Archives du mot-clé URSS

Gorbatchev

Bio GorbatchevBernard LECOMTE, Gorbatchev, Editions Perrin, mars 2014, 462 pages.

Ancien chef du service étranger de la Croix puis grand reporter à l’Express où il a couvert la fin du communisme en Europe, le journaliste Bernard Lecomte, spécialiste de la papauté et auteur de biographies de Jean-Paul II (Gallimard, 2003) et Benoît XVI (Perrin, 2011), nous livre une biographie de Mikhaïl Gorbatchev qui vient de paraître aux éditions Perrin, alors qu’on célèbrera en 2015 le trentième anniversaire de l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev.

1985-1991 : Mikhaïl Gorbatchev a occupé le pouvoir suprême de la deuxième puissance du monde relativement peu de temps, mais son action a bouleversé le monde. Gorbatchev a mis fin à la guerre froide, mais, sans le vouloir, a provoqué la désintégration de l’URSS et fermé une parenthèse ouverte soixante-dix ans plus tôt, en 1917.
L’ancien prix Nobel de la paix, aujourd’hui âgé de 83 ans, est, paradoxalement, une des personnalités les plus détestées de Russie. Cinq ans après sa démission, Gorbatchev, candidat à l’élection présidentielle de 1996, obtenait un score dérisoire de 0,5 % des voix. Comment expliquer un tel décalage ?

Pour y répondre, Bernard Lecomte revient d’abord sur les années d’enfance et de formation du futur dirigeant de l’URSS. Né en 1931 dans la région de Stavropol, au nord du Caucase, Gorbatchev est encore tout jeune quand ses deux grands-pères sont arrêtés puis relâchés au moment de la collectivisation des terres. Son village est occupé quelques mois en 1942. Après la guerre, le jeune « Micha » reprend sa scolarité au collège et aide son père à conduire la moissonneuse-batteuse. Gorbatchev est un bon élève qui s’intéresse à tout et un travailleur courageux. A 18 ans, après une récolte exceptionnelle, il est décoré de l’ordre du Drapeau rouge du Travail. Il part pour Moscou où il s’inscrit à l’université pour suivre des études de droit. C’est là qu’il fait ses premiers pas en politique, rejoignant la section locale du Komsomol (les Jeunesses communistes) en 1950 et le Parti communiste en 1952. C’est surtout là qu’il rencontre celle qui deviendra la femme de sa vie, Raïssa Maximovna, qu’il épouse en 1953.

Gorbatchev et Raïssa sont de retour à Stavropol en 1955. Tandis que Raïssa enseigne, donne des conférences et se lance dans la rédaction d’une thèse de sociologie, Gorbatchev devient permanent du Komsomol de Stavropol dont il devient le premier secrétaire en 1961. De 1961 à 1970, Gorbatchev gravit les échelons dans l’appareil communiste régional, jusqu’à sa nomination comme premier secrétaire du PC pour la région de Stavropol, en 1970, grâce à la protection de Fédor Koulakov et de Iouri Andropov, le puissant chef du KGB. Entre-temps, Gorbatchev s’était inscrit à l’Institut d’agronomie de Stavropol dont il a suivi pendant trois ans les cours par correspondance. L’année suivante, en 1970, Gorbatchev, qui n’a pas encore 40 ans, rencontre Brejnev, curieux de mieux connaître ce jeune chef régional du PCUS spécialiste des questions agricoles. Brejnev le promeut au Comité Central du PCUS. Pour Mikhaïl Gorbatchev, c’est une consécration.

A la tête de la région de Stavropol, Gorbatchev se montre un gouverneur de province dynamique, obstiné et pragmatique. Il fait construire un canal d’irrigation, les rendements agricoles augmentent. Tandis qu’il découvre les privilèges de la nomenklatura et les déplacements en délégation officielle à l’étranger, Gorbatchev, toujours loyal à Brejnev, prend la mesure des dérives du système bureaucratique, de la corruption endémique, de l’absence de statistiques fiables.
En 1978, Gorbatchev est nommé secrétaire du Comité Central en charge des questions agricoles. Il assiste aux luttes d’influence qui opposent les héritiers putatifs de Brejnev, qui meurt en 1982. Iouri Andropov prend les rênes de l’URSS et entame des réformes, mais sa mort prématurée en 1984 les laisse inachevées. Le successeur d’Andropov, Konstantin Tchernenko est un apparatchik médiocre et déjà malade, presque grabataire quand il accède au pouvoir. A sa mort en mars 1985, le choix de Gorbatchev, « secrétaire général bis » s’impose naturellement.

