Archives quotidiennes :

Un autocollant sur une plaque

Plaque Joseph Fontaine 2Un autocollant sur une plaque… Ma première rencontre avec Joseph Fontaine, ce militant communiste assassiné par les Camelots du Roi au cours d’une contre-manifestation antifasciste organisée à Hénin-Liétard le 11 avril 1934, date du mois de novembre 2003. Tout est parti d’un autocollant sur une plaque.

A l’époque, en me rendant acheter mon journal à la maison de la presse, je me suis arrêté, n’en croyant pas mes yeux : il y avait un autocollant Front national collé sur la plaque de marbre commémorant l’assassinat de Joseph Fontaine apposée le long du mur de la pâtisserie qu’on appelait alors « Au gâteau des rois » et qui s’appelle aujourd’hui « Mehdi Fournil ».

Cet autocollant, recouvrant le marteau et la faucille du Parti communiste, comme un défi, m’a profondément choqué. En cette fin d’année 2003, j’avais 23 ans. L’année précédente, j’avais consacré mon mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine au « mouvement ouvrier dans l’arrondissement de Douai pendant l’entre-deux-guerres« . Jean Vavasseur-Desperriers, professeur d’histoire contemporaine spécialiste de la droite durant l’entre-deux-guerres, avait accepté d’être mon directeur de recherche.

J’avais évoqué très brièvement dans mon mémoire de maîtrise l’affaire Joseph Fontaine : Léon Escoffier, le grand maire SFIO de Douai durant l’entre-deux-guerres, avocat, ligueur et franc-maçon était alors l’avocat de la ville d’Hénin-Liétard et avait plaidé lors du procès aux assises de Saint-Omer. Les renseignements que j’avais trouvés dans Douai Républicain, consulté à la bibliothèque municipale de Douai, étaient succincts et dans mon mémoire de maîtrise, je commets d’ailleurs une erreur en attribuant aux Croix de Feu plutôt qu’aux Camelots du Roi la mort de Joseph Fontaine.

En novembre 2003 donc, je préparais le Capes d’histoire-géographie à l’université de Lille III. L’année précédente, je m’étais impliqué dans les grandes manifestations contre la présence de Jean-Marie Le Pen au second tout de l’élection présidentielle. Militant de l’UNEF, élu au conseil de l’UFR d’histoire, altermondialiste inscrit à ATTAC, j’étais alors un militant étudiant antifasciste et j’avais adhéré à la Ligue des Droits de l’Homme, rencontrée lors d’un débat à la fac organisé par l’UNEF.

Cet autocollant sur une plaque, comme une insulte au Parti communiste, comme un défi à l’ensemble de la gauche, m’a choqué. Personne ne semblait l’avoir remarqué ni s’en émouvoir. Antilibéral, je n’étais pas encore communiste à l’époque.  J’aurais pu adhérer à la LCR plutôt qu’au PCF, mais mon mémoire de maîtrise m’avait fait connaître et aimer les communistes.

J’ai fait ce que je savais faire, ce que j’avais appris à faire à l’UNEF. J’ai écrit un tract avec un appel à rassemblement et collecté des signatures d’organisations. J’ai appelé la presse et un journaliste de Nord-Eclair est venu m’interviewer.

Le Parti communiste local a réagi. Marie-Serge Opigez, conseillère municipale et secrétaire de la section d’Hénin-Beaumont ainsi que Jean-Claude Danglot, conseiller régional et secrétaire de la fédération se sont rendus au rassemblement que j’avais organisé avec quelques camarades. C’était la première fois que je rencontrais les militants communistes locaux. Suspicieux, ils croyaient que j’étais « manipulé » par le maire d’Hénin-Beaumont.

Le Front national, par la bouche de Steeve Briois, alors conseiller municipal d’opposition et conseiller régional, a réagi dans la presse en disant ne pas avoir collé d’autocollant sur la plaque de Joseph Fontaine et en supposant que j’étais « manipulé » par le maire d’Hénin-Beaumont, leur bête noire.

Naturellement, le maire d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville s’est rendu au rassemblement que j’avais organisé, accompagné d’élus municipaux de sa majorité. La plaque avait été nettoyée et l’autocollant enlevé. La municipalité et le Parti communiste ont chacun déposé une gerbe de fleurs. Par la suite, Gérard Dalongeville a demandé à me rencontrer et je lui ai proposé de mettre en place une série de conférences-débats animées par des associations comme ATTAC ou la LDH pour faire de l’éducation populaire et lutter contre les idées d’extrême droite.

