parents Polonais ayant fui leur pays en 1939, Adam Zamoyski signe avec son ouvrage 1812 La campagne tragique de Napoléon en Russie, qui vient de paraître aux éditions Piranha – un nouvel éditeur qui publie ici son premier ouvrage historique – un livre remarquable, qui fera référence sur cet épisode tragique de l’histoire européenne qu’a constitué la campagne de Russie.

Adam Zamoyski parle français, italien, russe et polonais. Pour raconter la campagne de Russie, il s’est appuyé sur une documentation abondante, épluchant les journaux intimes des soldats et les mémoires écrits par les acteurs de cette histoire dont on trouvera les références dans l’imposante bibliographie.

Les premiers chapitres du livre d’Adam Zamoyski intitulés « César » et « Alexandre » présentent tour à tour Napoléon et le tsar Alexandre Ier à la veille de la reprise des hostilités entre la France et la Russie. Cinq ans après la signature du traité de Tilsit en 1807, les deux empereurs sont contraints, pour des raisons différentes, de se lancer dans une nouvelle guerre.
Côté russe, la création du Grand-Duché de Varsovie ne passe pas et on y voit l’embryon d’un futur royaume de Pologne qui s’étendrait sur les terres polonaises annexées par la Russie au XVIIIe siècle. Adam Zamoyski rappelle aussi qu’Alexandre Ier est un tsar contesté par une partie de la noblesse qui le juge trop libéral, hanté à l’idée d’apparaître comme le complice des assassins de son père et qui vit dans la crainte d’un régicide. Cinq ans après Tilsit, la Russie est en ébullition et reproche à Alexandre Ier sa frilosité à l’égard de Napoléon. Alexandre n’est plus le jeune homme malléable du traité de Tilsit et se rêve en libérateur de l’Europe.
Côté français, alors que l’armée rencontre des difficultés en Espagne et que les nationalistes allemands rêvent de revanche, Napoléon, au sommet de sa puissance et qui vient de donner naissance à un fils ne peut pas laisser les Russes concentrer des troupes face à la frontière polonaise. Faute d’être parvenu à un accord, il est décidé à se lancer dans une nouvelle guerre pour soumettre la Russie et garantir la pérennité de son système continental.

C’est le 23 juin 1812 que Napoléon franchit le Niémen (chapitre 7, le « Rubicon ») avec des effectifs qu’Adam Zamoyski évalue à 235 000 combattants réels (sur 450 000 combattants théoriques) suivis de plus de 50 000 civils. L’auteur explique ici qu’une armée en campagne voit constamment fondre ses effectifs : des soldats sont laissés en arrière dans un dépôt, on confie à un peloton le soin de garder une ville ou de surveiller une zone, un autre groupe est envoyé chercher du ravitaillement, des blessés sont laissés un peu plus loin avec une escorte, il faut laisser en arrière des soldats pour réparer une charrette dont la roue s’est brisée… sans compter les traînards qui ne parviennent pas à faire les 25 km de marche quotidiens au même rythme que le reste de l’armée, si bien que, malgré les renforts qui lui parviennent, la Grande Armée ne pourra jamais aligner l’ensemble de ses effectifs durant cette campagne de Russie.
Les Russes, commandés par Barclay de Tolly refusent cependant le combat et battent en retraite, au grand dam du tsar à qui plusieurs généraux comme Bagration ou Bennigsen réclament le remplacement de Barclay par un chef plus énergique. Un moment tenté de prendre le commandement de l’armée, Alexandre Ier y renonce et laisse Barclay de Tolly effectuer une retraite qui évitait à l’armée russe l’anéantissement.

Dès les premiers jours de la campagne, l’armée française souffre du manque de ravitaillement et des conditions climatiques. Les batailles de Vitebsk et de Smolensk ne sont pas décisives et les troupes russes parviennent à chaque fois à se replier. Alors qu’à Moscou, le gouverneur Rostopchine exalte les sentiments nationalistes des habitants de la capitale, le tsar décide de remplacer Barclay de Tolly par le très populaire Koutouzov (chapitre 12). Adam Zamoyski brosse un portrait sans complaisance du vieux général, âgé de 65 ans et décrit comme un homme incompétent et paresseux par les généraux qui l’ont côtoyé.