Le nouveau secrétaire général du PCUS veut faire oublier Brejnev. Il renouvelle les cadres, il se rend dans les usines où il aime le contact direct avec la population. Il lance la perestroïka (restructuration). Le 26 avril 1986, c’est la catastrophe de Tchernobyl. Gorbatchev en fait un argument pour le changement et la transparence (glasnost).

Pour faire face aux résistances prévisibles de l’appareil du parti, Gorbatchev encourage les intellectuels, les artistes et les écrivains à tout dire sans tabous. Lui-même montre l’exemple en qualifiant la répression stalinienne de « faute immense et impardonnable ». C’est la fin de la censure. En décembre 1986, il fait libérer le plus prestigieux des dissidents, l’académicien Sakharov. Des centaines de prisonniers politiques sont libérés, mais il faudra attendre 1989 pour que l’Archipel du goulag, de Soljenitsyne, soit enfin publié en URSS.

Un des premiers combats de Gorbatchev sera la lutte contre l’alcoolisme, véritable fléau en URSS, mais après deux ans de campagne antialcoolique, le bilan est plus que mitigé. Les distilleries clandestines se sont multipliées autant que les cas d’intoxication et Gorbatchev, le « secrétaire minéral », a dilapidé une grande partie de son capital sympathie.

Au Kremlin et à l’étranger, Gorbatchev est accompagné de Raïssa, véritable « first lady » à l’américaine, qui ringardise Nancy Reagan et jouit d’une réelle popularité… hors d’URSS où la presse et l’opinion publique n’acceptent pas qu’une femme joue les premiers rôles et où on la juge « trop occidentale ».

Les premières lézardes apparaissent en 1987. Alors que le numéro 2 du PCUS, Egor Ligatchev fédère les opposants à la perestroïka qui déstabilise l’appareil du parti et ses fonctionnaires, le patron du PC de Moscou, Boris Eltsine, est démis de ses fonctions en raison de son impatience et de ses positions « ultraperestroïkistes ». Véritable joueur d’échecs, Gorbatchev se lance dans une « fuite en avant » à l’occasion de la Conférence nationale du PCUS qui se tient en 1988. Son objectif est de rétablir la primauté de l’Etat sur le Parti réticent face aux réformes économiques et d’instaurer un régime présidentiel. Pour la première fois, les citoyens soviétiques éliront le Congrès des députés du peuple, qui élira le premier président de l’URSS et la pluralité des opinions sera admise.

Pour réussir ses réformes à l’intérieur, Gorbatchev doit mettre fin à la course aux armements et sortir du bourbier afghan. En novembre 1988, devant l’assemblée générale de l’ONU, Mikhaïl Gorbatchev fait sensation en affirmant la « liberté de choix » de chaque nation. En cette année 1988, les nationalités s’éveillent en URSS, notamment dans les pays baltes et dans le Caucase où des affrontements opposent Arméniens et Azéris.

Au printemps 1989, c’est l’élection du congrès des députés du peuple. Conservateurs et libéraux s’opposent de plus en plus vivement. Gorbatchev est cependant élu président du Soviet suprême. Pour Bernard Lecomte, « en minimisant le pouvoir du parti, Gorbatchev a tari la source de sa propre légitimité. C’est au moment où il détient tous les pouvoirs que ceux-ci se dérobent ».

La chute du mur de Berlin en novembre 1989 surprend Gorbatchev. Le secrétaire général du PCUS méprisait certes Erich Honecker, mais il n’avait pas imaginé que l’affirmation de la « liberté de choix » des pays frères et la fin de la menace militaire soviétique aurait pu marginaliser les équipes perestroïkistes et réformatrices et mener au pouvoir de vrais opposants nationalistes et libéraux. C’est pourtant ce qui se passe dans toute l’Europe de l’Est. Gorbatchev est tout aussi impuissant face à la volonté d’Helmut Kohl de réunifier l’Allemagne.