Un an après cette affaire d’autocollant, en décembre 2004, je rejoignais le Parti communiste.

Devenu secrétaire de la section d’Hénin-Beaumont du PCF, je n’ai jamais oublié de rendre hommage à Joseph Fontaine chaque année au mois d’avril.

Au printemps 2014, pour le 80ème anniversaire de l’assassinat de Joseph Fontaine et alors qu’Hénin-Beaumont venait d’être conquise par le Front national, j’ai voulu prononcer un discours différent des autres années. J’ai fait quelques recherches et écrit un article d’une quinzaine de pages sur l’assassinat de Joseph Fontaine et le « moment antifasciste » de 1934-1936.

Je venais d’écrire un article. J’avais de la matière. Je n’avais jamais fait de DEA. Pourquoi ne pas me lancer dans un master 2 ?

C’est comme ça que mon mémoire de master 2 est parti d’un autocollant sur une plaque…

Les années 30 sont de retour

Couverture les annees 30 sont de retourRenaud DELY, Claude ASKOLOVITCH, Pascal BLANCHARD et Yvan GASTAUT, Les années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, Editions Flammarion, octobre 2014, 346 pages.

Le spectre des années 30 n’en finit plus de hanter l’Europe et le discours des responsables politiques. De la crise des subprimes de 2008 comparée à la crise de 1929 aux élections européennes de 2014, marquées par une poussée de formations national-populistes analysée comme une résurgence du fascisme, la comparaison du monde d’aujourd’hui avec celui des années 30 est devenu un lieu commun journalistique.

C’est pour analyser la pertinence de ce lieu commun que deux journalistes et deux historiens viennent de publier Les années 30 sont de retour. Petite leçon d’histoire pour comprendre les crises du présent, sorti aux éditions Flammarion en octobre 2014.
Journaliste à I-Télé pour Claude Askolovitch et au Nouvel Observateur pour Renaud Dély après être passé par Libération, Le Parisien, Marianne et France Inter, les deux journalistes sont des figures médiatiques bien connues des lecteurs. Pascal Blanchard, lui, est chercheur au laboratoire Communication et politique du CNRS, spécialiste de la colonisation et de l’immigration tandis qu’Yvan Gastaut, historien et chercheur au laboratoire URMIS (migrations et société) enseigne à l’université de Nice.

L’ouvrage est divisé en quatre parties intitulées : « les crises », « les peurs », « les fractures » et « les idéologies ». Il est accompagné d’une chronologie qui retrace les principaux événements de 1928 à 1944 et de 1998 à 2014.

La première partie aborde les crises économiques, politiques et internationales des années 30 et d’aujourd’hui. Les auteurs racontent le déroulement et les mécanismes de la crise de 1929 et les réponses déflationnistes apportées par des gouvernements soucieux, hier comme aujourd’hui, de retour à l’équilibre budgétaire. La politique de « l’euro fort » fait écho à celle du « franc fort » : « A observer les décisions prises par les gouvernants européens depuis 2008, les leçons de la catastrophe économique des années 30 n’ont pas été retenues ».
Comme dans les années 30, la crise économique s’accompagne d’une crise politique et là, les auteurs reviennent sur les résultats des élections européennes de juin 2014 qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe politique. Si le Front national, l’UKIP et Aube Dorée ne sont pas le NSDAP, le parti fasciste et les Croix de Feu, une dynamique national-populiste portée par une nouvelle génération de leaders fait écho à la dynamique fasciste des années 30 : « un spectre hante l’Europe. Les alliances électorales sont possibles […] ; la prise de pouvoir aussi […] ; les politiques publiques sont sous influence ».
Les droites occupent la rue et les initiateurs du « Jour de Colère », Civitas et le Printemps Français apparaissent comme des lointains successeurs des initiateurs de la manifestation du 6 février 1934 de même que le Tea Party et la « Manif pour tous » font écho à l’Action française.
Dans ce contexte, la crise Ukrainienne et l’annexion de la Crimée résonne, selon les auteurs, comme un nouveau Munich, même si les auteurs prennent garde de comparer Vladimir Poutine à Hitler.
La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux peurs qui ont agitent nos sociétés des années 30 et d’aujourd’hui. Les auteurs comparent ainsi le « péril rouge » des années 30 et la peur des musulmans post révolution iranienne et post 11 septembre. Communistes hier et musulmans aujourd’hui sont érigés en « ennemis intérieurs » qu’il faudrait combattre.
Analysant au chapitre 7 les discours sur l’immigration, les auteurs font le parallèle entre le rejet des « métèques » hier et la peur des immigrés roms ou maghrébins aujourd’hui. Le chapitre 8 est consacré aux mutations de l’antisémitisme. De Louis-Ferdinand Céline et Xavier Vallat à Alain Soral et Dieudonné, on assiste à une « impressionante sensation de redite » sur fond d’importation du conflit israélo-palestinien dans les banlieues qui amène la communauté juive, attachée à la défense d’Israël, à se rapprocher de la droite, voire de l’extrême droite : « une part des discours antisémites d’avant-guerre, qui accusait un groupe de trois cent mille personnes d’accaparer un pays tout entier, se trouve désormais utilisé contre les arabo-musulmans artisans d’un « Grand Remplacement » qui chasserait les Français hors de leur pays ».
Face au racisme et à l’antisémitisme, des intellectuels, des artistes, des associations se lèvent, du CVIA (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes) à SOS Racisme, mais le camp des « antis » se fissure sur la question de la laïcité « comme jadis entre pacifisme et résistance militaire au fascisme ». « Le Front popu, pour les intellectuels, était né du 6 février. Il avait aussi grandi dans les marches de la faim organisées par les municipalités communistes, et par le rejet de la déflation de Pierre Laval, vécu alors comme un affameur. A se souvenir de l’antifascisme et de lui seul, comme paradigme de l’histoire, on oublie que la trame de l’histoire était sociale, et le premier mot du triptyque du Front populaire, « Le pain, la paix, la liberté », comptait au moins autant que les autres ».
La question des banlieues est au cœur du chapitre 10, dans lequel les auteurs s’interrogent sur les continuités entre les politiques de contrôle des territoires coloniaux des années 30 et les politiques urbaines mises en œuvre dans les banlieues, sur fond de méfiance envers ces classes dangereuses issues de l’immigration post-coloniale.