Koutouzov choisit de défendre Moscou et de livrer bataille à Borodino le 7 septembre 1812. L’auteur raconte le déroulement de cette bataille particulièrement meurtrière, qui fait plus de 70 000 victimes : « Ce fut le pire massacre répertorié dans l’histoire, qui ne serait surpassé que par le premier jour de la bataille de la Somme, en 1916 ».

A l’issue de la bataille, la route de Moscou est ouverte pour l’armée française, mais l’armée russe n’est pas détruite et s’est repliée au sud-est de Moscou, évacuée par sa population et incendiée sur l’ordre de Rostopchine. La prise de Moscou est un « vain triomphe » (chapitre 14) pour Napoléon qui espérait obtenir un accord avec le tsar Alexandre et se retrouve éloigné de ses bases, avec une armée épuisée et des problèmes de ravitaillement, dans une ville abandonnée par l’administration russe. Un moment tenté de poursuivre sa campagne en se dirigeant vers Saint-Pétersbourg, Napoléon prend la seule décision raisonnable qui s’impose et décide de se replier vers Vilna et la Pologne pour passer l’hiver et reconstituer son armée, mais Napoléon perd du temps et la retraite ne débute que le 18 octobre. C’est tardivement que Napoléon donne l’ordre d’évacuer les blessés, c’est tardivement que Napoléon donne l’ordre de ne plus envoyer les renforts vers les premières lignes, mais vers les dépôts d’Allemagne et du Grand-Duché de Varsovie.

Pour Adam Zamoyski, si Napoléon avait entamé sa retraite deux semaines plus tôt, s’il avait fait correctement ferrer les chevaux en prévision des routes verglacées, s’il avait fait évacuer les cavaliers sans monture vers les dépôts de remonte d’Allemagne, Napoléon aurait pu sauver une grande partie de son armée et aurait disposé en 1813 de cette cavalerie qui lui a fait défaut durant toute la campagne d’Allemagne.

La retraite de l’armée française, poursuivie par l’armée russe et harcelée par les cosaques, occupe les chapitres 17 à 22. Epuisés, frigorifiés, dépourvus de ravitaillement dans les campagnes désolées qu’ils traversent, les soldats de l’armée napoléonienne endurent un calvaire qui décime la plupart des unités. Les nombreux récits rapportés par Adam Zamoyski font froid dans le dos : soldats obligés de se découper des lamelles de peau sur leurs propres cuisses pour ne pas mourir de faim, chevaux dévorés sur place, soldats morts congelés dans la nuit et même des cas de cannibalisme… De Moscou à Vilna en passant par Smolensk et la Bérézina, la retraite de l’armée française est un long calvaire.
Au total, la campagne de Russie a fait plus de 400 000 victimes chez les Français et leurs alliés, dont moins d’un quart au combat. Les proportions sont équivalentes chez les Russes. Si on ajoute les victimes civiles, on arrive au chiffre de près d’un million de morts pour l’ensemble de la campagne de Russie.

La défaite de Napoléon entraîne le basculement de la Prusse dans le camp russe, puis, devant le refus de Napoléon de négocier, le basculement de la Suède et de l’Autriche. Les forces russes ne s’arrêteront pas avant d’avoir atteint Paris où le tsar Alexandre, acclamé par la foule, se posera en libérateur de l’Europe.

Pour les vétérans de l’armée russe qui ont chassé l’envahisseur étranger et libéré leur pays, la désillusion est grande après la guerre face au raidissement du tsar. Elle est à la hauteur de la déception des patriotes allemands qui appelaient de leurs vœux la libération de l’Europe et qui voient leurs rêves d’unité nationale se briser contre la Sainte-Alliance mise en place par Alexandre.
En France, la campagne de Russie survit dans la mémoire des vétérans, le passage de la Bérézina symbolisant à lui seul dans la mémoire collective la fin tragique de l’épopée napoléonienne.

Bien écrit et passionnant à lire, riche de très nombreux témoignages et agrémenté de nombreuses cartes dont on appréciera la clarté indispensable dans un livre d’histoire militaire, l’ouvrage d’Adam Zamoyski constitue indiscutablement un ouvrage de référence sur la campagne de Russie.

David NOËL   

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 431 d’Historiens & Géographes,
juillet-août 2015.

Les années 30 sont de retour

Couverture les annees 30 sont de retourRenaud DELY, Claude ASKOLOVITCH, Pascal BLANCHARD et Yvan GASTAUT, Les années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, Editions Flammarion, octobre 2014, 346 pages.