Alors que la crise économique s’aggrave et que les pays baltes réclament l’indépendance, Gorbatchev se bat désormais pour un nouveau traité d’union entre les républiques de l’URSS. A la tête d’un PCUS qui se transformerait en parti social-démocrate et conserverait son hégémonie face aux autres partis qui seraient légalisés, Gorbatchev se rêve en président fédéral aux pouvoirs renforcés mais il doit désormais compter avec Boris Eltsine, qui vient d’être élu président de la Russie et a quitté le PCUS. Tout au long de l’année 1990, c’est la « guerre des lois » entre les deux présidents qui édictent des lois contradictoires.

Le 15 octobre 1990, Gorbatchev reçoit le prix Nobel de la Paix dans l’indifférence générale de la population soviétique qui fait la queue dans les magasins. Dans ce contexte, le putsch d’août 1991 mené par les conservateurs du politburo est un « putsch minable » qui ne fait qu’hâter la dislocation de l’URSS. Soutenu par la population russe, Boris Eltsine apparaît comme le sauveur d’un Gorbatchev qui n’a pas su rompre avec les conservateurs du Parti communiste. Le PCUS est suspendu. Président d’une Union soviétique de plus en plus virtuelle, Gorbatchev est un président en sursis dont les tentatives de préserver un caractère fédéral à l’URSS ne peuvent qu’échouer. En décembre 1991, la signature de la Communauté des Etats Indépendants sonne le glas de l’URSS. Le 25 décembre, Gorbatchev annonce sa démission.

Le désormais ex-président, devenu social-démocrate et écologiste, ne prend pas sa retraite politique pour autant. Sillonnant le monde pour donner des conférences, il multiplie les critiques contre Eltsine et se présente aux élections présidentielles de 1996 contre l’avis de Raïssa – qui décèdera en 1999 – et de tout son entourage. Son score de 0,5 % constitue une humiliation révélatrice de l’impopularité de Gorbatchev dans son pays.

Gorbatchev a-t-il été un grand homme politique ? En conclusion de sa biographie, Bernard Lecomte répond par l’affirmative : d’abord parce qu’il a encouragé par ses réformes le réveil des peuples d’Europe de l’Est et ensuite parce qu’il a mis fin à la guerre froide en choisissant délibérément de ne pas envoyer les chars soviétiques écraser ce mouvement. Pour Bernard Lecomte, c’est cette décision qui fait de Gorbatchev un « géant du XXe siècle ».

Plus de vingt ans après la chute de l’URSS, la biographie de Bernard Lecomte permettra en tout cas de mieux connaître le dernier dirigeant de l’URSS et de comprendre ce que furent ses choix politiques qui ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui.

David NOËL 

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 430 d’Historiens & Géographes,
mai-juin 2015.

Joukov

JoukovJean LOPEZ et Lasha OTKHMEZURI, Joukov, Editions Perrin, septembre 2013, 732 pages.

Fondateur et directeur de la rédaction du magazine Guerres et Histoire, Jean Lopez, spécialiste du front germano-soviétique vient de publier avec Lasha Otkhmezuri, ancien diplomate et conseiller de la rédaction du magazine, une biographie de Joukov, « l’homme qui a vaincu Hitler ».

Ce faisant, les deux auteurs réparent une injustice historique : de fait, s’il existe de nombreuses biographies des généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale, il n’existait jusqu’à présent aucune biographie en français de Gueorgui Joukov, alors qu’il a joué un rôle déterminant dans la défaite des armées du IIIe Reich et dans la victoire finale des Alliés.

La biographie de Joukov que nous proposent Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se divise en trois parties inégales intitulées « Du tsar à Staline », « La Grande guerre patriotique » et « Un Bonaparte russe en puissance ? ».

Les auteurs reviennent dans la première partie de leur ouvrage sur les années d’enfance et de formation du futur maréchal de l’Union soviétique et s’éloignent nettement des Mémoires écrites par Joukov lui-même sous le contrôle tatillon de la censure brejnévienne en 1969. Loin d’être l’adolescent posé, studieux et politisé qu’il décrit dans ses Mémoires, le jeune Joukov, qui n’a pour seul bagage que trois années élémentaires à l’école paroissiale, est un bagarreur peu attentif aux discours politiques. Issu d’une famille paysanne, il entre en apprentissage chez son oncle à Moscou et, sans la guerre, aurait sans doute fini patron fourreur.