En crise et en proie à des peurs irrationnelles, notre société, comme celle des années 30, serait traversée de fractures : de l’affaire Stavisky à l’affaire Bygmalion, la méfiance envers les responsables politiques se généralise ; les politiciens seraient « tous pourris ». La digue entre droite modérée et extrême droite se fissure. A l’instar de Louis Marin, le président de la Fédération Républicaine rejoignant le Front de la Liberté avec le PPF de Jacques Doriot dans les années 30, une partie de l’UMP est tentée par la ligne de Patrick Buisson et par un rapprochement avec le Front national. A gauche, le pacte de responsabilité hollandais est un renoncement que les auteurs mettent en parallèle avec la pause blumiste. Les attaques de la « presse haineuse » Valeurs Actuelles contre Christine Taubira rappellent celles de Gringoire et de l’Action Française contre Roger Salengro dans les années 30.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux idéologies. Les auteurs y étudient le poids du passé. Pour les hommes de la génération de Léon Blum, marqués par l’affaire Dreyfus, l’antisémitisme des ligues nationalistes des années 30 est la répétition de l’Affaire. C’est la guerre d’Algérie et la question coloniale qui sont au cœur des questions mémorielles contemporaines : débats sur la place de la colonisation et de l’esclavage dans les programmes scolaires, rejet de la « repentance » par une partie de la droite et par le Front national. Ces débats agitent des sociétés marquées par le spectre de la décadence, des non-conformistes des années 30 aux déclinistes comme l’économiste Nicolas Baverez.
Dans nos sociétés en crise, les moments d’union nationale apparaissent comme une illusion éphémère, qu’il s’agisse de l’exposition coloniale de 1931, qui annonce les futures guerres de décolonisation, ou de la victoire des Bleus lors de la coupe du monde de 1998, qui se fracasse sur les sifflets du match France-Algérie de 2001 et la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002. C’est sur le sport comme idéologie et démonstration de puissance, des Jeux olympiques de Berlin de 1936 à ceux de Sotchi de 2014, que s’achève Les années 30 sont de retour avant que les auteurs ne concluent sur l’importance cruciale de la mémoire, « pense-bête pour la démocratie contre l’oubli, toujours dévastateur ».

L’ouvrage de Renaud DELY, Claude ASKOLOVITCH, Pascal BLANCHARD et Yvan GASTAUT constitue un exercice de style qu’on jugera parfois un peu acrobatique notamment sur les questions internationales, finalement assez peu présentes. Le propos est plus convaincant sur les questions de politique intérieure. Cet essai d’histoire comparative et d’actualité présente un intérêt historique somme toute limité ; il constitue plutôt un ouvrage de vulgarisation historique pour armer les militants saisis par le doute en leur donnant une grille de lecture et une profondeur d’analyse qui manque parfois dans le débat public.

David NOËL