Le spectre des années 30 n’en finit plus de hanter l’Europe et le discours des responsables politiques. De la crise des subprimes de 2008 comparée à la crise de 1929 aux élections européennes de 2014, marquées par une poussée de formations national-populistes analysée comme une résurgence du fascisme, la comparaison du monde d’aujourd’hui avec celui des années 30 est devenu un lieu commun journalistique.

C’est pour analyser la pertinence de ce lieu commun que deux journalistes et deux historiens viennent de publier Les années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, sorti aux éditions Flammarion en octobre 2014.
Journaliste à I-Télé pour Claude Askolovitch et au Nouvel Observateur pour Renaud Dély après être passé par Libération, Le Parisien, Marianne et France Inter, les deux journalistes sont des figures médiatiques bien connues des lecteurs. Pascal Blanchard, lui, est chercheur au laboratoire Communication et politique du CNRS, spécialiste de la colonisation et de l’immigration tandis qu’Yvan Gastaut, historien et chercheur au laboratoire URMIS (migrations et société) enseigne à l’université de Nice.

L’ouvrage est divisé en quatre parties intitulées : « les crises », « les peurs », « les fractures » et « les idéologies ». Il est accompagné d’une chronologie qui retrace les principaux événements de 1928 à 1944 et de 1998 à 2014.

La première partie aborde les crises économiques, politiques et internationales des années 30 et d’aujourd’hui. Les auteurs racontent le déroulement et les mécanismes de la crise de 1929 et les réponses déflationnistes apportées par des gouvernements soucieux, hier comme aujourd’hui, de retour à l’équilibre budgétaire. La politique de « l’euro fort » fait écho à celle du « franc fort » : « A observer les décisions prises par les gouvernants européens depuis 2008, les leçons de la catastrophe économique des années 30 n’ont pas été retenues ».
Comme dans les années 30, la crise économique s’accompagne d’une crise politique et là, les auteurs reviennent sur les résultats des élections européennes de juin 2014 qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe politique. Si le Front national, l’UKIP et Aube Dorée ne sont pas le NSDAP, le parti fasciste et les Croix de Feu, une dynamique national-populiste portée par une nouvelle génération de leaders fait écho à la dynamique fasciste des années 30 : « un spectre hante l’Europe. Les alliances électorales sont possibles […] ; la prise de pouvoir aussi […] ; les politiques publiques sont sous influence ».
Les droites occupent la rue et les initiateurs du « Jour de Colère », Civitas et le Printemps Français apparaissent comme des lointains successeurs des initiateurs de la manifestation du 6 février 1934 de même que le Tea Party et la « Manif pour tous » font écho à l’Action française.
Dans ce contexte, la crise Ukrainienne et l’annexion de la Crimée résonne, selon les auteurs, comme un nouveau Munich, même si les auteurs prennent garde de comparer Vladimir Poutine à Hitler.
La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux peurs qui ont agitent nos sociétés des années 30 et d’aujourd’hui. Les auteurs comparent ainsi le « péril rouge » des années 30 et la peur des musulmans post révolution iranienne et post 11 septembre. Communistes hier et musulmans aujourd’hui sont érigés en « ennemis intérieurs » qu’il faudrait combattre.
Analysant au chapitre 7 les discours sur l’immigration, les auteurs font le parallèle entre le rejet des « métèques » hier et la peur des immigrés roms ou maghrébins aujourd’hui. Le chapitre 8 est consacré aux mutations de l’antisémitisme. De Louis-Ferdinand Céline et Xavier Vallat à Alain Soral et Dieudonné, on assiste à une « impressionante sensation de redite » sur fond d’importation du conflit israélo-palestinien dans les banlieues qui amène la communauté juive, attachée à la défense d’Israël, à se rapprocher de la droite, voire de l’extrême droite : « une part des discours antisémites d’avant-guerre, qui accusait un groupe de trois cent mille personnes d’accaparer un pays tout entier, se trouve désormais utilisé contre les arabo-musulmans artisans d’un « Grand Remplacement » qui chasserait les Français hors de leur pays ».
Face au racisme et à l’antisémitisme, des intellectuels, des artistes, des associations se lèvent, du CVIA (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes) à SOS Racisme, mais le camp des « antis » se fissure sur la question de la laïcité « comme jadis entre pacifisme et résistance militaire au fascisme ». « Le Front popu, pour les intellectuels, était né du 6 février. Il avait aussi grandi dans les marches de la faim organisées par les municipalités communistes, et par le rejet de la déflation de Pierre Laval, vécu alors comme un affameur. A se souvenir de l’antifascisme et de lui seul, comme paradigme de l’histoire, on oublie que la trame de l’histoire était sociale, et le premier mot du triptyque du Front populaire, « Le pain, la paix, la liberté », comptait au moins autant que les autres ».
La question des banlieues est au cœur du chapitre 10, dans lequel les auteurs s’interrogent sur les continuités entre les politiques de contrôle des territoires coloniaux des années 30 et les politiques urbaines mises en œuvre dans les banlieues, sur fond de méfiance envers ces classes dangereuses issues de l’immigration post-coloniale.