C’est la guerre qui change pour toujours le destin de Gueorgui Joukov. Entré dans la cavalerie en 1915, Joukov reçoit une première formation de sous-officier qui va durer huit mois. Contrairement à ce qu’il écrira plus tard, « il n’a pas été ébloui par l’événement de Pétrograd […]. Comme trois millions d’hommes en capote kaki, il est simplement retourné dans son village ». Quelques mois plus tard, poussé par la faim, il rejoint l’Armée rouge qui bat le rappel des anciens sous-officiers de l’armée tsariste et le sergent Joukov est mobilisé le 1er octobre 1918.
Au sein de l’Armée rouge, Joukov combat les cosaques. A la fin de la guerre civile, il est chef d’escadron de cavalerie et promu commandant de régiment en juillet 1923. On le retrouve à l’école des cadres de Leningrad en 1924 avec plusieurs dizaines de commandants de régiments comme Rokossovski ou Bagramian. Fin 1929, il suit un nouveau stage de trois mois auprès de Triandafillov, le meilleur théoricien militaire de son temps. Joukov s’initie à l’art opératif. En distinguant clairement tactique et stratégie, en insistant sur la dimension temporelle et industrielle de la guerre, sur l’importance de l’accumulation des moyens pour mener une opération en profondeur, l’art militaire soviétique a alors une longueur d’avance sur la pensée stratégique allemande qui vise, comme à l’époque napoléonienne, à gagner la guerre par des batailles d’encerclement. En mars 1933, Joukov est commandant de division. C’est un commandant efficace et rigoureux, mais dur avec ses subordonnés qui se retrouve plongé dans la Grande Terreur. Inquiété, interrogé par le NKVD, Joukov échappe miraculeusement à la mort. 32 % seulement des commandants de division ont survécu à la Grande Terreur qui voit l’élimination de Toukhatchevski et des généraux les plus prestigieux de l’Armée Rouge. Au contraire de son collègue Rokossovski, Joukov n’est pas torturé. Sa chance est qu’il est russe, issu de la petite paysannerie et qu’il n’entretenait pas de relations étroites avec Toukhatchevski. Tandis que la Grande Terreur se calme, Joukov est nommé en 1938 général de division d’une Armée Rouge décapitée et en manque de chefs.
En 1939, il est envoyé en Mongolie pour faire face aux Japonais et remporte la bataille de Khalkhin-Gol. Il y démontre sa maîtrise de l’art opératif et accède l’année suivante au grade de général d’armée. Le 1er février 1941, il est nommé chef de l’Etat-Major général. Joukov est donc aux commandes de l’Armée Rouge au moment de l’invasion allemande, le 22 juin 1941.
Sous la pression politique et en quelques mois, Joukov n’a pas eu le temps de réformer l’Armée Rouge et de la préparer à la guerre à venir.

Toute la deuxième partie de l’ouvrage est entièrement consacrée à la Deuxième Guerre mondiale. Gueorgui Joukov est sur tous les fronts. Il tente d’élever des digues face à l’irrésistible avance allemande. Limogé de son poste de chef d’Etat-Major après la défaite de Smolensk, Joukov est sous surveillance politique renforcée. Plusieurs généraux jugés responsables de la défaite sont arrêtés et fusillés. Envoyé sur le front, Joukov repousse les Allemands à Elnia et, au moyen d’une répression féroce qui frappe fuyards et déserteurs, parvient à sauver Léningrad sur le point d’être prise par le groupe d’armées de Von Leeb en septembre 1941. En octobre, il est à Moscou où il ralentit l’avance allemande et lance la contre-offensive de décembre. Sauveur de Moscou, Joukov échoue à transformer la victoire défensive en victoire offensive à Viazma, au début de 1942.
Le même scénario se répète à Stalingrad. Joukov, devenu premier adjoint de Staline est un des concepteurs du plan Uranus, qui aboutit à la capitulation de Paulus et à la victoire de Stalingrad mais lui-même coordonne l’opération Mars qui vise à battre les Allemands plus au Nord, dans le saillant de Rjev. L’échec de Mars a néanmoins privé Manstein d’importants moyens en chars qui auraient pu lui permettre de percer à Stalingrad.
Joukov est nommé maréchal de l’Union soviétique. C’est lui qui élabore le plan de bataille de Koursk et convainc Staline de privilégier la défense stratégique. Après Koursk, Joukov coordonne la reprise de Kharkov et la marche au Dniepr.
En novembre 1944, Joukov perd son poste de représentant spécial de l’Etat-Major général pour prendre la tête du 1er front de Biélorussie. Alors que se profile la victoire, Staline rabaisse son général le plus prestigieux. La crainte du bonapartisme est toujours présente chez le dictateur et explique qu’il s’ingénie à mettre en concurrence ses maréchaux lors de l’offensive finale en Allemagne.
Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri ne passent pas sous silence les crimes de guerre de l’Armée Rouge. Joukov n’a pas fait grand-chose pour les empêcher, même s’il a fait rétablir la discipline dans ses armées.
C’est Joukov qui bat de vitesse Koniev et fait hisser le drapeau rouge sur le Reichstag. Joukov a gagné la bataille des mémoires : pour toujours, il sera le conquérant de Berlin.