En crise et en proie à des peurs irrationnelles, notre société, comme celle des années 30, serait traversée de fractures : de l’affaire Stavisky à l’affaire Bygmalion, la méfiance envers les responsables politiques se généralise ; les politiciens seraient « tous pourris ». La digue entre droite modérée et extrême droite se fissure. A l’instar de Louis Marin, le président de la Fédération Républicaine rejoignant le Front de la Liberté avec le PPF de Jacques Doriot dans les années 30, une partie de l’UMP est tentée par la ligne de Patrick Buisson et par un rapprochement avec le Front national. A gauche, le pacte de responsabilité hollandais est un renoncement que les auteurs mettent en parallèle avec la pause blumiste. Les attaques de la « presse haineuse » Valeurs Actuelles contre Christine Taubira rappellent celles de Gringoire et de l’Action Française contre Roger Salengro dans les années 30.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux idéologies. Les auteurs y étudient le poids du passé. Pour les hommes de la génération de Léon Blum, marqués par l’affaire Dreyfus, l’antisémitisme des ligues nationalistes des années 30 est la répétition de l’Affaire. C’est la guerre d’Algérie et la question coloniale qui sont au cœur des questions mémorielles contemporaines : débats sur la place de la colonisation et de l’esclavage dans les programmes scolaires, rejet de la « repentance » par une partie de la droite et par le Front national. Ces débats agitent des sociétés marquées par le spectre de la décadence, des non-conformistes des années 30 aux déclinistes comme l’économiste Nicolas Baverez.
Dans nos sociétés en crise, les moments d’union nationale apparaissent comme une illusion éphémère, qu’il s’agisse de l’exposition coloniale de 1931, qui annonce les futures guerres de décolonisation, ou de la victoire des Bleus lors de la coupe du monde de 1998, qui se fracasse sur les sifflets du match France-Algérie de 2001 et la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002. C’est sur le sport comme idéologie et démonstration de puissance, des Jeux olympiques de Berlin de 1936 à ceux de Sotchi de 2014, que s’achève Les années 30 sont de retour avant que les auteurs ne concluent sur l’importance cruciale de la mémoire, « pense-bête pour la démocratie contre l’oubli, toujours dévastateur ».

L’ouvrage de Renaud DELY, Claude ASKOLOVITCH, Pascal BLANCHARD et Yvan GASTAUT constitue un exercice de style qu’on jugera parfois un peu acrobatique notamment sur les questions internationales, finalement assez peu présentes. Le propos est plus convaincant sur les questions de politique intérieure. Cet essai d’histoire comparative et d’actualité présente un intérêt historique somme toute limité ; il constitue plutôt un ouvrage de vulgarisation historique pour armer les militants saisis par le doute en leur donnant une grille de lecture et une profondeur d’analyse qui manque parfois dans le débat public.

David NOËL

1914, la grande illusion

1914 la grande illusionJean-Yves LE NAOUR, 1914 La grande illusion, Editions Perrin, octobre 2012, 404 pages.

Parmi les nombreux ouvrages qui paraissent à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, 1914 La grande illusion de Jean-Yves Le Naour, professeur en classes préparatoires et docteur en histoire spécialiste de la guerre 1914-1918, s’impose comme une des meilleures synthèses sur l’année 14. Ce livre qui est paru chez Perrin en octobre 2012 devrait séduire étudiants, enseignants et tous les amateurs d’histoire qui s’intéressent à la Première Guerre mondiale.

Comme il se doit, 1914 La grande illusion débute avec une introduction narrant la « chronique d’une mort annoncée », celle de François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo et s’achève par une conclusion sur cette année 1914, la plus meurtrière de toute la guerre : « déjà tant de morts » conclut l’auteur, rappelant que plus de 300 000 Français et 260 000 Allemands ont perdu la vie entre août et décembre 1914.

Découpé en douze chapitres, 1914 La grande illusion porte bien son titre tant les illusions ont été nombreuses, en cette année où démarre le premier conflit mondial. Les trois premiers chapitres, intitulés « Peur sur l’Europe », « Maintenant ou jamais » et « Dix jours qui ébranlèrent le monde » – un clin d’œil au témoignage du journaliste américain John Reed sur la Révolution d’Octobre – reviennent en détail sur la crise diplomatique de l’été 1914 qui aboutit finalement à la guerre. Jean-Yves Le Naour nous restitue avec clarté l’atmosphère de paranoïa qui règne dans les chancelleries européennes où tout le monde a peur : l’Autriche a peur des Slaves qui menacent l’unité de son empire, l’Allemagne a peur de la menace russe, mais aussi du désir de revanche fantasmé des Français tandis que l’Angleterre a peur de la montée en puissance de l’Allemagne, notamment sur mer. Bref, tout le monde a peur et tout le monde s’illusionne sur les intentions des voisins.
Dans ce contexte, l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne – et dans une moindre mesure la Russie – portent une lourde responsabilité dans le déclenchement de la guerre. En soutenant jusqu’au bout l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne s’est retrouvée « coincée par son propre bluff ». Au moment où elle commence à se rendre compte que la Russie ira également jusqu’au bout et que l’Angleterre ne restera pas neutre, il est déjà trop tard, d’autant plus que les militaires poussent Guillaume II à la guerre préventive avant que la Russie ne devienne une grande puissance industrielle.

Le chapitre 4, « Guerre à la guerre » évoque l’échec des pacifistes et notamment des socialistes et des syndicalistes à empêcher la guerre. La meilleure illustration de cet échec est le fait que le carnet B ne sera finalement pas utilisé pour arrêter les syndicalistes révolutionnaires qui y étaient fichés. Dans les journées cruciales de cette fin de juillet 1914, la CGT « amarre ses vaisseaux à ceux de la SFIO et épouse sa position légaliste de pression sur le gouvernement ». Aucun syndicaliste français n’est prêt à prendre la responsabilité de saboter l’effort de guerre de son pays et de le laisser à la merci de l’ennemi au cas où les prolétaires Allemands ne joueraient pas le jeu de la grève générale et il en va de même de l’autre côté du Rhin. Or, c’est la faiblesse du système jaurésien écrit Le Naour « Que vaut une menace que l’on est incapable de mettre en pratique ? ». La rapidité de la crise diplomatique et l’assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914 empêchent l’Internationale socialiste de se réunir à temps. La SFIO comme la CGT se rallient à la défense nationale tandis que toute la presse, y-compris ceux qui la veille appelaient au meurtre de Jaurès saluent le tribun socialiste : « il fallait se dépêcher d’engloutir Jaurès sous les fleurs et de tirer son cadavre dans la tranchée de l’unité nationale ».

Les chapitres 5 et 6, « Personne ne pensait à la guerre » et « La chasse aux Allemands » s’intéressent à l’entrée en guerre. Jean-Yves Le Naour raconte l’inflation et « la valse des étiquettes », mais aussi les mariages précipités du mois d’août 1914 et les prophéties des voyantes et des charlatans. Il évoque aussi la vague d’espionnite qui submerge la France où rumeurs et fausses nouvelles se répandent comme une traînée de poudre : on raconte que des Allemands déguisés en religieuses distribueraient des bonbons empoisonnés aux enfants, on s’attaque aux laiteries de la société Maggi (pourtant suisse), à ses bouillons Kub et à ses publicités, qui, à en croire les délires de l’Action Française serviraient de panneaux indicateurs en cas d’invasion allemande. C’est « une sorte de folie collective » rapporte un caporal qui doit intervenir pour empêcher le lynchage d’un commerçant auvergnat suspecté d’être allemand à cause de son accent.