Apothéose de la carrière de Joukov, la prise de Berlin fait de Joukov l’égal d’un Montgomery ou d’un Eisenhower, mais alors qu’il est à la tête de l’administration militaire soviétique en Allemagne et est choisi pour passer les troupes en revue pour le défilé de la victoire, Joukov est déjà dans le viseur de Staline. Le dictateur paranoïaque n’a nul besoin d’une menace réelle pour frapper, il lui suffit d’une menace potentielle.
Accusé de s’être enrichi en pillant l’Allemagne et d’organiser autour de lui un culte de la personnalité, Joukov est destitué en 1947 de son poste de commandant en chef de l’armée de terre, envoyé à Odessa puis dans l’Oural.
La mort de Staline voit Joukov revenir aux affaires. Rappelé par Malenkov et Khrouchtchev, c’est Joukov qui fait arrêter Beria en qui il avait toujours vu un de ses tourmenteurs. Jusqu’à la fin de sa vie, Joukov continuera de penser que Staline, en dépit de ses erreurs, a été l’artisan de la victoire et qu’il aurait mis fin à sa disgrâce.

Nommé ministre de la Défense, Joukov obtient la réhabilitation posthume de Toukhatchevski et des principales victimes militaires des grandes purges. Il entame d’importantes réformes de modernisation de l’armée soviétique. Lors de l’affaire polonaise et de la révolte de Budapest, Joukov est partisan de la conciliation même si au final, il donne l’ordre à l’armée d’intervenir à Budapest.
Favorable à la déstalinisation, il soutient Khrouchtchev contre Molotov et ses alliés en juin 1957, mais quatre mois plus tard, il est à nouveau poussé à la démission et mis à la retraite.

Marginalisé, Joukov va passer les dernières années de sa vie auprès de sa famille. Il divorce de sa femme Alexandra et épouse sa dernière maîtresse, Galina. Interdit de paraître en public, il est surveillé par le KGB. La publication en 1961 des premiers volumes de L’Histoire de la Grande Guerre patriotique le choque profondément. Son rôle y est passé quasiment sous silence.
Joukov se lance alors dans la rédaction de ses Mémoires. La censure brejnévienne impose un certain nombre de coupes et d’ajouts, mais le texte paraît finalement en 1969 et s’impose très vite comme un succès de librairie. Joukov n’est cependant pas entièrement réhabilité. Affaibli par la maladie et dévasté par la mort de sa femme, Joukov décède en 1974.

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri se demandent en conclusion de leur biographie si Joukov a réussi ce qu’il se proposait de faire de sa vie. Pour eux, la réponse est oui : à un prix certes terrifiant, Joukov a sauvé son pays et le parti-Etat à sa tête de l’anéantissement. Ils ne cachent pas ses échecs, mais relèvent sa lucidité et sa capacité à reconnaître ses échecs. Sa place dans l’histoire ne fait aucun doute : pour les Russes d’aujourd’hui, Joukov est un héros national. Parmi ses collègues généraux, Joukov se détache par l’importance de son rôle. Il a commandé plus d’armées que les autres généraux soviétiques, remporté plus de batailles, occupé des postes plus élevés. Il surclasse les généraux alliés et les généraux allemands de son temps.

Au final, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri nous offrent une biographie de qualité, bien documentée et illustrée de nombreuses cartes, d’un chef de guerre qui restait mal connu du public français alors même que son rôle dans l’histoire du XXe siècle a été déterminant. Avec cette belle biographie, cette injustice historique est réparée.

David NOËL    

Compte-rendu de lecture paru dans le numéro 426 d’Historiens & Géographes, mai 2014.