Le chapitre 7 « La peau de l’ours », est largement consacré au général Joseph Joffre et à son plan de bataille, que personne au gouvernement ne connaît. Sûr de lui, ne voulant rendre de compte à personne et surtout pas au pouvoir politique, ni même à ses subordonnés laissés dans l’ignorance, le commandant en chef veut attaquer les Allemands en Lorraine pour y fixer leur aile gauche, les laisser pénétrer en Belgique et envahir le Nord de la France et attaquer au centre, dans les Ardennes, à la façon de Napoléon à Austerlitz. Fétichiste de l’offensive baïonnette au canon et sabre au clair, Joffre voit se briser ses rêves de gloire sur les mitrailleuses allemandes. Son autre erreur est d’avoir grossièrement sous-estimé les forces de l’aile droite allemande, par mépris pour les soldats de réserve que lui n’a pas voulu engager. On voit dans le chapitre 8, « L’heure de vérité », que les illusions du général Joffre auraient pu aboutir à la défaite française. A la fin du mois d’août 1914, les armées franco-anglaises ont été sévèrement accrochées et forcées de reculer. Le désastre de 1870 semble se reproduire.

Envahie, « La France a peur ». Le chapitre 9 évoque l’intox et le bourrage de crâne. Les journaux français sont pleins de balles allemandes qui ne blessent pas, d’obus qui n’explosent pas, d’Allemands affamés et ridicules qui se précipitent pour manger les tartines beurrées des soldats français tandis que certains jurent que des centaines de milliers de soldats russes auraient déjà débarqué en France. Mais la peur est parfois justifiée : si des bobards ont bien circulé sur les Allemands coupeurs de mains, les atrocités allemandes en Belgique et dans le Nord de la France au moment de l’invasion sont une réalité. Plusieurs milliers de civils ont été exécutés par l’armée allemande qui vivait dans le souvenir de 1870 et la crainte des attaques de francs-tireurs.

Tandis que le gouvernement s’est replié provisoirement sur Bordeaux, Gallieni, nommé gouverneur militaire de Paris et Joffre vont profiter de l’opportunité offerte par la manœuvre de l’armée de Kluck, qui offre son flanc à la contre-attaque française, pour sauver la capitale. C’est « Le miracle de la Marne » que Jean-Yves Le Naour raconte au chapitre 10. Les deux généraux, qui se détestent cordialement, chercheront tous deux à s’attribuer la paternité de cette victoire, qui ne sera cependant pas transformée, l’armée allemande parvenant à reculer et à se retrancher sur toute la longueur du front.

Le gouvernement peut enfin revenir à Paris et le parlementarisme reprend ses droits. Pour Jean-Yves Le Naour, « l’union sacrée » a toujours été une illusion. C’est en fait une « désunion sacrée » qu’analyse l’auteur dans le chapitre 11, montrant que la droite conservatrice n’a pas renoncé à changer ultérieurement la forme du régime, qu’elle a toujours ses bêtes noires comme Joseph Caillaux et qu’au fond, l’union sacrée oblige la gauche à renoncer à ses fondamentaux tandis que la droite nationaliste n’abdique aucune de ses idées.

En cette fin de septembre 1914, on se rend compte que la guerre sera longue. Aucune des deux armées ne parvenant à déborder l’autre, on s’enterre dans les tranchées en attendant Noël et sans doute la fin de la guerre, au printemps de l’année prochaine. Le dernier chapitre de l’ouvrage de Jean-Yves Le Naour, « Joyeux Noël », s’intéresse à ces derniers mois de l’année 1914. Les premières voix pacifistes se font entendre à la CGT où Pierre Monatte démissionne de la direction du syndicat. En Allemagne, Karl Liebknecht vote contre les crédits de guerre au Reichstag. A l’Est où les Russes ont été repoussés, il n’y aura rien de nouveau non plus, mais l’empire ottoman entre en guerre. Les tentatives de médiation du Pape Benoît XV échouent : il n’y aura pas de trêve, même pour Noël. Pourtant, dans plusieurs secteurs du front, on assiste à des fraternisations durant la nuit de Noël.

A l’heure du bilan, dressé par Jean-Yves Le Naour dans sa conclusion, l’année 1914 a été la plus meurtrière de toute la guerre. On s’achemine vers une guerre longue, mais personne n’imagine qu’elle durera encore quatre ans.

Au fil des quelques 400 pages du livre de Jean-Yves Le Naour, 1914 La grande illusion s’impose, par la qualité de sa rédaction et la richesse de sa documentation comme une des meilleures synthèses sur l’année 1914.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le supplément électronique du numéro 429 d’Historiens & Géographes, Janvier-février 2015.